ichel vit en ermite dans sa maison chauffée au bois dans laquelle
il fait le café à la chaussette
 

lu sur http://www.lameuse.be
le vendredi 27 décembre 2013
 

 

Michel, 60 ans, habite seul dans une petite maison à Saint-Léger. Il vit dans le dénuement le plus total et passe sa vie sur les routes. Les gens l’appellent "le sage" ou "l’ermite". Une vie qui lui convient parfaitement. Portrait.

 

 

Quiconque est déjà allé faire ses courses au Carrefour d’Arlon a déjà vu Michel. Assis sur les marches de l’escalier à l’entrée du magasin, il passe depuis des années le plus clair de son temps à observer le ballet incessant des gens qui entrent et sortent du supermarché. Ici, il connaît tout le monde. 

Pourtant, Michel, 60 ans, se considère comme un ermite. Un vrai : il vit seul à Saint-Léger dans une maisonnette de 30 m², chauffée au bois, sans télévision, ni ordinateur, ni téléphone. Ni même de machine à laver, de séchoir ou de frigo. 

"Je vis un peu comme au siècle dernier, confie Michel. Je fais encore mon café à la chaussette, c’est vous dire !" sourit-il. Il dit aimer la solitude. Il n’a pas de famille. Ses voisins, il les voit très peu. Ses journées, il les passe à se promener. "J’aime me balader. Je fais du stop sans arrêt. Un jour, j’ai décidé d’aller en Grèce en train. J’ai dormi sur la plage pendant des semaines, à la belle étoile. Je pêchais des pieuvres pour les manger. C’était la belle vie ! Je n’ai pas d’attaches, je fais des rencontres, c’est cela qui me plaît." 

Reconnu comme handicapé en raison de problèmes de santé, cet ancien électricien vit désormais avec une allocation de chômage de 1000 euros par mois : "C’est suffisant ! explique-t-il. Je n’ai pas d’enfants à nourrir, je ne me plains pas. Je suis libre à 100 %, c’est cela qui compte le plus pour moi." 

Parfois, son aspect extérieur pousse les gens à lui donner une pièce ou à manger. "Les gens pensent parfois que je fais la manche, mais je n’ai besoin de rien ! On m’a déjà traité de clochard, de SDF, parce que j’ai une barbe, des vêtements un peu différents. Mais l’habit ne fait pas le moine !" glisse-t-il, l’œil rieur. 

En discutant avec Michel, on plonge dans son histoire et on découvre ce qui l’a poussé à mener ce genre de vie : "J’ai été alcoolique pendant des années. Je n’ai pas honte de le dire. Je suis abstinent depuis très longtemps. Le fait d’arrêter de boire, c’est cela qui a changé ma vie. Et aux Alcooliques Anonymes, j’ai développé une philosophie de vie que je mets en pratique tous les jours : vivre au jour présent. Je considère que demain n’existe pas. Ce n’est pas un constat fataliste, c’est plutôt une manière de vivre l’instant présent." 

De son propre aveu, Michel a un petit côté philosophe : "D’ailleurs, on m’appelle le sage. Car j’aime écouter les gens. Les jeunes comme les vieux. On a tellement de choses à apprendre, de tout le monde." C’est cela qui fait tout le sel du personnage, véritable paradoxe ambulant : un ermite, certes, mais profondément humaniste. "J’aime être seul mais je suis curieux de tout", conclut-il. 

 

Jean-Claude Bouvy
Roger Champenois

 

  

 

 

http://www.stleger.info