AINT EGER
SOUS LA USSIERE (71)

 

 

  

PRESENAION

 

 

Région de Bourgogne
Département de Saône et Loire
Arrondissement de Mâcon
Canton de Tramayes
Communauté de communes du Mâconnais Charolais

 

 

Proche de Saint Lager, on parle déjà de notre village dans la charte de Cluny en l'an 1000. Il est situé entre le Charolais, le Beaujolais et le Mâconnais.

Pour une localisation plus précise, cliquez ici :
 

Il s'est appelé La Bussière sous la Révolution.

Il compte désormais 266 habitants dont la population est surtout rurale.
Il en comptait 796 en 1851 et 402 en 1936.
Les habitants sont des Saint Léodégariens mais, en patois local, ce sont des "Sandzirons" et "Sandzironnes".

 
 

 

 

La superficie de la commune est de 864 ha dont 103 de forêts.
L'altitude varie de 300 à 550 m.
Une rivière traverse le village : la Grosne, affluent de la Saône.

St Léger sous la Bussière se situe à 10 km de Cluny, 30 de Mâcon, 40 de Charolles, 100 de Lyon et 400 de Paris.

L'activité principale est l'agriculture : vaches laitières, bêtes charolaises, chèvres et élevage hors-sol (porcs, canards, poulets et dindes entre 5 000 et 10 000).

La commune compte une sixaine d'entreprises (commerces, artisans...)

 

 

 

ISTOIRE

Notre village a des origines relativement anciennes. Il portait le nom de villa "Santi Leodegarii" à l'époque gallo-romaine et une voie romaine le traversait.

Au XIe siècle, tout tourne autour du château féodal de La Bussière situé sur une butte. Les seigneurs de La Bussière ont régné sur le village durant environ 600 ans. Il y avait droit de péage à Pontcharra.
Le château lui-même comprenait 3 enceintes garnies de tours. Un fossé muré l'entourait. Un donjon s'élevait sur un tertre.

Pour découvrir la carte de Cassini

 
ferme à la Bussière 

 

Un moulin à papier, situé aux Lévriers, appartenait au baron de La Bussière. Il fut cédé à Joseph Ossedat en 1841.

L'activité d'une scierie à pierres a cessé en 1870. Une brosserie avait pris le relais, qui occupait une dizaine d'ouvriers. Elle se trouvait au bord de la Grosne car elle utilisait l'énergie hydraulique. Aujourd'hui, elle n'existe plus.

A cette époque étaient également installés au bord de la Grosne deux moulins à eau. Une tuilerie existait aussi qui fut fermée à la fin du XIXe siècle (1889) lorsque le train passa tout près, apportant des tuiles mécaniques.

 

 


la mairie et l'école de St Léger sous la Bussière

 


l'église de St Léger sous la Bussière

 


le château de la Féculerie
© http://www.chateau-des.com/pages_f/fr_home_f.html

 

 

Le château "Les Terrelles" - ou château de la Féculerie - fut construit en 1870 à l'emplacement de la féculerie. En 1893, Jules Plassard, gérant des magasins "Au Bon Marché", vint s'y établir : il dota la commune de 2 fermes modernes, d'un réseau de chemins vicinaux et ruraux, de ponts, et surtout d'une école et d'une mairie (1903). Il fit agrandir l'église (1897). La moitié du château brûla en 1936. Aujourd'hui, on l'appelle château DES.

 

 
le château DES

faits divers et coupures de presse anciennes

 

  

AOCIATIONS ET ÊTES

 

 

 

 

TORISME
  • Plats régionaux :
    • escargots de Bourgogne
    • oeufs meurette
    • daube
    • poulet à la crème
    • gigot à la Montaigut.
  • Vestiges d'un château féodal à la Bussière
  • Eglise romane du XIIe siècle
  • Sentiers balisés dans le cadre des Sentiers de promenade en Bourgogne du Sud
 


Lamartine (1790-1869) 

Tourisme Vert en Pays Lamartinien
dans le canton de Tramayes
St Léger, St Pierre le Vieux, Germolles sur Grosne, Tramayes, Serrières, Pierreclos, St Point, Clermain, Bourgvilain

Alphonse de Lamartine est né à Mâcon. C'est dans la région mâconnaise que cet illustre poète, écrivain et homme politique a vécu et repose.
La Route Lamartine est un itinéraire touristique jalonné de 100 km (Saint Point, Cormatin, Pierreclos, musée Lamartine à Mâcon, maison natale à Milly-Lamartine).

  • Pêche à la truite
  • Cluny, le Mâconnais, Solutré...
  
la célèbre roche de Solutré
  • Traditions :
    le mât de la mariée
    Il s'agit d'un sapin de 15 m de haut environ, dépouillé de ses branches, qui est planté près de la maison de la mariée et sera descendu et coupé à l'annonce de la naissance du 1er enfant.
    la journée des conscrits

    pour en savoir plus sur cette coutume

    la flore et la faune de Céline

 
les écoliers de St Léger sous la Bussière au printemps 1994

 

De bien plus anciennes photos de classe ici

Là une série de cartes postales anciennes commentées :

le bourg
la mairie - l'église - la gare
les écarts
les châteaux - Jules Plassard

Le patrimoine de St Léger sous la Bussière
Là des photos récentes du village
Henri a visité le village le 30 mai 2013 (c'est précis !)

 

 

SOUENIRS…

De très grandes foires, au nombre de 9 par an, avaient lieu sur "le Plâtre", devant le pont-levis du château.

Claude Courtépée, premier grand historien de Bourgogne, dans sa "Description historique et topographique du duché de Bourgogne", livre paru en deux volumes entre 1774 et 1785, note la présence, déjà et encore, de foires à La Belouze.


Louis XVIII, roi de France en 1816, frère de Louis XVI et du futur Charles X

Ordonnance du Roi Louis XVIII portant que les neuf foires du hameau de La Belouze, commune de Saint-Léger-sous-la-Bussière, arrondissement de Mäcon, département de Saône et Loire, sont rétablies à leurs anciennes époques et se tiendront, à l'avenir, le 12 février, le samedi de la veille de la Passion, et les 14 mai, 7 juin, 3 août, 5 septembre, 3 octobre, 15 novembre et 28 décembre de chaque année.

Paris, 11 avril 1816

"Il y a une dizaine d'années existait encore une grande foire : la foire aux bêtes à cornes. Elle durait tout le jour et se prolongeait très tard dans la nuit. Le matin, les agriculteurs des villages voisins amenaient des bêtes : vaches, chevaux... qui étaient vendues sur la place.
Ensuite, tous, agriculteurs, curieux, gens du village, allaient déguster les escargots de Bourgogne dans les deux cafés qui devenaient restaurants à cette occasion et n'hésitaient pas à transformer leurs chambres en restaurant tant il y avait de monde !
Malheureusement, ceci n'existe plus !"

Mme Baligand, institutrice à St Léger - printemps 1994

Une des histoires à la veillée

 

le lavoir de St Léger sous la Bussière

 

MÉMENO

  • Mairie : 03 85 50 49 27 - stleger71520.mairie@wanadoo.fr
St Léger sous la Bussière dans la presse

 

 

  

 

Les pages suivantes sont le fruit des recherches de l'ami Michel Guironnet, auteur de "L'Ancien Régime en Viennois (1650-1789)".

 Vous trouverez une présentation de l'ouvrage sur

 

N SAVOIR PLS

Ici l'édifiante histoire de Claude-Marie et Isaure
Là vous trouverez la saga de la famille Valentin
Là une rubrique "évènements du temps jadis" 
Pour en savoir plus sur Lamartine et le Mâconnais 

ÉCOUVRIR UGÈNE  

P our découvrir l'instituteur Eugène Perrussot,
la monographie du village qu'il établit en 1909
et le vibrant discours qu'il prononça à l'inauguration
du monument aux morts, le 2 septembre 1923
 

 

 

Voyez ici, sur le site
"Voyageur de Mémoire en pays Haut-Beaujolais et Haut-Clunysois"
les pages consacrées à St Léger sous la Bussière

 

 Pour en savoir plus sur la région, vous visiterez avec profit ce site :

 

le site des Archives Départementales

 

Entr'actes : le site de la Géniale Généalogie du 71

 

 

http://www.stleger.info