AINT EGER DU VENTOX

(84)

notre Petit Poucet de 31 habitants 

"En Provence, le soleil se lève deux fois : le matin, et après la sieste."
Yvan Audouard

 

SIUAION

Région PACA
Département du Vaucluse
Arrondissement de Carpentras
Canton de Malaucène

 

 

 

St Léger du Ventoux, le plus petit village du Vaucluse, est situé au pied du Mont Ventoux, célèbre massif montagneux qui lui donne son nom, et dans la vallée du Toulourenc :

On y accède par la D 40.

 

 

 

 

Pour une localisation plus précise, cliquez ici :
 

 

Jusqu'au 31 décembre 2008, où elle a été dissoute, nous faisions partie de la communauté de communes de la vallée du Toulourenc, qui réunissait Brantes, Savoillans et Saint Léger du Ventoux.
C'était la plus petite communauté de communes de France, avec une population totale de 172 habitants.
La plus grande communauté de communes est celle du Grand Parc à Versailles, qui associe 9 communes pour plus de 150 000 habitants.
Depuis, nous faisons partie du
COPAVO - Communauté de communes du Pays Vaison Ventoux, qui réunit 17 communes et 16 000 habitants.

 

Une autre carte pour bien situer St Léger du Ventoux ?
Invitation au voyage : vidéo de 2 minutes

 

POPLATION

En 2007, il y avait 31 Saint Légeois, mais en 1999 St Léger du Ventoux ne comptait plus que 24 habitants !
C'est la commune la moins peuplée du Vaucluse... et des 73 communes "St Léger" également !
Nous étions 28 en 1975, 42 en 1954 et 63 en 1936.
On comptait 106 habitants en 1901, 175 en 1872 et 207 en 1841 !
La population diminue à cause de l'exode rural.

En été, grâce au tourisme, la population s'accroît considérablement. L'on vient flâner dans les rues du village et écouter les histoires que racontent les pierres.

 

 
le lavoir 

 

E VIAGE

Le village est composé de maisons anciennes en pierres accrochées à flanc de colline, et de fermes dans la vallée. Il y a quelques constructions récentes.

 

la montagne de Bluye (1062 m)

 

St Léger du Ventoux est ainsi bâti sur une colline (Bluye), face à l'abrupte paroi du Mont Ventoux (versant nord = ubac). C'est le plus haut sommet de Provence (1912 m), classé "Réserve de Biosphère" par l'UNESCO depuis 1994.

On trouve des chênes verts jusqu'à 620 mètres d'altitude puis des noyers de 620 à 800 mètres, de la garrigue aux herbes aromatiques comme le thym et la lavande vraie entre 800 et 910 mètres d'altitude, ensuite des hêtres de 910 à 1380 mètres et des pins à crochets jusqu'à 1 720 mètres d'altitude, enfin le secteur alpin au-dessus de 1 720 mètres d'altitude.
sur les pentes de la montagne de Bluye, bois de chênes et forêt de pins - quelques champs au cœur de la vallée.

 


pont sur le Toulourenc 

 
le même pont, vu du lit du Toulourenc 

 

Au pied du village s'étend une vallée très étroite et fertile où coule d'est en ouest une petite rivière : le Toulourenc. De chaque côté, venant des pentes du Mont Ventoux et de la montagne de Bluye, on trouve plusieurs ruisseaux et torrents.
Le Toulourenc prend sa source au pied du château d'Aulan, et coule sur un peu plus de 30 km à travers plusieurs villages médiévaux, tel Saint Léger. En été, il s'assèche, mais en automne ou au printemps, il est parfois en crue.

 

le Toulourenc, qui se jette dans l'Ouvèze après avoir parcouru environ 35 km
http://www.lemontventoux.net/

 

En balade à St Léger dans le lit du Toulourenc

 

La superficie de St Léger est de 1929 ha et l'altitude varie de 355 à 1901 m.
Il faut protéger les cultures avec des clôtures car les cerfs et les sangliers viennent dans les champs.

 

HITOIRE

http://membres.lycos.fr/gallian/communes/villes/stleger.html

le blason de la commune : d'argent à la bande d'azur à trois molettes d'or, au chef de gueules chargé d'une clef d'or et d'une clef d'argent posées en sautoir.
Famille Tonduti
Ancien Régime : Comtat-Venaissin - Judicature : Carpentras - Diocèse : Vaison
La commission d'héraldique, qui a réalisé en 1980 les blasons des 46 communes du Vaucluse qui en étaient dépourvus, a donné la préférence à ces armoiries, largement inspirées de celles de la famille des Tonduti qui détint le fief de St-Léger. On notera la présence des clefs qui correspondent aux armoiries du Comtat Venaissin.

 

Saint Léger a des racines préhistoriques, comme l'a attesté la découverte d'une hache de pierre, et une histoire ancienne : on a retrouvé des tombes de pierres plates, probablement de soldats sarrazins, car orientées en direction de la Mecque.
Au début du XIIe siècle, le village était une dépendance papale, mais le fief de Saint Léger fut assujetti dès le XIIIe siècle aux seigneurs des Baux de Provence et des de Vincens. Seigneurie des Tonduti-St-Léger du XVIe à la Révolution.
On cite le nom de "De Sancto Laugerio" en 1254, de "Sant Leydier" en 1363, et, en 1550, de "Sanctus Logerius".
On lui trouve plus tard le nom de Saint Léger d'Orange, commune du Comtat Venassin, annexée en 1791 et rattachée à la Drôme de 1791 à 1793.

Pour découvrir la carte de Cassini (fin du 18e) 

Lu sur http://josiane.ubaud.pagesperso-orange.fr/SOBRIQUETS.pdf

En septembre 1857, Frédéric Mistral, accompagné de Théodore Aubanel et Pierre Grivolas, entreprit de gravir le Mont Ventoux. Au sommet du "Mont Chauve", ils tentèrent le diable en descendant tout droit vers le Toulourenc. C'est ainsi qu'ils traverseront Saint Léger que Mistral décrira en 1906 comme "un marrit endrechoun qu'es au ped dou Ventour, abita per de carbounié et tout apaia de lavando", c'est à dire "un pauvre petit village qui est au pied du Ventoux, habité par des charbonniers, tout jonché de lavande en guise de litière" (voir plus bas dans cette page).

En 1880, les terres de la commune sont cédées aux Eaux et Forêts.

Journal officiel de la République française - 5 janvier 1919
(décret du 11 décembre 1918)

Saint Léger d'Orange devient Saint Léger du Ventoux le 18 juillet 1953.

L'existence de nombreuses grottes a donné lieu à une légende affirmant que dans l'une d'entre elles se trouverait une vache d'or. Cette tradition est à rapprocher de celle de Malaucène, commune voisine où une grotte sert de refuge à une chèvre d'or.

 

1942 - demande d'échantillon de fleurs de lavande et de lavandin
adressée à St Léger d'Orange

 

 

ACIVIES

Au XVIIe s., le village était réputé pour ses fromages. L'évêque de Vaison en fit l'éloge en ces termes : "Caseus hunc vucum commendat, sed mage claret sancti, quo gaudet nomine, Leudegarii".
Plus tard, ce fut l'exploitation de mines d'où l'on sortait du pyrite de fer. En témoignent les scories amoncelées en divers points.
Ce furent ensuite les nombreuses charbonnières du XIXe, mais aujourd'hui la plupart des "résidents à l'année" sont des retraités ou des jeunes ménages qui travaillent hors de la commune. Il reste quelques agriculteurs et le tourisme.

De nos jours prime l'exploitation forestière et agricole, dont la production de lavande avec une distillerie d'essence.
A cause du gel, il y a peu d'arbres fruitiers. L'éloignement du marché décourage un peu les agriculteurs.
Aujourd'hui, il n'y a plus d'élevage à Saint Léger. On pratique aussi le maraîchage et l'apiculture, et, de par les essences végétales - chênes verts et blancs - présentes sur la commune, la trufficulture.
L'hiver en effet, beaucoup d'habitants recherchent les truffes : ce sont des champignons qui poussent sous les chênes.
La truffe, appelée aussi "diamant noir", est très rare et très chère.
L'omelette truffée est excellente et très renommée. Il faut dresser les chiens-truffiers.

 

 

 

Actuellement, il n'existe plus de famille vivant des seules ressources de l'agriculture.
Presque chaque famille a son jardin pour sa consommation personnelle.
Dans le village, on ne trouve ni commerce, ni services publics. Seule la mairie est ouverte deux fois par semaine.

 

  

 

Un distributeur de produits congelés passe une fois par mois.
Les gens préfèrent faire leurs courses dans les supermarchés voisins.
Il n'y a plus d'école ici depuis 1968. Les enfants vont à l'école publique de Brantes (6 km).

 

  

le clocher de l'église Saint-Jean-Baptiste et Saint-Léger

 

ACCUEL - TOURSME

 

l'glise paroissiale Saint Léger, ancien prieuré
© Marie-José Kowalczyk-Aynié - juillet 2006

Elle possède des murs intérieurs en trompe-l’œil.
d'autres jolies vues de l'église et de la chapelle Saint-Basile ici
 

la mascotte de Saint-Léger !

 

 

une présentation de St Léger du Ventoux
avec les photos de Christine
l'ami Gilles vous propose sa visite du village
Philippe vous fait découvrir le centre de St Basile
et les activités pratiquées avec les enfants durant l'été 2003
l'escapade à St Léger de Myriam et Yvan - novembre 2005
Bruno a fait se rencontrer Sophie et le Père François...
Frédéric Mistral est passé par St Léger !
(cartes postales anciennes ici)
pour découvrir Brantes et le Mont Ventoux

 

ÊTE

Une fête votive a lieu le 2e dimanche après le 15 août : elle commence par un repas champêtre avec, au menu, soupe au pistou et grillades, et réunit plus de 400 convives. La soupe au pistou, spécialité provençale, est une soupe de légumes avec une sauce faite de tomates, d'ail et de basilic.

 

la fête au village en 2008
au coeur de la vallée

 

 

 

 

PECIALITE
 

MEMENO

 

 


Conseil Municipal 2014 - maire : Eric Massot
 

 

 


St Léger du Ventoux
http://www.saultenprovence.com/
 

 

2 séries de photos ici :

vacances reposantes à St Léger du Ventoux
vacances sportives à St Léger du Ventoux

 

 

un site très sportif et très sympa - cliquez sur l'image

 

 

Vous trouverez une page délicieuse et très fournie sur St Léger du Ventoux
sur le site Voyager comme Ulysse.

Courez-y vite, en cliquant sur le banc !

http://voyager-comme-ulysse.com/saint-leger-du-ventoux

 

 Pour visiter le site du Mont Ventoux,
le "Géant de Provence", cliquez ici

 

 

Saint Léger du Ventoux est le plus petit et le plus effacé des villages à l’entrée de la belle vallée du Toulourenc. Florissant au milieu du XIX° siècle, il a subi comme ses voisins, Brantes et Savoillans, un irrésistible déclin, puis un récent regain. Pour faire connaître sa remarquable église et quelques aspects de son passé, des habitants ont pris l’initiative de collecter d’anciennes vues des lieux et des villageois d’autrefois et de les présenter au public à l’intérieur de l’édifice. À cette collection s’ajoutent les peintures de Pierre Duquesne, décorateur de cinéma épris du village. Les dessins et les pastels réalisés au fil de ses balades par Jean Louis Marçot, nouveau Saint-Légeois, et divers documents anciens reproduits pour l’occasion.

 

fragments d'histoires

25 juin 1880
l'Affaire Quicassé
30 décembre 1918
Ferdinand est rationné

gens d'ici

la Gloire des Bleuets
correspondance entre René et Germaine
la classe de Julia
à Saint-Léger (1918-1942)

 

 

Les éditions du Toulourenc ("tout ou rien" ?), du nom de la rivière qui a creusé son lit au pied de la face nord du Mont Ventoux, ont pris pied dans un espace naturel privilégié pour garder constamment la tête en l’air !
Elles se proposent ainsi de marier le patrimoine naturel et culturel régional à des approches plus universelles, de rassembler des connaissances plurielles et des expressions artistiques pour créer des carrefours de pensée et des bonheurs de lecture.
N’est-il pas vrai qu’habiter, c’est être au carrefour du monde ?

 

 

 

http://www.stleger.info