es éants d'staimpuis

 

décembre 2016

 

a commune d'Estaimpuis cherche des porteurs pour ses géants

Il s'agit d'un article de en date du 22 novembre 2016 :

 

 

La commune d’Estaimpuis veut faire vivre cet élément du patrimoine local.

Tataf le tanneur d’Estaimbourg, Jocelyn le Templier de Saint-Léger et Rohan de Néchin. Ce sont les géants de trois des villages de l’entité d’Estaimpuis. Ils sont abrités au hall technique de la commune. Le plus ancien géant est un sabotier d’Evregnies. Tous sont à roulettes et certains peuvent être portés, pour les faire danser.

"Les citoyens ne connaissent pas trop cet élément du patrimoine sur l’entité", constate le bourgmestre Daniel Senesael (PS). "Nos géants ont été mis à l’honneur à l’occasion de l’opération des 400 coups et nous les sortons parfois quand il y a des fêtes locales. Au cortège de la ducasse de Leers-Nord et de celle de Néchin. Mais c’est tout. Et c’est trop peu. Les personnes qui portent les géants veulent en faire plus."

Daniel Senesael souhaite que plus de citoyens s’impliquent. La commune veut d’ailleurs créer un comité de porteurs de géants. La réunion se tiendra le 2 décembre prochain à 18 h à la maison communale de Leers-Nord.

"Les géants amènent beaucoup de convivialité. Du folklore. C’est aussi un élément du patrimoine local qui fait le lien avec le passé d’une localité. Et nous voulons que ces géants sortent plus mais ce n’est pas la mission première d’une commune de faire vivre ces géants. Cela doit venir du terrain. Mais nous voulons faire bouger les citoyens."

Si la dynamique est bien enclenchée, d’autres géants pourraient voir le jour. "À terme, cela serait bien d’avoir un géant par village", glisse encore Daniel Senesael. "Il faut voir si les citoyens le demandent. Je verrais bien Simone en géant pour Leers-Nord. Ou un satcheu."

Le bourgmestre d’Estaimpuis songe enfin à nouer des relations avec des comités de villages voisins.

 


 

staimpuis: un comité créé pour sortir les géants plus souvent

article de du 5 décembre 2016 :

 

Actuellement, les géants estaimpuisiens ne sortent plus que deux fois par an

 

La commune dispose encore de trois géants. Malheureusement, ils ne sortent que très rarement. Un comité va être créé pour relancer le folklore.

"Certains l'ignorent peut-être mais la commune d'Estaimpuis possède encore trois géants en bon état. "À l'époque, nous en avions même cinq, précise Daniel Senesael. Le Savonnier est mort de sa belle mort tandis que le Sabotier est exposé à la salle Saint-Vaast mais n'est plus en état de sortir".

Actuellement, les 3 grands bonhommes de fer et de papier mâché, que sont Jocelin le Templier, Tataf le Tanneur et le Seigneur Rohan, ne sortent que deux fois par an "lors des ducasses de Leers-Nord et de Néchin". Une situation que regrette le maïeur. "Dans d'autres villes ou villages, je pense notamment à Dottignies, ils n'ont pas plus de géants que chez nous. Mais cela ne les empêche pas de participer à de nombreux événements".

Un budget par le biais d'Estaim'culture

Pour remédier à ce manque, il a donc été décidé de créer un nouveau comité de porteurs de géants. Une première réunion d'information s'est tenue vendredi soir à la maison communale de Leers-Nord. Si toutes les personnes intéressées n'ont pu être présentes, cela a malgré tout permis de partir sur de bonnes bases. "Le but du comité est double. Le premier objectif est d'effectuer des petites réparations aux géants qui en ont besoin. Je pense notamment à Jocelin dont la tête doit être rénovée. Le deuxième sera, dans un futur proche, de mettre en place quelques sorties dans des événements extérieurs. Par ce biais, on pourra contracter des échanges avec d'autres comités de porteurs. Autrement dit, on accepterait d'aller chez eux si, en retour, ils acceptent de nous rejoindre pour agrémenter le cortège de nos deux ducasses". Quentin Huart, qui chapeautera le comité avec Annie Blomme, va même plus loin. "Quand nous avons rencontré Charles-Henri Seynaeve, président de Dottignies, il nous a précisé que les porteurs de géants étaient une grande famille où la convivialité était reine. Les échanges sont monnaie courante. Il nous a, par exemple, déjà donné le nom d'un gars qui répare les têtes".

L'aspect budgétaire a également été évoqué durant la réunion. "Dans un premier temps, nous allons débloquer un budget par le biais d'Estaim'Culture, reprend Daniel Senesael. Notamment pour procéder aux réparations obligatoires pour que les géants soient opérationnels. Ensuite, il faudra envisager, quand on sera plus connu, d'organiser un apéro ou un repas afin de se créer un petit bas de laine pour faire face aux éventuels coûts".

La musique grâce aux majorettes

Les personnes qui veulent devenir "porteurs" peuvent prendre contact avec le comité. L'objectif est d'avoir, à chaque sortie, un nombre suffisant de personnes. "Pour effectuer une bonne sortie, il faut compter deux, voire trois, personnes par géant. Lorsque l'on s'engage, il est important de tenir sa parole. Nous savons, par exemple, qu'à Dottignies, tous les adhérents signent une charte. Le président ne prend d'engagements pour un rendez-vous que lorsqu'il est certain d'avoir assez de monde. Je trouve que c'est une bonne méthode à suivre".

Lors de la première approche, quelques intéressés avaient répondu à l'appel. Il y avait, entre autres, plusieurs représentants du groupe de majorettes The Fairy Wand. Ils étaient venus avec une bonne nouvelle: "Nous sommes l'un des derniers groupes de majorettes à encore disposer d'une fanfare. Si les dates concordent, nous sommes prêts à la mettre gratuitement à disposition du comité. Car des géants sans musique, cela tue le folklore".

 

 

Renseignement pris, Tataf est né le 24 février... 1990 (après JC)

 


 

harle de Rohan, le dernier seigneur - ocelin le Templier, l’ancêtre de Saint-Léger - ataf le tanneur, le vestige du passé ouvrier

article de du 6 décembre 2016 :

 

Créé en 1999, par l'ASBL Jeunesse et Loisirs, à Néchin, le géant mesure quatre mètres vingt et pèse environ 200 kg. Il est monté sur roulettes. Il représente Charles de Rohan, prince de Soubise, d'Epinoy et de Maubuisson. Il fut le dernier seigneur de la Royère. Son blason reste celui du village de Néchin. Sa devise était "À plus. Roi ne suis. Prince ne daigne. Rohan suis !" Façonné en mai 1988 par les membres de l'ASBL Jeunesse et Loisirs. Il se déplace grâce à ses roulettes.

 

Durant le XIIIe siècle, les Templiers possédaient des terres et une commanderie à Saint-Léger. La ferme du Temple, composée d'un manoir, d'une chapelle et d'une grange, est la mieux conservée d'Europe. Jocelin est un hommage à un "pauvre chevalier du Christ". Il est caractérisé par sa croix rouge.

 

Né le 24 février, également grâce à Jeunesse et Loisirs, Tataf est la représentation d'un écharneur au sein d'une tannerie. Sa profession était d'enlever les derniers morceaux de graisse et de chair qui restaient accrochés à la peau. À l'époque, le territoire estaimpuisien accueillait trois tanneries. Une seule est encore active aujourd'hui la tannerie Masure.

 


 

 

Cette photo est signée J. Nutte - au centre, Jocelin le Templier de Saint-Léger
On lit : "Jeunesse et Loisirs - Saint-Léger - 1977/1992" - agrandissement et noms ici

 

 

de gauche à droite :Jocelyn le Templier, Tataf le tanneur et Charle de Rohan 

 

 

des cartes postales anciennes du village ?
les photos de Bruno "le long d'un canal oublié..."
et la Confrérie des Satcheux ?
des vues récentes du village ?
inon, merci de fermer l'agrandissement.

 

 

 

 

http://www.stleger.info