a cup of humour ? 

  
une bière St Léger
(ou plutôt deux !)

... et en plus,
elles sont belges !


la Saint Léger blonde


la Saint Léger brune

Bières ambrées naturelles de fermentation haute (6,3% pour la blonde, 8% pour la brune), brassées avec les meilleurs malts et des houblons de premier choix.

Bière de Gottignies

La Saint Léger réjouira
les vrais connaisseurs !

Brasserie François Drinks
Chaussée de Soignies 131
7070 Le Roeulx
Belgique

Source (!) : http://www.st-leger.be

 

 

Le Roeulx est une petite ville belge de 8 000 habitants située dans la province du Hainaut, à 45 km au sud de Bruxelles, à l'intersection de l'autoroute Paris-Bruxelles et de l'autoroute de Wallonie. L'entité comprend, outre la ville du Roeulx, les villages de Thieu, Mignault, Ville-sur-Haine et Gottignies.

C'est une petite commune essentiellement rurale, qui doit ses quartiers résidentiels à sa tranquillité et aussi à la proximité immédiate de l'autoroute, donc des relations faciles vers Mons, Bruxelles ou Charleroi.

Gottignies est le plus petit village de l'entité du Roeulx. Il est aussi le plus calme car aucune route importante ne le traverse. Cela ne le prive aucunement d'animation : durant les fêtes de fin d'année, mais aussi au début de l'été, ses villageois organisent des activités nombreuses et renommées dans toute la région.

Pour en savoir plus :
-
http://gottignies.wifeo.com/
- http://users.skynet.be/leclercq/

La triste histoire de la Léger de l'église St-Léger de Gottignies

 

 

 

 

dans le Vaucluse (84), un 2e "Saint Léger" découvert !

Vous connaissez Saint Léger du Ventoux, notre Petit Poucet de 30 habitants, plus petite commune du Vaucluse.

Nous avons découvert Grambois (1135 habitants), village pittoresque et accueillant du Pays d'Aigues, perché à 370 m sur un coteau escarpé. Classé village fleuri, il est inclus dans le Parc naturel régional du Luberon.

Pour en savoir plus :
http://www.grambois-provence.com

Deux blasons pour un village !

Le blason de Grambois a une histoire. Car si un sapin symbolise aujourd’hui le village, il n’en a pas toujours été ainsi. Et si vous le leur demandez, bien des Gramboisiens, plutôt que de sapin, vous parleront d’un palmier...

Tous les ans, à la période de Noël, Grambois expose la crèche de Pierre Graille, maître santonier et meilleur ouvrier de France. Autour des personnages traditionnels, cette crèche regroupe les représentations des habitants du village, sous la forme de santons finement sculptés et habillés en costume d'époque. Ainsi, chaque année, les habitants de Grambois, vivants et morts, se retrouvent pendant un mois...

Saint Léger, situé dans la campagne à 2 km à l’est du village de Grambois, n’est pas même un hameau, à peine une ferme chenue entourée de quelques habitations récentes, à proximité desquelles ont été bâtis au milieu du XXe siècle des bâtiments qui accueillent aujourd'hui des centres aérés.

Grambois

Page spéciale sur ce Saint Léger

 

 

 

 

l'église St Léger de Mouy (Oise)

Mouy (+ de 5 000 habitants) se trouve dans le département de l'Oise, à 70 km au nord de Paris.
Son ancien nom est d'ailleurs Mouy-de-l'Oise. La paroisse est placée sous le vocable du saint Léger.

 

Jeton de 1862, en argent (29 mm)

 

Avers : sur une banderole dans l'écu : "LE TRAVAIL ENNOBLIT L'HOMME", signé "DESAIDE". Armes de Mouy couronnées.
Revers : VILLE DE MOUY (OISE). Au dessus de la couronne : CONSEIL MUNICIPAL et, en dessous, 14 AOÛT 1862, dans une couronne de chêne et de laurier.
Source :
http://www.cgb.fr/indexf.html

 

Pour découvrir l'église de Mouy

   

 

 

 

 

le drame de Saint Léger

Pas de panique !

Il s'agit d'un roman policier sorti en 1934 et écrit par Roger-Francis Didelot (1902-1985), dans la collection "A ne pas lire la nuit", chez "Les Editions de France".

Francis Didelot est né en 1902 à Madagascar, d'une mère descendante d'Edgar Poe et d'un gouverneur des colonies. Après quelques années de magistrature, il commence à écrire dans les années 30. Son premier roman, un policier, Le drame de Saint-Léger, est publié en 1934 aux Editions de France, suivi de quelques autres dans des genres plus divers, dont certains sont adaptés par lui-même au cinéma : "Prince de mon coeur"- 1934, "La fille de la Madelon" - 1937, et "Le monde tremblera" - 1939, film de SF, adapté du roman "La machine à produire la mort", co-écrit avec Charles-Robert Dumas, scénarisé par Henri-Georges Clouzot. Il commence ainsi une carrière dans le cinéma dès les années 30-40, en tant que scénariste mais aussi en tant qu'assistant réalisateur.

En 1955, paraît Six heures d'angoisse aux Editions Fayard, dans lequel, il crée le personnage du commissaire Oreste Bignon. De cette série, qui compte une quinzaine d'opus, le roman le plus célèbre est sans nul doute Le septième juré, adapté au cinéma en 1962 par Georges Lautner, et plus récemment pour la TV. Deuxième héros récurrent de Francis Didelot, le commissaire Renard, apparaît fin des années 70 dans la collection Le Masque, la série compte environ une dizaine d'opus. On trouve aussi dans sa bibliographie quelques romans policiers écrits pour la jeunesse. Francis Didelot s'est vu attribué le Prix du Quai des Orfèvres pour son roman "L'Assassin au clair de lune" paru en 1949.

Lu sur : http://www.paperblog.fr

 

 

 

 

la fête du Biou à Pupillin (Jura)

Pupillin est un village de 220 habitants, vivant et fier de ses vins.
Depuis 1936, Pupillin fait partie de la zone d'appellation d'origine contrôlée Arbois, la 1re instituée en France. L'originalité et la renommée des vins du village leur ont valu par un décret de 1970 l'autorisation d'associer les 2 noms Arbois-Pupillin sur leurs étiquettes. La remarquable adaptation de ses sols au ploussard a fait de Pupillin la capitale de ce cépage. En tout, une centaine d'hectares de vignes sont cultivés.
 

Viendrez-vous en août pour la fête du ploussard, ou en septembre, lors du Biou, quand les vignerons vont en cortège offrir à saint Léger une énorme grappe, prémices de leurs vendanges ? Vous repartirez, en chansons peut-être, enchantés sûrement.

la Fête du Biou

C'est en septembre que le Biou bat son plein. Cela se passe en Franche-Comté, en septembre, un dimanche.
Le Biou - avec majuscule - est une cérémonie ancestrale d'offrande à Dieu qui se déroule le jour du saint patron de la paroisse, saint Léger donc pour Pupillin.
Le biou - avec minuscule - est une grappe géante reconstituée avec de vraies grappes, prémices des vendanges, et pouvant atteindre 100 kg.

Source : http://www.jura-en-decouverte.com/villes/index01.html

 l'église Saint-Léger de Pupillin en 2009 - photo Bernard Girard
La 1re église date du XIIe, elle a été reconstruite au XVe.

Saint Léger est revenu !

 

 

 

Amenucourt et Villers-en-Arthies (Val d'Oise) 

Située à l'ouest du Parc dans la vallée de l'Epte, la commune d'Amenucourt (173 habitants en 1999), canton de Magny-en-Vexin, est bâtie à flanc de coteau et arrosée par l'Epte et l'un de ses bras.
La mairie d'Amenucourt (01 34 79 70 02) est située au n°1, route Saint Léger.
On accède à l'église Saint Léger (XIIe-XVe) par un escalier de 35 marches.
Le bâtiment, dénaturé au cours du XVIe siècle et aujourd'hui dénué de transept, a été inscrit aux monuments historiques le 12 janvier 1940.

l'église Saint Léger d'Amenucourt - http://clochers.org

 
la mairie d'Amenucourt

 
le château de St Léger, à Arthies

 

Ont été retrouvées des cartes postales anciennes de la commune de Villers-en-Arthies (426 habitants), située elle aussi dans le Parc naturel régional du Vexin français, à 8 km seulement d'Amenucourt, mentionnant un "Petit Saint Léger" et un "Grand Saint Léger".

Pour découvrir ces cartes postales

 

Sources :

 

 

 

 

l'église St Léger
de Feytiat
(Haute Vienne)

 

  

Feytiat est l'une des villes de la 1re couronne de l'agglomération de Limoges.

Elle connaît depuis quelques années un développement rapide mais bien maîtrisé :

  • 1 315 habitants en 1901
  • idem en 1962 !
  • 4 430 habitants en 1990
  • 5 300 en 1999
  • 6 000 aujourd'hui

L'église de Feytiat a deux patrons : Saint Léger d'Autun (patron des meuniers) et Saint Clair qui donna à Feytiat sa fête patronale le premier dimanche de juin.

l'église St Léger et St Clair de Feytiat

Romane, à nef unique d'une seule travée droite, elle date des XIe et XIIe siècles. Cette nef est voûtée en berceau brisé. Le choeur est surélevé.

Le portail extérieur, en plein cintre, comprend deux voussures garnies d'un boudin qui retombe sur des colonnettes à toucher le sol.
Ce portail est abrité par un auvent reposant sur des consoles en parfait état, ce qui est rare de nos jours.
Le clocher-mur à deux arcades avec contrefort a remplacé après la Révolution, en 1821, le clocher en ruines, dont la réparation n'a pu être supportée par la commune.

 

 

Vierge à l'Enfant,
dans l'église St Léger et St Clair

La Vierge tient l'Enfant Jésus sur le bras gauche. Il effleure d'un geste gracieux la grappe suspendue au poignet de la Vierge.

La sacristie fut construite en 1713 et le presbytère, attenant à l'église, en 1776. En 1901, deux chapelles latérales furent construites.

le buste-reliquaire de saint Léger, barbu, dans l'église

la mairie : le château du Mas Cerise

site de la commune : http://www.mairie-feytiat.fr

 

 

 

la "Saint Léger" à Vy les Lure (Haute-Saône)

 

Vy les Lure est une commune de Haute-Saône située au sud-est de Vesoul et à 7 km de Lure. Le village possède un hameau, La Grange du Vau, à 4 km au nord-ouest du bourg.
La superficie est de 1 600 ha dont 529 de forêts, l'altitude de 295 m.
La population s'élevait à 565 habitants en 1999.

 

 

 

 

 

l'église, reprise et reconstruite au 18e et 19e,
avec son clocher typique franc-comtois
Le patron de la paroisse est saint Léger.

Au détour des rues, on peut admirer trois lavoirs, l'un totalement rénové, rue Corne d'Amont, un autre en cours de restauration rue St Léger.
Le 3e, rue de Mollans, doit être restauré dans sa totalité.

Au hameau de la Grange du Vau a été implanté un magnifique clocheton abritant la cloche de l'ancienne maison commune, aujourd'hui propriété privée.

Source :
http://mairie.wanadoo.fr/mairievyleslure/index.htm

Pour retrouver l'ambiance
de la fête de "la Saint Léger"

Une curiosité... touchante

 

  

 

 

 

  

 

http://www.stleger.info