a cup of humour ?

 

encore un Saint-Léger disparu !! (Haute Vienne)

L'histoire de Thiat part de l'évêque d'Autun Léger qui, dit-on, vers 650, disgracié et obligé de fuir, se réfugia sur la commune.
Un village se forma et prit le nom plus tard de Saint-Léger.
Un artisanat de potiers, verriers et forgerons se développa.
Au XIVe, le village fut détruit en totalité par un groupe d'Anglais.
Les habitants rebâtirent le village 1 km plus au sud et le nommèrent Thiat.
La population était en majorité protestante jusqu'au début du siècle, d'où l'implantation d'un temple dans le village.
Thiat n'était qu'un village de la commune de Darnac jusqu'en 1861, date où il y eut création de la commune de Thiat, et par la suite fut construite l'église actuelle, dont le bénitier en calcaire est une ancienne pierre à mesure.

http://www.viamichelin.fr

Thiat compte aujourd'hui 222 habitants. Il y en avait 690 en 1911.
La dernière poterie a disparu en 1969. Un petit four contigu à un four à pain et quelques bâtiments subsistent.
En suivant le cours de la rivière la Brame, on accède à plusieurs sites d'intérêt :

  • le dolmen du Breuil
  • la tour en ruine de la Côte au Chapt, du XIIe
  • de très nombreux moulins
  • la cascade dite "le Saut de la Brame" : ensemble de chutes d'eau spectaculaires (chaos rocheux dans une vallée encaissée)
le moulin du Breuil vu du pont Massugeon, sur la Brame

pour connaître le Saint-Léger que les Anglais (ravis ?) nous ont ravi durant la Guerre de Cent Ans.

Il s'agit d'une étonnante monographie de Thiat (illustrée ici), écrite par deux instituteurs au début du XXe siècle.
Vous y verrez également les photos que Xavier a prises en 2007.

Rappelons que les mercenaires anglais nous ont aussi rayé de la carte un Saint Léger en Alsace ! voir notre Fourre-Tout n°3...

 

 

 

 

 un brie "Le Petit Saint Léger"

Un internaute gourmand nous adresse cette pâte de Brie, en précisant qu'elle aurait été fabriquée par la fromagerie Lincet, de Saligny (89).

suite - mai 2004 : Didier Lincet nous écrit : "Pour répondre à votre demande, je ne connais pas ce fromage, il n'a jamais été fabriqué à Saligny. Il existait autrefois, il y a plus de 20 ans, d'autres fromageries Lincet (mon grand-oncle) qui peut-être le fabriquaient mais je n'en ai pas le souvenir."

du nouveau 10 ans plus tard - décembre 2014 

 

 

 

Mei-Ling St. Leger

Roots of Racism : Ignorance & Fear
les racines du racisme : l'ignorance et la peur
http://rootquilters.tripod.com/ror/quilts/stleger.html

 

Mei-Ling St.Leger et les autres artistes présents sur ce site américain s'intéressent particulièrement aux quilts qui veulent faire passer un message contre le racisme et l’intolérance.

L'histoire des quilts remonte à l'époque des pionniers de la Conquête de l'Ouest américain. Pendant les longues soirées d'hiver, les femmes utilisaient des chutes de tissus pour confectionner de superbes dessus de lit avec des motifs traditionnels en patchwork.

Les quilts sont une forme d’art très populaire aux Etats-Unis ; certains sont absolument spectaculaires et coûtent des fortunes. Il y a de nombreuses expositions, souvent en plein air, donc commençant au printemps.

Merci à Dominique pour ces renseignements !

 

 

  

 

un Chemin de Saint Léger à Stains
.... et Saint-Denis (Seine Saint Denis)

La ville de Stains (93) est bordée par les communes de Sarcelles, Garges-les-Gonesse, Dugny, La Courneuve, Saint-Denis et Pierrefitte.
Sa superficie est de 534 ha. Son point culminant se situe aux alentours de 60 m, près du collège Pablo-Neruda. La mairie se trouve à 11,7 km de Notre-Dame de Paris et à environ 17 km de l'aéroport Roissy Charles-De-Gaulle.
Stains compte aujourd'hui 35 000 habitants, les Stanois, et sa population est l'une des plus jeunes d'Ile-de-France.


le blason de Stains

Blason d'argent aux deux fasces ondées de sinople, au chef de gueules chargé de trois épis de blé tigés et feuillés d'or .
La devise est "Semina metes" (Sème, tu récolteras.)

Erigée en paroisse en 1213 par démembrement de la paroisse de Saint Léger, cette seigneurie relevait de l'abbaye de Saint Denis. Une commanderie des Templiers y était implantée au 13e siècle.

Stains entretient des relations de coopération avec :

  • Luco dei Marsi, en Italie
  • Cheshunt, en Grande Bretagne
  • Saalfeed, en Allemagne
  • Al'Amari, en Palestine
  • Mengueme, au Cameroun
  • Figuig, au Maroc
Voici le Chemin de Saint-Léger et la ZAC Saint-Léger, côté Stains :

Les revoilà côté Saint-Denis, ville limitrophe :

 

Pourquoi donc un Chemin de Saint Léger ici ?

Source : http://www.stains.fr

 

 

 

 

 

une closerie Saint-Léger à Joué-les-Tours (37)

Le corps de saint Léger, évêque d'Autun martyrisé en 678, fut transféré après son décès dans son abbaye de Saint Maixent. Au cours de ce voyage, sa dépouille traversa la Touraine de Saunay à Port-de-Piles. Il n'est pas impossible qu'à cette occasion, empruntant la voie romaine qui passait par Joué, elle ait donné lieu à la fondation d'une chapelle, celle-ci entraînant la création d'un village et d'un domaine en portant le nom. Cette chapelle est attestée dès 1504.

En mauvais état en 1725, il fallut un don du vicaire de l'église Saint-Pierre-le-Puellier de Tours pour la rétablir en partie. Elle joignait du couchant le chemin de Saint-Léger, et du midi celui de Saint-Léger à Montbazon.

Le lieu et closerie de Saint-Léger se composait alors
"d'un corps de bâtiment pour le maître, avec rez-de-chaussée et étage mansardé ; un autre corps séparé abritant la halle du pressoir, cellier, boulangerie, écurie et grenier ; porte cochère et porte bâtarde, jardin au couchant, clos de vigne avec fosse à eau ; le tout en un tenant enfermé de haies vives (6,5 ha)".

Aujourd'hui, la maison de maître, élevée d'un étage, avec un toit à la Mansard éclairé par des lucarnes, constitue le prolongement à l'ouest de l'ancienne closerie. Le pignon de cette dernière, d'une belle facture, a été l'objet d'un élargissement, entraînant la construction d'un bâtiment bas, accolé à la façade nord de la maison qu'il enserre jusqu'à son extrémité ouest. Un graffiti visible sur le mur nord permet de faire remonter cette modification à 1766.

Source : "Joué-lès-Tours, Domaines ruraux et Maisons de maître"
Pierre et Thérèse Robert, Editions Alain Sutton, décembre 2000

Maurice a fouillé pour nous

 

 

 

 

Saint Léger le Gautier !

Le Plessis Sainte Opportune (Eure)

 


http://www.viamichelin.com
 

Nous sommes dans le département de l'Eure et le canton de Beaumont le Roger, à une vingtaine de kilomètres seulement de St Léger de Rôtes et d'Evreux.
En 1792, Saint Léger le Gautier est rattaché au Plessis Mahiet et en devient un hameau. En 1846, Le Plessis Mahiet fusionne avec Sainte Opportune la Campagne pour devenir Le Plessis Sainte Opportune. Saint Léger le Gautier est par conséquent aujourd'hui un hameau du Plessis Sainte Opportune.
La population est passée de 383 habitants en 1868 à 190 en 1975 et 255 en 1999.

le Château de Saint-Léger 

Le Plessis Sainte Opportune possède ainsi deux églises. 
Quant à Saint Léger, il possède une chapelle Saint-Léger, privée, qui servait sous l'ancien régime aux habitants du lieu. Elle fait partie, comme un très beau colombier, du domaine du château du XVII°.

la chapelle de Saint Léger le Gautier

les églises et le château

Un grand merci pour ses renseignements à Christian, de Barc, commune voisine, qui se reconnaîtra

 

 

 

une église Saint Léger à Nandy
(Seine et Marne)

Nandy (77), qui compte environ 350 habitants au milieu du 20e siècle, voit sa physionomie complètement modifiée avec son adhésion en 1973 à l'Etablissement Public d'Aménagement de la Ville Nouvelle de Melun-Sénart.

Dès lors, le développement urbanistique s'intensifie avec la création de nouveaux quartiers et un accroissement constant de la population :

  • 340 habitants en 1818
  • 1 003 habitants en 1980
  • 5 610 habitants en 1990
  • 6 269 habitants en 2000
  • 6 348 Nandéens en 2002

http://www.viamichelin.fr

Le clip musical de "Vérone" de la comédie musicale "Roméo et Juliette" a été tourné dans le château de Nandy, qui fut reconstruit en 1660 et classé monument historique en 1968.

la mairie de Nandy

l'église Saint Léger

Lien : http://www.senart.com/nandy/index.html

Pour une petite visite de l'église Saint Léger de Nandy

 

 

 

 

 

 

un championnat de golf
mid-amateur St-Leger
au Québec

 

"Ce tournoi est ouvert à tous les amateurs membres d'un club de l'Association qui ont ou auront 40 ans avant le 15 juin de l'année en cours, et dont le facteur de handicap pour l'année en cours est de 10 ou moins."

Source et lien : http://www.golfquebec.org

 

 

 

 

Sanct Leodegar à Ebermunster (Bas Rhin)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sanct Leodegar
(saint Léger)
et son camarade
Sanct Leobard

Qui était Saint Léobard ?

Déniché sur http://www.saintpatrickdc.org/ss/0118.htm cette anglaise prose : "Leobard of Tours, Hermit (also known as Liberd), Died 593 : Saint Leobard was an anchorite in a cell near Marmoutier in Tours, France, where he lived for 22 years under the spiritual direction of Saint Gregory of Tours (Benedictines)."

Contactée, la bibliothèque municipale de Tours, en l'occurence Sandra Demphel, a effectué des recherches et trouvé ce qui suit, dans un article de Charles Lelong, "Etudes sur l'abbaye de Marmoutier", in "le Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, t. XXXIX (1979-81), p. 282" :
"L'établissement, quoiqu'on en ait dit, survécut aux troubles provoqués par les grandes invasions germaniques : à la fin du Ve siècle, Volusien y bâtit une basilique consacrée à Saint-Jean-Baptiste [...] ; au temps de Grégoire de Tours [à la fin du VIe siècle], il est question des "frères", des offices, de l'abbé Eustache et de fidèles désirant mener la vie érémitique, tels Alaric et Léobard. Ce dernier "agrandit de ses mains la grotte laissée vacante par Alaric ; les jeûnes, les veilles, la prière, la psalmodie, la lecture y furent toute son occupation, interrompue de temps en temps par le travail des mains qui consistait principalement à transcrire des livres de l'Ecriture Sainte ou des saints Pères et à tailler le roc". "Il fut inhumé dans le sépulcre qu'il s'était lui-même creusé dans le roc de sa cellule".

Merci, Sandra !

 

extérieur de l'abbatiale d'Ebermunster
http://perso.wanadoo.fr/photos-voyages-eric/67_ebermunster_exterieur.htm

Dressant fièrement ses trois tours visibles de très loin, au-dessus d’une pittoresque concentration de toitures couvertes à l’ancienne, au cœur d’un village typique du Ried qu’irriguent de manière charmante plusieurs bras de l’Ill, l’abbatiale d’Ebermunster (67) est sans aucun doute le monument baroque le plus spectaculaire d’Alsace.
 

inondations en plaine d'Alsace - Ebermunster en janvier 2004
photo de Philippe Dufour sur le joli site
http://perso.wanadoo.fr/vent.ouest/text/index.html

 

 

 

 

 

  

 

http://www.stleger.info