le volcan de Saint-Léger


http://www.viamichelin.fr

"Nous avons marché sur ce pavé des géants, élevé de 60 à 80 pieds au-dessus du niveau de la rivière, pendant l'espace de plus d'une heure. Nous avons vu de loin, sur notre gauche, un des côtés du cratère de Nayrac ou de Saint-Léger, plus curieux encore que celui de Jaujac (...)
De là encore ont coulé des torrents de lave qui sont venus, sur la rive gauche de l'Alignon, dresser de nouveaux remparts de basalte en face de ceux de la rive droite."

Pour tout savoir sur ce volcan

 

 

 

 
Deborah St Leger

"From Rosinante" - Oil over Acrylic on Canvas (2005) - Deborah St Leger

Peintre, elle expose en Australie, à Hobart, dans le sud de la Tasmanie, à hauteur des 40e rugissants.

Avec son port en eau profonde et son histoire maritime, Hobart est la capitale de la Tasmanie et, après Sydney, la plus ancienne ville d'Australie.

Sa population est de presque 200 000 habitants. La ville dégage une atmosphère provinciale et paisible. Le centre a gardé sa physionomie générale du XIXe. Son climat tempéré, océanique avec des températures fraîches durant l'année, est marqué par le changement de saisons et des précipitations moyennes, un peu plus importantes au printemps.

Hobart - http://www.bourlingueurs.com/australie/tasmanie/page_02.htm

Hobart est blottie au sein d’une belle baie entourée de collines verdoyantes, de forêts denses et de montagnes enneigées l’hiver car le mont Wellington qui ferme le paysage mesure tout de même 1270 m. Son port moderne, fréquenté par les plus beaux voiliers du monde, l’a rendue célèbre dans le monde entier comme ligne d’arrivée de la fameuse course Sydney-Hobart qui lance en décembre le début de la saison touristique traditionnelle.
Une faune curieuse se retrouve en Tasmanie, comme partout en Australie, mais le "Diable de Tasmanie" est une espèce endémique et le "Tigre de Tasmanie" a disparu totalement depuis de longues années.

Pour découvrir les oeuvres de Deborah St Leger :
http://www.despard-gallery.com.au/artists/stleger/stleger.html

 

 

 

 

la chapelle Saint Léger
de Mortagne sur Sèvre (Vendée)

C'est à partir du 10e siècle que Mortagne apparaît : Mauritania, Moritonium, Mortaigne, enfin Mortagne. Deux hypothèses raisonnables permettent d'en déterminer l'origine : le nom d'une légion romaine ou bien, en roman, "Morte-agne" signifie "Mortes-eaux ".

Dépendant des Vicomtes de Thouars, Mortagne devient très tôt une baronnie.
La forteresse de Mortagne fut refortifiée au début du 16e, mais les Guerres de Religion ne l'épargneront pas. Une ordonnance de Richelieu en 1626 décide le démantèlement de nombreux châteaux dont Mortagne et sa ville fortifiée.

Dès le début du 18e, Mortagne, terre de culture et d'élevage, s'ouvre à l'industrie dans la vallée de la Sèvre dont l'activité est importante (moulins à blé, à papier, à draps).

En 1789, Mortagne est favorable aux idées nouvelles, mais les évènements divisent la population. En 1793, la ville est au centre du pays insurgé.

Elle mettra plusieurs dizaines d'années pour se relever et retrouver une activité importante (tanneries, tissages, cartonnerie...) et aujourd'hui une industrie dynamique et diversifiée.

 

Une curiosité :

le petit train touristique
Mortagne sur Sèvre - Les Herbiers (22 km)

http://jpmk.chez.tiscali.fr/Vendee.htm
voir aussi
http://www.trains-fr.org/unecto/cfvendee/cfv.htm

Pour tout savoir sur la chapelle Saint Léger de Mortagne

   

 

 

le drapeau du Kentucky

votre nouvelle demeure ?

Vous habiterez dans le Kentucky, USA, à Fort Thomas (l'étoile rouge sur la carte), une zone pavillonnaire à deux pas d'un golf 18 trous où vous pourrez vous restaurer au Triple Crown Country Club House, à moins que vous ne préfériez une partie de tennis ou un plongeon dans la piscine...

Mais d'abord, choisissez votre nouvel home :

Un designer sera à votre disposition pour parfaire votre intérieur.

En août 2005, il restait encore des places.

Lu sur http://www.stlegerhomes.com/

 

 

 

  

la fontaine Saint-Léger de Montbouton
(Territoire de Belfort)

Petit village franc-comtois de 481 ha, Montbouton s'est développé à 500 m d'altitude sur une colline située en bordure du plateau calcaire jurassique qui domine l'extrême sud du département.
"Munpetun" est cité en 1303 dans un état des possessions du duc d'Autriche, landgrave d'Alsace. Le village possédait alors une chapelle

.

l'église St Léger de Montbouton
http://fr.wikipedia.org

L'église, dédiée à saint Léger, est reconstruite en 1714 : le village avait été ravagé au siècle précédent par les Suédois.
L'influence de la paroisse dépassait les limites du territoire du village et draînait les catholiques minoritaires dans les villages voisins à majorité protestante.
L'église actuelle date des années 1860.

Stimulée par la proximité de Beaucourt et de son activité industrielle, la population du village s'est développée au XIXe s. pour passer de 173 à 488 habitants en 100 ans.
En 1999, elle était de 438 habitants.

La fontaine Saint-Léger fait peau neuve

samedi 23 février 2002

Ce monument fait partie du patrimoine que la petite commune du Sud Territoire tient à protéger et à mettre en valeur.

En bordure de la petite route donnant directement accès à la Cité du Val, la fontaine Saint-Léger, dominée par l'ancien presbytère et cernée par les murs de pierres taillées, offre aux passants son calme, son authenticité et son histoire. Le filet d'eau s'échappant du bassin hexagonal avait, il y a bien longtemps, des vertus curatives pour les yeux.

Cet ouvrage a traversé les siècles, les Montboutonnais devant juste, de temps à autre, assurer son entretien. Depuis quelques années, la commune met tout en oeuvre pour mettre la fontaine encore plus en valeur.

En 1997, elle procédait à la reprise complète du bassin et de l'intérieur du captage. Au cours des étés 1999 et 2000, on entreprit la réfection des murs bordant cette fontaine et qui s'écroulaient petit à petit. Deux chantiers internationaux s'attelèrent à la tâche : venus de tous les coins du monde, des jeunes apprirent l'art de la taille des pierres et des couvertines. Le résultat était à la hauteur des efforts fournis : un mur flambant neuf voyait le jour, construit dans la plus pure tradition ! Restait à créer un espace vert à proximité qui donnerait envie au passant de faire une pause, de profiter du calme et de la sérénité de l'endroit et aussi de s'offrir un large point de vue sur la vallée et les Vosges.

 

 

 

 

 

 

 

 

Montbouton
Rue de la Fontaine St Léger
ill. C. Odile

La commune décidait alors de passer le relais à la Communauté de communes du Sud Territoire dans le cadre d'un projet destiné à mettre en place des sentiers de randonnée permettant de découvrir à pied toutes les richesses des petits villages du sud du département. Les entreprises, présentes actuellement sur le site, créent donc des places de parking, posent des pavés, installent tables et bancs et mettent en place la terre avant de l'engazonner. La fontaine Saint-Léger s'offre indiscutablement une seconde jeunesse ! À la belle saison, les habitants de Montbouton, les promeneurs ou les gens de passage pourront redécouvrir ce monument et profiter de la beauté du site grâce aux nouveaux aménagements.

Daniel Daucourt

 

 

  

une enluminure
du saint Léger

 

Cette enluminure représentant le martyre de saint Léger se trouve dans un "bréviaire à l'usage de Langres" (cathédrale Saint-Mammès).
Elle date d'après 1481.

Le site Enluminures permet de consulter les reproductions numériques des enluminures et éléments de décor des manuscrits médiévaux conservés dans les bibliothèques municipales françaises.
Vous y ferez de délicieuses visites virtuelles (le Moyen-Age à table, les travaux des champs, les rois de France, la chasse, les sciences, la guerre...)
Source :
http://www.enluminures.culture.fr/documentation/enlumine/fr/

le martyre de saint Léger

 

 

 

  

l'église Saint Léger de Vendin-le-Vieil
(Pas-de-Calais)

Vendin-le-Vieil a une superficie de 1062 ha, l'altitude est de 28 m en moyenne et la population atteint désormais plus de 6800 habitants.

gouache de l'album de Croy, 1ere représentation de Vendin le Vieil
dans les années 1600. Il s'agit de la plus ancienne image de la commune.

Le village a subi les 15 sièges de Lens. Son essor économique est dû à l'exploitation houillère. Il a été totalement détruit en 1917.

7239 en 1968
6473 en 1946
5287 en 1926
3007 en 1921
5512 en 1911
4713 en 1901
2288 en 1891
1184 en 1881
909 en 1861

Vendin le Vieil - l'église St Léger avant 1914

Vendin le Vieil - après la guerre - la rue de l'Eglise

Vendin le Vieil - l'église Saint-Léger

La 1re mention de l'église date de 963. Ce temple était sans doute bien modeste, il fut remplacé par la suite par un autre plus important, sur l’emplacement de l’église actuelle.
Dédiée à Saint Léger, patron de la paroisse, elle fut reconstruite en 1750, comme l'atteste le claveau de grès central de l’arche de voûte du portail d’entrée qui porte cette date en relief. Elle a coûté 100 000 livres, outre les briques et la chaux fournies gratuitement par les paroissiens.

Vendin le Vieil - la rue Jean Jaurès

Ce monument, assez vaste, bâti en briques et en pierres de taille, s’élève sur un plateau qui domine les environs. Il possède trois nefs et des chapiteaux de l’ordre dorique. Les bas-côtés voûtés en plein centre se terminent par deux chapelles sous les invocations de Notre-Dame du Rosaire et de Saint Léger.
Pendant la Révolution elle fut dépouillée : 2 de ses cloches, des livres, objets du culte, statues et tableaux furent envoyés au district de Béthune pour être fondus ou anéantis. Vendue nationalement à un habitant d’Arras qui la fit fermer, elle était menacée de démolition quand elle fut rachetée par quelques personnes de Vendin qui, après le Concordat, le rendirent au culte sans indemnité.

Jean-Marc Laviéville - mai 2004
http://clochers.org/

Vendin le Vieil il y a quelques années

Vendin le Vieil - l'église Saint-Léger

Sources et liens :

 

 

 

 

  

 

http://www.stleger.info