a cup of humour ? 

 

 

l'église St Léger de Seillans (Var)

Seillans (2 115 habitants et 8 866 ha) est accroché aux contreforts des Préalpes, à la limite du camp de Canjuers, surplombant la plaine de Fayence du haut de ses 366 mètres.

A voir :

  • les vieilles enceintes
  • la porte Sarrasine, classée monument historique
  • l'église Saint Léger (XIe) de style roman (abside en cul de four), reconstruite en 1477 et restaurée en 2000
  • les ruelles au pavage classé
  • la chapelle de Notre Dame de l'Ormeau

Seillans est l'un des 4 villages varois appartenant à la caste fermée et jalousée des "plus beaux villages de France". Loin des frivolités de la côte, le touriste aime ces lieux où l'ombrage des ruelles pavées est surplombé de bâtisses du XIIIe siècle.
Chaque pierre raconte l'histoire. Elle mène vers des édifices religieux, de vieilles enceintes ou des placettes pleines de charme, que des artistes comme le compositeur Charles Gounod, le sculpteur Max Ernst ou, plus récemment, le photographe Robert Doisneau ont aimé fouler.
Un pied dans le passé et la tête dans l'avenir, Seillans mérite une halte au cœur de l'été.

Pour une petite visite, suivez le guide !

 

 

 

l'église St Léger de Cauroir (Nord)

Cauroir, village calme de 515 habitants situé à 5 km de Cambrai, fait partie des 17 communes constituant la Communauté d'Agglomérations de Cambrai.
Le faubourg du petit Cauroir abritait autrefois la principale industrie du village, liée au sucre de betteraves. Comme ailleurs, le patron et les ouvriers habitaient à proximité de l'usine. Le château encadrait les corons.
Par mariage, l'entreprise passe aux Pagniez-Risbourg. Leur fille, Yvonne Pagniez (1896-1981), née au château, a été une grande résistante, ayant vécu la déportation. Elle a laissé de nombreux romans qui ont fait sa notoriété. En sa mémoire, une rue du village a été inaugurée à son nom le 17 septembre 1978.

La première église, construite en 1666 avec l'ancienne chapelle du cimetière, fut remplacée en 1888 (architecte Lallemand qui a également conçu les plans de la mairie).
L'église est placée sous le vocable de Saint Léger, comme plusieurs autres églises du Cambrésis, sans doute en souvenir du temps où il faisait partie des Pays Francs Saliens.
C'est dans cette église que le 8 Mai 1704, Fénelon, archevêque de Cambrai, donna le sacrement de confirmation aux enfants de la commune.
Sa cloche, baptisée Augustine, Yvonne, Victoire, eut pour marraine Yvonne Pagniez, grande résistante.

Source et lien : http://colau.chez.tiscali.fr/htmairie.html

 

 

 

 

l'église St Léger de Steinbrunn le Bas (Haut-Rhin)

Au sud de l'Alsace, entre Mulhouse, Bâle et Altkirch se niche un sympathique petit pays : le Pays de Sierentz. Essentiellement rural, il s'étend de la plaine du Rhin aux collines du Sundgau.
De beaux villages fleuris permettent de profiter de la nature, de l'air pur et de la tranquillité : randonnées, cyclisme, équitation... Base idéale pour découvrir la Suisse, l'Allemagne, le Sundgau, le Jura, les Vosges... et l'Alsace. En voiture, Bâle, Mulhouse et Altkirch sont à 20 minutes.
Parmi ces 21 villages, voilà Steinbrunn le Bas :

Steinbrunn le Bas comprenait autrefois 2 paroisses, délimitées par un ruisseau. L'une était dédiée à saint Léger, l'autre à saint Laurent. C'est dans cette deuxième que le curé Jean Hofer prêcha, sans succès, la Réforme en 1524.
A partir de 1545, les paroisses sont réunies mais les deux sanctuaires subsistent. Le presbytère actuel est alors construit.
En 1756, l'église Saint Laurent est interdite au culte, étant donné son état de délabrement. Celle de Saint Léger est reconstruite en 1773.


l'écusson de Steinbrunn le Bas
On y verra surtout, dans une niche, une pietà des années 1520 avec un Christ un peu plus tardif, ainsi que, à l'entrée du choeur, les statues de saint Blaise portant deux cierges et de saint Nicolas, provenant de la chapelle Sainte Apolline. La chaire, les autels et les fonts baptismaux forment un bel ensemble de style baroque.
Dans une fresque du plafond, Limido a représenté la Résurrection et, sur le tableau du choeur, le Christ avec saint Laurent et saint Léger. Les habitants de Steinbrunn ont servi de modèles au peintre qui les a figurés devant l'église du village. Le Christ en croix, de belle facture, au-dessus de la porte de la sacristie, date de 1630. 

la pietà qui date de 5 siècles

 Pour en savoir plus sur Steinbrunn le Bas et le Pays de Sierentz... http://www.pays-de-sierentz.com/steinbrunn_le_bas.html

 

 

 

l'église St Léger de St Andelain (Nièvre)

Rares sont les usagers de la nationale 7 qui n'ont eu le regard attiré par ce village juché à 272 m, avec pour étendard son fier clocher de pierre.
Outre son bourg, dominant la rive droite de la Loire, face à Sancerre, St Andelain compte 11 hameaux répartis sur plus de 2000 hectares.
C'est la principale commune viticole de l'aire d'Appellation d'Origine Contrôlée Pouilly-Fumé et Pouilly sur Loire.
St Andelain compte également une activité agricole céréalière et d'élevage bovin.
Son église romane St Léger est un site à ne pas manquer sur la Route des Vins.

La Très Vineusement Dévote Confrérie des Baillis de Pouilly sur Loire compte aujourd'hui environ 2500 membres.
Les Baillis aux longues robes jaunes et noires ont pour devise :
"Eau nous divise, Vin nous unit."

Chaque année, la confrérie des Baillis tient son chapitre nivernais à Pouilly sur Loire. Au cours des manifestations, les impétrants sont intronisés selon les règles précises d'un cérémonial longuement médité par les plus sages et scrupuleusement suivi par tous.
Au cours du chapitre solennel de Pouilly sur Loire est décerné le Prix de la Pipette qui récompense le meilleur quatrain glorifiant les vins de Pouilly, tel celui-ci :

"Adorable joyau de notre Val-de-Loire
Suave Blanc Fumé, nectar chéri des Dieux
Avec le Chasselas, ton compagnon de gloire
Tu mets la joie au coeur et l'amour dans les yeux.
"

Lorsque, au cours des intronisations, le futur bailli reçoit la plaquette en faïence de Nevers, il doit s'engager à combattre pour la gloire du vignoble, à avoir la fierté de ses convictions vineuses, et être toujours prêt à défendre les vins de France en général, et de Pouilly sur Loire en particulier.

Enfin, il prête serment sur la pipette sacrée que lui présente le Grand Bailli.

"Qui Pouilly boit, femme ne déçoit."

Source et lien : http://www.ot-pouillysurloire.fr/index.htm

 

 

 

 

l'église St Léger de Rixheim (Haut Rhin)

Rixheim (13 000 habitants environ) se situe à 5 km de Mulhouse, sur la route de Strasbourg et Mulhouse à Bâle.
Avec l’Ordre des Chevaliers, la vie ecclésiastique s'y développa avec, dès 1343, la présence d’un couvent Saint Léger.

L'église paroissiale Saint Léger, qui date du temps de l’abbaye de Murbach, est déjà mentionnée en 1272. Elle possède un clocher doté de meurtrières remontant au XIIe siècle. Cette tour de défense était entourée à l'époque d'un cimetière fortifié qui devenait un lieu de refuge pour les habitants et leur bétail, en cas d'attaque ennemie.

Du 9 au 10 août 1914, une grande bataille de rues nocturne se déroula sur la place de la mairie et sur l'emplacement de l'actuel collège, opposant des éléments d'infanterie allemande à des troupes françaises. Au cours de cet engagement sanglant, les troupes allemandes s'entretuèrent par méprise.

Lors de la guerre de 1939-1945, et suite à l'annexion de l'Alsace, de nombreux habitants durent se réfugier quelques mois dans le Gers notamment dans les communes d'Ayguetinte, Beaucaire, Bonas, Larroque-Saint-Sernin, Roques, Rozès, Saint-Paul-de-Baïse, Saint-Puy, Valence-sur-Baïse…
300 habitants connurent l'incorporation de force dans l'armée allemande et 60 d'entre eux ne revinrent pas des combats. Quant à la ville elle-même, elle dut subir de sérieux bombardements qui détruisirent 13 maisons, en endommagèrent quelques centaines et provoquèrent le décès de 22 civils. C'est le 20 novembre 1944 qu'elle fut libérée.

Was denn wünschen... für das neue Jahr ?
La Une de l'Echo Paroissial de janvier 2005

 Pour en savoir plus...

 

 

 

 

le fromage "le petit Saint Léger" (Alpes Maritimes)

C'est dans le petit village de St Léger (06) que se fabriquent, à la laiterie communale, les fromages de brebis que sont :

  • le Petit Saint Léger
  • la tomme de la Roudoule
  • le chapeau de la Letta
Bon appétit !

 

 

 

 

l'église St Léger de Vicq sur Gartempe (Vienne)

frise magdalénienne

La clé des champs
Le Pays des Vals de Gartempe est situé au nord-est de la Vienne, non loin du Futuroscope. Il est marqué par une vallée où serpentent 2 rivières tour à tour : la Creuse et la Gartempe. Truites, anguilles et brochets peuplent ces parcours de pêche.
Partout l'histoire est présente : cavernes magdaléniennes le long de l'Anglin, témoignages de l'art roman... Au détour des chemins : châteaux, églises vous livrent leurs secrets intimes.
Promenades à bicyclettes, randonnées pédestres ou équestres vous permettent de découvrir ce pays discret mais pourtant si fertile.

le retable en bois doré de l'église Saint Léger

Vicq sur Gartempe
Ce petit village se trouve à proximité du confluent de 2 rivières poissonneuses : la Gartempe et l'Anglin.
L'église romane Saint Léger date du XIIe mais il existait sans doute bien avant un culte à cet emplacement en bordure de la Gartempe. Elle offre la particularité d'être à nef unique. L'intérieur est décoré de chapiteaux feuillagés et de modillons ornés de figurines.
Toute notre attention se portera vers le magnifique retable baroque de la fin du XVIIe, en bois doré, qui occupe le fond du chœur et provient de l'ancienne abbaye de la Merci Dieu (La Roche Posay).

Pour une petite visite guidée,

Le Pays des Vals de Gartempe vous entraîne sur les traces de mille et un contes plus surprenants les uns que les autres :

"Ceci se passait dans des temps très anciens. Néomaye, jolie et innocente bergère, fut un jour poursuivie par un seigneur épris de sa beauté. La jeune fille, dans sa fuite, chemina dans la forêt lorsque, tout à coup, apparut un ruisseau qui jaillissait de quelques pierres. Elle se déchaussa alors pour le franchir mais aussitôt, à son pied droit, surgit une patte d'oie. Par ce pouvoir magique, Néomaye épouvanta le seigneur et cacha ainsi son secret.

Pour en savoir plus...

 

 

 

 

l'église St Léger de Leulinghen-Bernes (Pas de Calais)

A mi-distance entre Boulogne sur Mer et Calais se situe Leulinghen-Bernes, commune de 400 habitants répertoriée parmi les plus jeunes du canton de Marquise.

Avec l'un des plus anciens noms de village que l'histoire locale puisse connaître, Leulinghen tint une place importante lors des conférences de paix qu'elle accueillit au sein de sa petite église romane pendant la guerre de Cent Ans.
Aujourd'hui, Leulinghen-Bernes perpétue cet esprit pacifique, notamment par la pose d'une plaque commémorative de son histoire en tant que Centre de Conférences International, et par la mise en place de manifestations moyenâgeuses.

L'église St Léger

Au beau milieu de la guerre de Cent Ans, après 43 ans de combats fratricides aggravés par des épidémies de peste et par l'insécurité générale, Anglais et Français, faute d'argent, engagent des pourparlers de paix.
Ceux-ci commencent très mal. Plus habituées à parader qu'à négocier, les deux parties ne s'entendent sur rien... sauf sur le futur lieu de négociations : aux limites des deux royaumes, dans cette petite église de chaume et de terre battue où Dieu, pense-t-on, inspira bonté et humilité aux humains.

Chaque délégation entre par sa propre porte et a ainsi le sentiment d'être chez soi : les Anglais disposent du choeur et les Français de la nef.

Par le jeu du hasard et des nécessités, ces négociations d'abord menées en catimini sous l'égide des hommes d'Eglise donnent naissance à un lieu de vie et d'échange où se rencontrent tous les puissants de l'Occident : évêques, gouverneurs, têtes couronnées...
On y discute de tout, y compris de la prochaine croisade, on y conclut un mariage princier, on y organise des tournois pour mesurer sa force...
Ces trêves, organisées semble-t-il dans le but de tromper l'ennemi, donneront aux belligérants 30 ans d'accalmie avant la reprise des combats et Azincourt...

St Léger, Patron de l'église de Leulinghen-Bernes

 

Pour une découverte de Leulinghen-Bernes
et une visite interactive de son église...

 

 

 

 

 

  

 

http://www.stleger.info