un ancien village Saint-Léger à Serrières de Briord (Ain)

Serrières de Briord (01) est une commune de 1 300 habitants située au confluent du Rhône et de la Pernaz, face au département de l'Isère, entre les confins méridionaux du massif du Jura et le Rhône, à égale distance de Lyon et de Bourg en Bresse (60 km).

Le vallon de la Pernaz, appelé l’Avent, est un défilé verdoyant et pittoresque. On peut le remonter jusqu'à la magnifique cascade de Chalasson, dans un décor de roches calcaires et de mousses. Le Point Vert, sur les berges du Rhône, bénéficie de nombreux aménagements communaux pour la détente et les sports nautiques (restaurant, camping).

Saint-Léger était anciennement une seigneurie avec maison forte, du fief primitif des sires de la Tour-du-Pin. En 1278, Humbert de la Tour en reçut l'hommage de Joffroy de Briord. Le village est depuis longtemps détruit, mais subsiste une chapelle rurale, en pleine restauration.
L'ancien lac de Saint-Léger, comme la seigneurie du même nom, était du domaine primitif des sires de la Tour-du-Pin, au département actuel de l'Ain. En 1231, Albert de la Tour confirma aux Chartreux de Portes le droit de pêche dans le lac de Saint-Léger (ou Saint-Lager), droit qui leur avait été concédé par ses prédécesseurs.

la chapelle Saint-Léger en 1920

pour tout savoir sur

la chapelle Saint-Léger

 

 


 

 

music, maestro !

avec Frank St. Leger

(1890-1969)

Douglas Francis Frank St. Leger est un pianiste et chef d'orchestre américain, né en Inde de parents britanniques. A 16 ans, il entre à l'Académie Royale de Musique de Londres. Il occupe successivement des postes dans l'American Opera Company, l'Opéra Royal de Covent Garden à Londres, le Civic Opera de Chicago, l'Orchestre symphonique de Houston, le Central City Opera du Colorado. 

Il accepte en 1939 un poste de chef d'orchestre au Metropolitan Opera de New York où il reste une douzaine d'années. Il quitte New York en 1950, et rejoint en 1953 la faculté de musique de l'Université d'Indiana comme professeur de musique. Après sa retraite en 1963, il est nommé professeur émérite de musique.

dimanche 10 mars 1940 - On voit sur la photo Frank St.Leger (avec, à sa droite, Bruna Castagna) dirigeant des membres de l'orchestre symphonique de la NBC, orchestre américain créé en 1937 pour le chef d'orchestre Toscanini.

 

 

 

l'église Saint-Léger

de Menucourt

(Val d'Oise)

de gueules aux trois coquilles d'or
à la bordure cousue d'azur
chargée de neuf besants aussi d'or
et d'une plaine du même
maçonnée de sable

Menucourt (95) se trouve à environ 40 km au nord-ouest de Paris. Jusque dans les années 1970, Menucourt est un village rural, organisé autour du château et de son église Saint-Léger, bordée de ruelles qui gardent l’empreinte du passé avec leurs fontaines et leurs calvaires. L’extraction du gypse y complète l’activité agricole. Avec le développement de la ville nouvelle de Cergy-Pontoise à proximité immédiate, le petit village du Vexin a connu un considérable essor démographique entre 1968 et 1975 avec la construction de nombreux nouveaux logements, essentiellement des pavillons : 376 habitants en 1946, 726 en 1968 et 4 082 en 1975 !!! plus de 5 300 Menucourtois aujourd'hui.

l'église Saint-Léger de Menucourt

L'église Saint-Léger est construite en 1899, en remplacement de l'église romane primitive devenue trop délabrée pour être réparée une nouvelle fois. Les frais de construction atteignent le double des 50 000 francs initialement prévus. Elle possède des façades de style néobyzantin très élaborées, exécutées essentiellement en pierre de taille, mais agrémentées de bandeaux en brique rouge. En haut des fenêtres, les murs sont ornés de mosaïques. L'étroit clocher s'élève au-dessus de la première travée de la nef et s'intègre dans la façade occidentale. La flèche couverte d'ardoises se termine par un clocheton.

Saint Léger, le patron de la paroisse, est représenté avec ses insignes pontificaux que sont la chape de couleur rouge, la mitre et la crosse. Cette dernière, inspirée de la houlette des bergers, rappelle la vocation pastorale de l'évêque.

Les trois pompes du village étaient placées sur des puits alimentés par des sources provenant des hauteurs de l'Hautil.

Le dispositif en fonte de celle-ci remplace la pompe en cuivre installée au début du XXe s.

A noter le pilier en pierre de taille.

 

 

 

 

St Sernin du Bois

(Saône et Loire)

d'azur
à la tour du lieu d'or,
ajourée
et ouverte de sable
au chef d'argent chargé
d'une croisette
tréflée de gueules

"Notre village est situé à 5 km au nord du Creusot et à 20 km d’Autun. Il s’étend sur une superficie de 1 500 ha, avec des altitudes allant de 318 à 540 m. Il porte bien son nom puisqu’il est recouvert de 450 ha de forêt domaniale, soit presque sur 1/3 de sa superficie. A noter le plan d’eau et son barrage en granit édifié au début du XXe s."

St Sernin du Bois, vu du barrage

"Saint Sernin du Bois tire son nom de saint Saturnin, 1er évêque de Toulouse au IIIe siècle. Le concernant, il est difficile de dissocier ce qui relève de l’histoire et des croyances populaires. En 250, refusant d’honorer l’empereur suite à la demande de prêtres païens, il fut sacrifié, attaché à un taureau. La légende raconte que le taureau, lâché depuis le Capitole, traîna derrière lui l’évêque qui mourut déchiqueté. Il fut ensuite inhumé à l’endroit où sa dépouille fut retrouvée, de manière suffisamment profonde pour ne pas que les païens puissent profaner sa sépulture. Par la suite fut édifiée là Notre-Dame du-Taur, entre l’actuelle place du Capitole et la basilique Saint-Sernin. C’est dans cette dernière que se trouvent aujourd’hui les reliques du martyr Saturnin.
Le nom de Saint Saturnin subit de nombreuses déformations au fil des siècles : Sernin, Sornin, Cernin, Serni, Sorlin...
C’est saint Léger, nommé évêque d’Autun vers 650, qui ordonna que 3 villages de son diocèse portent le nom de Saint Saturnin, puis Saint Sernin, dont notre village (...)"

Sources et liens : http://www.mairie-saint-sernin-du-bois.fr - http://www.saintsernindubois.net

 

 

 

 

 
Elizabeth Aldworth,

née St. Leger,

la première femme

franc-maçon

 

initiée vers 1712

Elizabeth Adlsworth, née St. Leger en 1693, est la première femme qui ait été initiée franc-maçonne, dans le comté de Cork, en Irlande, dans des circonstances tout à fait inhabituelles.

Son père et ses frères étaient membres de l'aristocratique loge no 44. Vers 1712, alors que lord Doneraile, son frère, était vénérable, cette loge organisait ses tenues dans l'enceinte du domicile familial. La jeune femme aurait assisté à une tenue maçonnique grâce à un trou dans un mur en travaux, dans une bibliothèque contiguë à la loge. Ayant été surprise, son cas donna lieu à une réunion de plus de deux heures, à l'issue de laquelle il fut décidé de lui offrir le choix entre l'initiation et la mort. Elle accepta l'initiation. "La Dame franc-maçon" serait restée membre de la loge jusqu'à son décès, à l'âge de 95 ans.

 

 

 

 

 

l'église Saint-Léger

de Burie

(Charente Maritime)

La commune de Burie se situe dans le centre-est du département de la Charente Maritime, dans l'ancienne province de Saintonge. Elle se trouve à 13 km de Cognac, 20 de Saintes et 25 de Saint Jean d'Angély, en Borderies, cru classé du vignoble d'appellation cognac. Burie se proclame "capitale du pineau". Ses presque 1 300 habitants sont appelés les Buriauds et les Buriaudes.
Le point culminant est de 103 m. Un chemin de randonnée part de Burie et permet de découvrir puits, fontaines et lavoirs, chemins et bois. Nous sommes ici dans le domaine des vignes et des bois.

 

Il ne reste qu'une partie de l'ancien château. L'église romane Saint-Léger possède une partie du XIIe qui est inscrite comme Monument Historique depuis 1982 : ce sont le portail et l'abside qui datent du prieuré-cure construit par les bénédictins de l'abbaye de Cognac et qui a servi de chapelle au château.

D'autres photos de l'église (extérieur et intérieur) ici

Evariste Poitevin, dit Goulebenéze, célèbre chansonnier patoisant charentais, est né à Burie en 1877.
Il composait des chansons sur des airs à la mode, comme "Le vin bian" sur l'air de "Froufrou" (1901), et des monologues.
Il parcourait le Poitou et les Charentes en chemin de fer pour ses spectacles, mal rétribués. Il est mort dans la misère en 1952, à Saintes.


Découvrez Goulebenéze

 

 

 

l'instant publicité

CarGo, qui existe depuis 1988, est une société savoyarde à capitaux 100% familiaux - famille de Saint Leger - qui compte une centaine de collaborateurs. Fondée par Patrick et Henry de Saint Leger, le groupe CarGo développe ses activités de location de véhicules.
La société est implantée sur toute l'Europe avec un réseau de plus de 400 agences de location de véhicules. Elle dispose d’une flotte de plus de 4300 véhicules de location et propose une gamme complète de services : location de camion, voiture de tourisme, utilitaire, minibus, camion benne, porte-voiture…

Lien : https://www.cargo.fr

 

 

 

Léon Geille de Saint-Léger, peintre orientaliste

Halte de la caravane

Bédouins au campement

Léon-Marie-Casimir Geille de Saint-Léger, né et décédé à Alger (1863 -1937), est un peintre et dessinateur orientaliste français. Il exposa au Salon des artistes français, à Paris, de 1893 à 1901. Ses œuvres sont exposées au musée des Beaux-Arts d'Alger et de Constantine..

Conversation à l'entrée d'une maison

Vue du Maghreb animé

 

 

 

l'église et la fontaine St Léger
de Montigny en Morvan (Nièvre)

"Ai Montigny, faut y v’ni !"

Montigny en Morvan (58), sur la rive gauche du lac de Pannecière, est adhérente au Parc naturel régional du Morvan. Elle compte 320 habitants.
Son nom vient du latin "Mons ignitus", "la montagne du feu" car sa situation élevée permettait d’y allumer autrefois des feux qui servaient de signaux.

le lac de Pannecière (1949) et ses plages, en été - réserve ornithologique
à gauche, le barrage : 340 m, 13 voûtes, 50 m de haut - lac de 520 ha et de 80 000 000 de m3
Le tour équestre du Morvan traverse Montigny, de même qu’un circuit en 2 étapes du tour du lac .

L’église St Léger date du XVe s. mais d’importants remaniements ont eu lieu depuis. Le chœur, voûté en arc brisé, fut reconstruit à la fin du XVe. Au XIXe, des travaux furent entrepris pour prévenir la chute de l’édifice. Le clocher en bois, qui se situait au milieu de l’édifice, est abattu et reconstruit sur le porche extérieur. Du fait de la forte déclivité du terrain, l’église est soutenue, côté ouest, par une sorte de terrasse et un mur de soutènement. A l’intérieur, on découvre les fonds baptismaux datant du XVIe.

Au sud du bourg, près de deux lavoirs, se situe la fontaine St Léger. C'est un puits fermé avec une niche pour une petite statue. Dédiée au saint patron de l'église paroissiale, il pouvait y avoir un pèlerinage lié avec l’église.

 

 

 

"Source" et lien :
http://montigny-en-morvan.fr

 

 

 
 Pour tout ajout à ce fourre-tout,
Merci beaucoup d'penser à nous

 

  

 

 

  

 

 

http://www.stleger.info