VIAGE
DE SAINT LEGER SOUS LA BUSSIERE

 

 

1914

 

Ecole communale de filles, dirigée par Mme Perrussot, à gauche de la photo
La photo date de juste avant ou du début de la Grande Guerre.
M. Perrussot, lui-même instituteur, y partira, en reviendra et prononcera un vibrant discours lors de
l'inauguration du monument aux morts

Jean reconnaît, en partant de la gauche, parmi les fillettes assises :

 

 

 

1919-1920

 

Ecole communale de filles, dirigée par Mme Roux
La personne à droite de la photo n'est pas l'institutrice, mais sa fille.

Jean reconnaît :

 

 

1939

 

EMOIRES D'COLES
SAINT LEGER SOUS LA BUSSIERE - 1939

Discipline militaire à l'école 

 

De très nombreuses écoles rurales, comme ici celle de Saint-Léger-sous-la-Bussière en 1939, ont fonctionné avec un couple d'instituteurs. Madame s'occupait des petits de 5 à 9 ans, Monsieur des 10 à 13 ans. En l'occurrence, il s'agissait de Marguerite et Roger Tupinier.

 

Ecole communale de St Léger sous la Bussière, dirigée par Marguerite et Roger Tupinier - 1939

 

Comme Jean Cinquin, le bonhomme de 7 ans qui tient l'ardoise, les Sand'zirons (nom des habitants du village) de l'époque se souviennent forcément de Roger Tupinier. D'abord, pour Jean Cinquin, agriculteur aujourd'hui retraité qui le tenait en grande estime, parce que c'était un excellent instituteur. Et aussi, il faut bien le dire, parce que ce maître, ancien de Saint-Maixent, lieutenant de réserve, imposait à ses élèves une discipline aux accents militaires : "On fonctionnait au sifflet. Il nous apprenait à marcher au pas, à faire le demi-tour. Et quand un écolier écopait de tours de cour à faire par punition, il lui arrivait de lui mettre des coups de pieds au cul pour le faire avancer plus vite..." se souvient Jean.

Un maître dur, donc, dont l'ancien élève se rappelle qu'un de ses camarades, coupable d'avoir imité la signature de ses parents sur un cahier de composition, s'était vu infliger 800 lignes à écrire. "Vous vous rendez compte ?" dit Jean.
Maurice Méline qui remplacera son prédécesseur en 1946 confiera plus tard que, pendant les années où il avait les élèves de M. Tupinier, le silence régnait dans la classe...

Mais on est 1939, la guerre commence. Vingt-quatre soldats de la commune seront faits prisonniers. Roger Tupinier mettra alors beaucoup d'énergie à organiser des kermesses, des fêtes pour récolter de quoi envoyer tous les mois des colis aux Sand'zirons détenus en Allemagne. Un geste qui lui vaudra beaucoup de respect.

Muté à sa demande à Mâcon en 1946 (à St-Clément exactement) pour suivre sa fille Georgette scolarisée là (la robe claire à épaulettes, 4e à partir de la gauche du second rang), M.Tupinier n'aura pas le temps d'y enseigner. Il s'y donna la mort.
En ce mois de septembre 1946, M. Méline emmena aux obsèques tous les élèves auxquels M. Tupinier venaient de faire obtenir leur certif. Dont Jean que feu son intituteur aurait aimé voir poursuivre ses études...

Thierry Dromard - Le Journal de Saône et Loire - 24 mars 2004

  

vue aérienne de St Léger sous la Bussière

 

Tous nos remerciements à M. Thierry Dromard pour son délicieux article de presse et à M. Jean Cinquin, de La Bussière, qui nous a gentiment prêté ces 3 photos de classe et retrouvé les noms.
Le site du Journal de Saône et Loire :
http://www.lejsl.com/

 


 

En juin 2006, Michel Guironnet et Raphaël Bouchot, notre correspondant à St Léger les Paray, sont allés rendre une petite visite à St Léger sous la Bussière.
Ils ont été accueillis par Pierre Lapalus maire, Maurice Passot adjoint, et Isabelle Philibert-Lapalus secrétaire du comité des fêtes, très disponibles, qui les ont accompagnés à l'église puis chez Jean Cinquin, mémoire vivante de la commune, déballant un tiroir de documents familiaux remontant jusqu'aux années 1750 et racontant des anecdotes sur des gens du village avec beaucoup de malice et les yeux qui pétillent. !
Enfin, passage au cimetière à dénicher les tombes de "nos" Poilus.

 

Pierre Lapalus, à gauche, maire de St Léger sous la Bussière
au centre, Michel Guironnet - à droite, Maurice Passot, adjoint

 

 

l'église

le saint Léger

M. Cinquin

 

 

Jean Cinquin, qui a tenu à se donner "un coup de peigne pour la photo"
"un coup de râteau" a-t-il dit.

 

 

St Léger sous la Bussière, le 16 juin 2006

 


 

1965

 

Ecole primaire de Saint Léger sous la Bussière en 1965
A gauche, au premier plan, les jumeaux de "La Place du Village", Jean-Noël et Philippe Deparis

 

"La Place du Village" est une émission de télévision, présentée par les frères Deparis, qui nous emmène à la découverte des habitants et des paysages des Pays de Savoie, de Suisse Romande et du Val d'Aoste.
Visitez
https://montblanclive.com/MBLiveTV/replay/la-place-du-village ou cliquez sur la photo pour visiter la page Facebook :

 

 

 

erci de fermer l'agrandissemen

 

 

 

 

http://www.stleger.info