e nom DEGUFFROY

par Guy Nauwelaers, Bruxelles

 

 

Ce dossier contient tous les éléments que je possède concernant ce nom de famille. Il est organisé de la manière suivante :
1. Les DEGUFFROY dans mon ascendance
2. La descendance après les DEGUFFROY
3. Les DEGUFFROY "anciens" repérés par d'autres sources
4. Les DEGUFFROY actuels
5. Possibilités de nouvelles recherches

 

les DEGUFFROY dans mon ascendance

 

Voici l'analyse d'un document de famille qui provient de mon aïeul Alexandre Joseph DEGUFFROY :

Un DEGUFFROY est venu en Belgique, des environs d'Arras, Artois, lors des guerres de Louis XIV, vers l'année 1667. Je ne possède aucune autre donnée sur cette personne. Le rédacteur du document emploie erronément le terme " Belgique ". A l'époque, le territoire concerné était "les Pays-Bas espagnols" et Louis XIV avait des prétentions sur ce territoire en raison de son mariage avec une princesse espagnole : il a attendu le décès de son beau-père pour s'agrandir. Cette guerre s'appelle "la guerre de Dévolution" et s'est terminée par l'annexion de ce qui est la Flandre française actuelle.
Le lieu de naissance du fils de ce premier DEGUFFROY, St Léger, permet de croire que c'est dans cette commune de la Belgique actuelle qu'il s'est fixé.


 

Son fils Jean-Joseph, né et décédé à St Léger, a épousé Catherine Dusollier. Mon aïeul prend la peine de préciser que cette Catherine était sortie d'une famille de notables : fille du clerc d'Herseaux, sœur ou nièce d'un notaire décédé à Mouscron, et aussi d'un écrivain ecclésiastique, Jean-Baptiste Solérius (c'est à dire : Dusollier latinisé, selon l'usage de l'époque).
Ceci permet de penser que le DEGUFFROY n°1 était lui-même un notable, sans doute placé dans la région pour y exercer un emploi dans l'appareil administratif français. Son fils fait un "beau mariage".
Malheureusement, ni date de naissance, ni de mariage, ni de décès.
Il serait possible de chercher l'existence d'un notaire Dusollier à Mouscron…

Quatre enfants sont issus de ce couple :

  • Etienne DEGUFFROY, dont il est dit qu'il est le père de l'épouse Delacre, de St Léger. Le rédacteur ne cite pas le nom de la mère, et "l'épouse Delacre" doit être suffisamment connue à St Léger pour que d'autres détails ne soient pas donnés.
  • Maria Anne, mère des Deprez, de St Léger. Le prénom du mari n'est pas cité et le rédacteur se contente de citer " les Deprez ", comme les Delacre, ils doivent être bien connus du rédacteur du document.
  • Louis-Joseph, voir ci-dessous
  • Catherine, épouse de Jean Baptiste Nys, à Templeuve.


Louis-Joseph, père du rédacteur, époux de Marie-Anne Talman, fille du Lieutenant d'Evregnies et d'une Brunin, nièce d'une chanoinesse du couvent de Sion à Tournay et petite fille d'un Brunin. On retrouve ici le souci de mettre en évidence le niveau social de la conjointe. Louis est décédé à St Léger, le 5 avril 1824, âgé de 83 ans.

Ce couple eut 14 enfants, dont 4 sont morts en bas âge. Seuls 10 sont cités :

  • Louis, époux de Henriette Lozy, est mort à 49ans, le 15 mars 1820 à Saint Léger
  • Julie, épouse de Jean-Baptiste Loucheur, décédée à Evregnies, le 27 mai 1849, à 77 ans. Marraine de son petit -frère Jean-Baptiste, le rédacteur du document.
  • Jean-Joseph, époux de Marie Duparque, décédé à Etaimbourg, le 13 juillet 1851, âgé de 76 ans
  • Marie-Anne, épouse de Jean Delbrouque, décédée à St Léger, le 30 août 1843, âgée de 68 ans
  • François-Joseph, époux de Augustine Lepers, décédé à Estaimbourg, le 13 mars 1850, âgé de 71 ans.
  • Antoine, époux de Joséphine Deltombe, décédé à St Léger, le 23 décembre 1853, âgé de 73 ans
  • Lucie, épouse de Jean-Baptiste Fauverie, décédée à Tournay le 2 octobre 1844, à 60 ans. A une fille religieuse près de Valenciennes.
  • Ferdinand, époux de Marie Doutrelange, décédé à St Léger, le 13 avril 1840, âgé de 54 ans
  • Isabelle, épouse de François Lebrun.
  • Alexandre Joseph, voir ci-dessous

Cette génération, la 4e depuis l'arrivée de l'ancêtre artésien, a connu les guerres napoléoniennes, le rattachement aux Pays-Bas, et la création de la Belgique. Elle vit dans l'essor industriel qui a marqué cette région à cette époque. Je ne sais rien des professions exercées. On voit aussi que la dispersion géographique des enfants est amorcée, quoique les localités restent dans la proximité de St Léger.


Alexandre Joseph DEGUFFROY, époux de Marie Joseph Bolus. Est né le 12 juillet 1790. Son épouse (qu'il appelle "maman") est née à Estaimpuis le 17 janvier 1798 et est décédée à St Genois le 4 mai 1849. Alexandre Joseph décédera le 14 juin 1857.

Ce couple a eu 9 enfants. :

  • Moïse Alexandre Joseph, 17 août 1819
  • Octavie Pauline, 28 décembre 1821
  • Henri Alexandre Joseph, 30 mars 1824
  • Adèle Marie Louise, 1er mars 1826. (Elle deviendra mon arrière grand'mère en épousant Adolphe Jacquin)
  • Clovis Alexandre Joseph, 25 janvier 1828
  • Clotilde Marie, 10 octobre 1830
  • Lydie Marie, 13 septembre 1833
  • Emile Gustave Marie, 22 août 1836
  • Léopoldine Marie 4 octobre 1824

Le document fut établi à St Genois, le 11 octobre 1854. Il donne des informations sur 5 générations successives de DEGUFFROY.
Alexandre Joseph, auteur de ce document, décèdera le 20 juin 1857.

L'impression d'ensemble de cette ascendance est que ces DEGUFFROY appartenaient à une classe de gens instruits. L'écriture d'Alexandre Joseph est très belle et sans fautes d'orthographe. On peut observer qu'Alexandre Joseph ne manque pas de mettre en évidence des parentés flatteuses ou honorables selon sa conception de la société de l'époque : fille du clerc d'Herseaux, nièce du notaire… 
C'est par Adèle DEGUFFROY que je me rattache à ce patronyme.

 

 

la descendance après les DEGUFFROY

 

Adèle DEGUFFROY épousa Adolphe Jacquin. Ce couple eut trois enfants :

  • Moïse ( Bruxelles 28 fév 1859)
  • Léopoldine (Bruxelles, 24 septembre 1860 - Gand Mont St Amand 21 novembre 1935), future épouse de Auguste Laurent Nauwelaers
  • Célina Adèle Alexandrine (Bruxelles 23 juin 1862)


Léopoldine DEGUFFROY épousa Auguste Laurent Nauwelaers (Duffel 29 janvier 1854, Gand Mont St Amand 6 décembre 1920). Ce couple eut quatre enfants :

  • Lydie (1885-1961)
  • Paul (1889-1962)
  • Augusta ( 1892-1960)
  • Clovis (1894-1943)


Clovis Nauwelaers épousa Elisabeth Van Leeuw. Ils eurent 6 enfants :

  • Fernand
  • Marie-Laure
  • Monique
  • Guy
  • Jean
  • Luc

Les détails biographiques dans la branche paternelle de mon père, et dans la branche de ma mère ne font pas partie du présent travail et sont repris dans la brochure RACINES que j'ai rédigée en 2000.
Clovis est dans la 7e génération depuis le DEGUFFROY venu s'établir à Saint Léger.


En bref, voici ma lignée depuis le DEGUFFROY " artésien " :

1. DEGUFFROY, Artésien mentionné en 1667
2. Son fils Jean-Joseph, époux Catherine Dusollier
3. Son fils Louis Joseph, époux M.A. Talman
4. Son fils Alexandre, époux M.J. Bolus
5. Sa fille Adèle, épouse Adolphe Jacquin
6. Sa fille Léopoldine, épouse Auguste Nauwelaers
7. Son fils Clovis, épouse Elise Van Leeuw
8. Son fils Guy, époux Denise Walckiers et rédacteur du présent travail
9. Quatre enfants dans la 9e génération et, dans la 10e, quatre petits-enfants dont deux filles chez mon fils Paul

Sauf si les règles de la filiation des patronymes sont modifiées, le patronyme NAUWELAERS issu d'Auguste Nauwelaers (6e génération) prendra fin lorsque ses filles de Paul Nauwelaers mourront.

 

  

les DEGUFFROY "anciens"

 

J'ai rencontré le nom d'autres DEGUFFROY anciens grâce à des apports divers. Je ne suis pas parvenu à les raccrocher à la lignée décrite ci-dessus. Toutefois, la proximité géographique suggère un lien de parenté possible.
Madame DEGUFFROY-Podvin, 130, rue St Aubert à 62000 Arras possède des notes que son époux maintenant décédé et elle-même ont établies concernant le patronyme et la généalogie. Elle m'a communiqué diverses informations, car ce sujet la passionne.

Voici son apport, en résumé :

Elle ignorait l'existence de DEGUFFROY en Belgique : autrement dit, le DEGUFFROY artésien expatrié en 1667 n'a pas laissé de trace dans son lieu d'origine, mais cela confirme ce que Jean-Baptiste affirmait : son aïeul fut un artésien. En effet, elle cite bon nombre de DEGUFFROY entre 1661 et actuellement.
Elle signale aussi que la souche des DEGUFFROY est l'une des plus anciennes du village de AIX-NOULETTE situé entre Arras et Béthune. La localisation artésienne du nom est donc antérieure à la localisation dans le Nord français, le Tournaisis et le Courtraisis en Belgique.
Elle m'a aussi communiqué une information sur la signification du mot DEGUFFROY. J'ai personnellement une autre opinion, mais n'attache guère d'importance à cette recherche...
Elle a aussi relevé des DEGUFFROY sur les monuments aux morts de 1870 et 1914-1918… Je ne me sens pas autorisé à diffuser plus largement les informations qu'elle m'a données.


Monsieur C.DEGUFFROY, Tour Cézanne, 47 à 62000 Arras, m'a signalé que son frère Jacques DEGUFFROY, Rue du Docteur Gachet à 95300, a fait un travail sur son ascendance paternelle. Il me signale que, selon leur grand-père Julien, ils seraient issus de la "ville" de Pottes en Belgique. Cette annotation peut faire croire à un lien avec la branche du DEGUFFROY établi à St Léger…
Le contact est établi et j'espère recevoir un peu plus d'informations de leur part.


L'Internet est bien pourvu de sites de généalogie. J'ai trouvé sur www.geneanet.org un site intéressant, et sur ce site j'ai repéré l'adresse e-mail de denis.warrot@wanadoo.fr qui m'a signalé que dans ses données un de ses ascendants a une fille qui a épousé un DEGUFFROY et m'a communiqué une copie de son acte de mariage.

Un petit rameau DEGUFFROY peut ainsi être tracé : Jean François DEGUFFROY ayant épousé Marie Françoise Bretemieux a entre autres un fils Félicien (°1798), époux de Célestine Nollet, lesquels ont entre autres un fils Louis-Henri Joseph, qui a épousé en 1824, à Wattrelos, Sophie Amélie Warrot. L'acte de mariage signale l'un et l'autre comme tisserands. La contractante, le père du contractant et les témoins ont déclaré ne pas savoir signer.

 

 

les DEGUFFROY actuels

 

Repérer les DEGUFFROY actuels n'est pas une tâche très compliquée. Il suffit d'ouvrir des bottins téléphoniques. Mais c'est une tâche ingrate ! Les lettres que j'ai envoyées n'ont qu'un très faible taux de réponse. Madame DEGUFFROY-PODVIN est une heureuse exception : elle est motivée, car outre sa propre initiative, elle est motivée par la mémoire de son mari.
Et il y a aussi les rencontres faites sur le site de genéanet. Les participants sont des personnes que ce sujet intéresse, mais encore faut-il que leurs propres données soient relatives à des DEGUFFROY.
Pour le surplus, j'ai une quinzaine de lettres restées sans réponse - soit que ces adresses soient fausses, soit que le destinataire n'est pas du tout intéressé par la question, soit qu'ils craignent une arnaque.

Personnellement, je pratique en pur amateur, d'une part, et d'autre part, je ne suis pas disposé à dépenser beaucoup d'argent et de temps à retrouver des ancêtres. Né en 1928, je ne devrai pas attendre encore longtemps avant de pouvoir consulter, sans frais, le registre des entrées au Paradis où je suppose bien que l'un ou l'autre DEGUFFROY doit se trouver…

Je compte accentuer mes communications avec les DEGUFFROY qui ont une adresse e-mail. Cette possibilité est peu onéreuse et rapide. Elle permet en outre d'établir un répertoire commun des DEGUFFROY actuels.
Mon intérêt autour de ces problèmes de généalogie est fortement soutenu par celui que je porte à l'histoire, surtout l'histoire régionale.

L'exemple de mon aïeul "artésien" est évident : que s'est-il réellement passé vers 1667 pour qu'un Monsieur DEGUFFROY vienne s'établir à St Léger ? J'ai écrit à la bibliothèque de l'Université de Lille et à celle de la Ville de Lille pour savoir si je pouvais consulter sur Internet la section "Histoire" de leur catalogue. Je serais étonné de constater qu'aucun ouvrage d'histoire locale ne traite de cette période de la guerre de Dévolution : savoir ce qui s'est passé alors et ce qu'a vécu mon ancêtre me rapprocherait de lui. Malheureusement, pas de catalogue consultable sur Internet et je ne me vois pas faire le déplacement vers Lille pour tomber sur des guichets fermés après avoir arpenté des couloirs…
Il y a aussi des DEGUFFROY dans la communauté flamande. Cela n'est pas étonnant, vu la proximité de grandes villes flamandes comme Courtrai et Gand, où des DEGUFFROY ont fait des études ou trouvé un emploi et fondé, à leur tour, des familles. Je suis en rapport avec trois d'entre eux.

 

 

possibilités de nouvelles recherches

 

Une fois lancé dans le sujet, on se rend compte que les orientations de recherche croissent d'une manière exponentielle : chaque nouveau détail apporte son lot de questions :

  • Autrefois, les armées recrutaient leurs régiments sur des bases régionales. N'y a-t-il pas quelque part des états nominatifs d'un régiment "ARTOIS-PICARDIE", où le nom serait présent et fournirait ainsi des détails biographiques ?
  • Les minutes anciennes d'un notaire ayant exercé à Mouscron sont-elles conservées quelque part ?
  • Où sont les registres de baptême de St Léger, de Aix-Noulette ? ….
  • Est-il possible de "faire parler" les monuments aux morts ? Les communes qui les ont érigés ont-elles des traces des préparatifs de cette érection. Que se trouve-t-il inscrit dans leur registre des décès de l'époque ?
  • Existe-t-il ou a-t-il existé des cercles d'histoire locale à Arras, Lille, Tournai ? Ont-ils édité des études ?

Pour finir, on voit bien que le rapport coût / utilité devient rapidement très important, car l'utilité de cette démarche n'est que de pure convenance.

Vous avez maintenant l'essentiel des éléments que je possède, ainsi que des aperçus sur des éléments que possèdent d'autres personnes concernées par DEGUFFROY.
Si vous souhaitez vous intéresser au sujet, merci de laisser votre adresse, mais aussi ce que vous-même savez sur le sujet, en spécifiant que ces éléments peuvent être rediffusés auprès des autres DEGUFFROY, toute cette activité restant un pur hobby, bien sûr.
Peut-être même pourrait-on constituer dans le site de geneanet une "communauté" -un groupe de personnes centré sur le même sujet- encore que les personnes qui n'ont pas d'accès à l'Internet devraient alors recevoir des infos par la voie postale ordinaire et que quelqu'un devrait s'en charger…
Suivez mon regard… 

Le chercheur Google, option web, donne 603 sites internet où le nom est présent. Cela signifie que le monde entier a été examiné, mais seulement pour les DEGUFFROY dont le nom est présent dans un site. Il n'y a donc pas 603 adresses e-mail, et ces sites ne sont pas nécessairement orientés sur la généalogie. De plus, il y a de nombreux doublons. Et on ne recense pas les DEGUFFROY qui n'ont pas d'activité web.
Le chercheur AOL.fr donne 31 résultats pour le territoire français, aussi avec des doublons. Le chercheur AOL Anywhere en donne 142.

Le sens de ces recherches conduit à percevoir la dispersion géographique des DEGUFFROY actuels et non l'ascendance DEGUFFROY. Même en les contactant tous, il faudrait avoir beaucoup de chance pour remonter vers un ancêtre commun. La mémoire familiale ne va guère au-delà de la génération des grands-parents. Mais on peut ainsi retrouver des cousinages oubliés…

Guy Nauwelaers, Bruxelles, le 6 avril 2002

 

Document annexe


Contacter :

Guy Nauwelaers
Avenue de l'Araucaria, 10
1020 Bruxelles (Belgique)
guy.nauwelaers@pi.be
ou

 

  

   

 

 

http://www.stleger.info