article du Populaire du Centre - 14 juin 2006

Sur terrain neutre, mais convivial

 

St Léger Magnazeix (87)

L'Association des "Saint Léger de France et d'ailleurs" a tenu son assemblée générale annuelle, en Suisse, à Saint-Légier-La-Chiésaz, durant le week-end de l'Ascension.
A cette occasion, l'association a fêté son 10e anniversaire.

Cette grande fête associative a réuni plus de 230 convives au repas inaugural : membres du conseil municipal local, adhérents des communes, bénévoles et logeurs (...) L'association a enregistré 52 communes adhérentes.

Ce déplacement à Saint-Légier-La-Chiésaz a permis une rencontre touristique, folklorique et gastronomique entre les habitués et une intégration des nouveaux représentants des communes, dans un esprit de grande convivialité.

Nos prochains rendez-vous

Chaque année, l'association se réunit dans un village différent.
Les prochains rendez-vous ont été officialisés en assemblée générale :

 

 

 

article du journal suisse 24 Heures

29 mai 2006

 

 

 

 

article du Bien Public - 13 juillet 2006

Retrouvailles annuelles des Saint-Léger

St Léger de Fourches (21)

L'association des Saint-Léger a fêté ses 10 ans en Suisse, à Saint-Légier-la-Chiésaz, près du lac Léman, où s'est déroulée l'assemblée générale. Cette grande famille était bien représentée avec 25 Saint-Léger de France et d'ailleurs qui avaient fait le déplacement, dont cinq personnes de Champeau-en-Morvan-Saint-Léger-de-Fourches.

Au programme, outre l'assemblée générale, des visites guidées de la commune de Saint-Légier-la-Chiésaz, l'ascension aux Pléiades avec en toile de fond la neige et les narcisses fleuris par milliers, et de nombreux moments musicaux. Cors des Alpes, chorale de Saint-Légier-la-Chiésaz ont ponctué cette sympathique manifestation, que le syndic Ernest Cardis, aidé de nombreux bénévoles, avait préparée depuis de longs mois.
Ce fut un grand moment de convivialité et cette assemblée restera dans la mémoire des « Saint-Léger de France et d'ailleurs ».

Chaque année, l'assemblée tourne et se déroule dans l'un des 73 Saint-Léger ; le but est de promouvoir, hors de tout contexte politique ou religieux, les échanges et les rencontres entre les 73 communes ayant pour nom d'origine Saint-Léger.

Les membres de l'association de Champeau-en-Morvan-Saint-Léger-de-Fourches espèrent que, dans le futur, cette assemblée puisse se dérouler dans leur petite commune, à l'instar de nos amis bretons de St Léger des Prés qui, en 2007, ont décidé d'accueillir dans leur petite commune de 232 habitants le 6e rassemblement. Ce ne sont pas moins de 700 personnes qui seront attendues.

Le représentant de Saint-Léger-de-Fourches et les membres présents cette année en Suisse espèrent que, lors du week-end de Pentecôte 2007, de nouveaux habitants de leur commune feront le déplacement en Bretagne !
Au programme des festivités : visite du mont Saint-Michel, de la ville de Saint-Malo, etc. Champelliens, réservez dès à présent ce week-end sur votre agenda, et venez nombreux participer aux retrouvailles toujours très sympathiques des Saint-Léger !

 

... au bord du Léman - photographie prise lors du week-end de l'Ascension 2006

 

 

 

La Lettre de St Léger - n°101 - juillet 2006

L'Assemblée Générale des St Léger - 25, 26, 27, 28 mai 2006

St Léger (06)

Jeudi 25 mai

Arrivés bien en avance à St Légier-la Chiésaz vers 14h, nous avons eu le temps de nous promener dans le village avant le début des festivités. L'Assemblée Générale des St Léger de France et d'Ailleurs débutait à 17 heures dans ce village suisse. St Légier-la Chiésaz est en fait la réunion de deux villages, dominant, à 500 m d'altitude, le lac Léman, en pays vaudois.

Nos amis suisses, ponctuels, nous accueillent dans leur "grande salle" à 17 h précises. Nous réglons notre part de dépenses diverses, repas, excursions, et les hôtesses nous offrent un joli sac contenant un livret sur St Légier-la Chiésaz, des dépliants touristiques sur Vevey, Montreux… et deux jolis petits verres à dégustation que l'on peut suspendre à son cou astucieusement. Nous sommes en pays de vignobles ! Le hall se remplit vite et nous retrouvons des visages connus lors des divers rassemblements. Voici Christophe et Chantal Ripoche par qui l'aventure commença, Cathy, la coordinatrice de la région, venue d'Ardèche, et bien d'autres. Tous se désolent de l'absence d'Edouard que sa santé a empêché d'être présent avec Michelle.

Les participants sont nombreux : 150 logés, qui chez l'habitant, la plupart, qui en village de vacances, en gîte ou en chambre d'hôtes. Les logeurs sont là, attendent. Nous sommes présentés à M. Dupuy qui nous hébergera. Il nous précède en voiture et nous arrivons devant un charmant chalet qu'une énorme touffe de rhododendrons rouges pare de toutes ses fleurs épanouies. Mme Dupuy et son mari nous installent dans un vaste studio en rez de jardin. Salle de bains spacieuse, frigo, rien ne manque. Le jardin domine le lac Léman. Au loin, les Alpes françaises découpent leurs cimes sur un ciel sans nuages. Face à nous, la dent de Jaman et les rochers de Naye se dressent, magnifiques. C'est un paysage d'une beauté époustouflante. Et le lac est si calme, 500 mètres plus bas. Nous partagerons avec un couple de St Léger de Montbrillais la beauté du site, le calme du chalet et des déjeuners fastueux, sans oublier l'apéritif servi le dernier soir sur la terrasse, tandis que s'illumineront les rives savoyardes et suisses du Léman.

La première soirée se déroule dans la "grande salle". Les tables sont préparées, le repas servi par de jeunes et charmantes demoiselles, le vin offert : 1re récolte du vignoble communal ! M. le Syndic, le Maire en Suisse, nous accueille, discours simple, bon enfant. On nous précise le programme du lendemain, excursion régionale en car, en nous priant d'être ponctuels, le programme étant chargé. J'ai tout de même l'impression que l'indiscipline gauloise, quant aux horaires, inquiète quelque peu ! La soirée est animée par M. le docteur Eric Rochat. Il nous trace - avec quel humour ! - le portrait du Vaudois : tranquille, lent, paisible, se moquant légèrement de ses travers qui suscitent les rires, soulignant aussi ses qualités. Puis il nous fait l'inventaire des mots, expression typiquement vaudoise tel que l'abus de "joliment" qui, parfois, provoque de charmants quiproquos. Docteur, peut-on être "joliment" malade ? Mieux vaut être "joliment" guéri. Il évoque poète, chansonnier, compositeur, musicien vaudois et entame, en hommage à son créateur vaudois, les "3 cloches" qu'interprétèrent Piaf et les Compagnons de la Chanson vers 1947. Bien des participants, alors, joignirent leurs voix à celle de l'animateur. Retour dans la nuit vers notre chalet accueillant.

 

Yvette et Jacques Valette, à St Légier-La Chiésaz - entre eux, Christophe Ripoche, St Léger sous Cholet (49)
A droite, brandissant un verre de vin blanc vaudois, Christian Blasson, maire de St Léger près Troyes (10)

 

Vendredi 26 mai

Sur la place, les cars nous attendent… et nous sommes tous bien à l'heure ! Départ pour une balade à travers le vignoble de Lavaud. Il couvrait, il y a 50 ans encore, les pentes du Léman. Et puis, le site magnifique attirant de plus en plus de touristes étrangers et fortunés, les hôtels, palaces, s'élevèrent au bord du lac. Le béton attaquait la pente. Des pensionnats sélects se bâtirent et accueillirent les jeunes filles "de famille" qui venaient y apprendre à être de parfaites maîtresses de maison. Lady Diana fut l'une d'elles. S'ajoutant à cela, les routes, les autoroutes mangèrent le vignoble pourtant célèbre, tant et si bien que sa disparition inquiéta des passionnés de ce site exceptionnel. Les communes réagirent par voie référendaire. Il fut décidé un arrêt au bétonnage et le vignoble, bien que réduit, fut sauvé. Certaines communes se portèrent acquéreurs. St Légier-la Chiésaz devint propriétaire d'un vignoble et c'est le vin de la première production qui nous fut offert le premier soir. Chaque bouteille portait fièrement l'étiquette du cru St Légier. Et il est bon, croyez moi ! Le vignoble est soigné avec minutie.

Au cours du périple, le guide nous fera remarquer une plaque commémorative : l'empereur du Japon a visité le vignoble de Lavaud. Bien entendu, des voix s'élèvent pour réclamer une plaque rappelant la visite des St Léger de France et d'Ailleurs ! Nous redescendons vers le lac, Vevey. On nous fait admirer les palaces de Montreux. Si Vevey est une ville d'industries, commerces, la maison Nestlé y a ses bureaux, Montreux est la ville touristique par excellence. Bien des artistes y ont leur résidence, dont le plus célèbre fut sans doute Charlie Chaplin. Les magasins de luxe se succèdent. Le car s'arrête. Petite détente le long du lac, au marché. Nous ne ferons pas d'achats : une sortie au marché de Vevey est prévue samedi.

Retour à St Légier. Le repas nous attend. Nous sommes félicités pour avoir été "à l'heure", et chaleureusement, preuve évidente qu'on ne s'y attendait peut-être pas ! Le repas est délicieux et le dessert est somptueux. Savez-vous ce que sont les "délices des Mossettes" ? Deux coques de meringue coiffées, enturbannées d'une montagne de crème fouettée. On aimerait les déguster lentement. Mais le train qui part de St Légier-la Chiésaz et doit nous mener au sommet des Pléiades n'attendra pas. Tant pis, nous ne boirons pas le café.

En route vers la petite gare de St Légier, une voiture nous est réservée. Les Pléiades sont des alpages aux alentours de 1 400 m. Le train assume le dénivelé de 900 m. Le paysage est superbe. Soudain un cri de joie : "la neige !" Ce que la petite fille a pris pour un champ de neige, c'est un pré couvert de narcisses. La fleur, symbole du pays de Vaud, qu'il a fallu aussi protéger. Trop de cueillettes, de piétinements, aurait eu tôt fait de détruire la beauté fragile de ces prés fleuris…

Nous voici arrivés sur le site Astropléiades car sur ce sommet sont réunis les instruments permettant l'étude des astres. De jeunes astrophysiciens renseignent ceux que cela intéresse, voire passionne, avec une patience et une gentillesse sans failles. Jacques et moi aimerions redescendre par les sentiers balisés qui serpentent à travers les prés de narcisses. Je me renseigne. Bien sûr, c'est possible, me dit l'accompagnatrice qui semble un tantinet inquiète, car du site Astropléiades on peut regagner d'autres villages. N'insistons pas. Je pense qu'elle tient à ramener toutes ses ouailles groupées. Nous reprendrons le petit train.

Arrêt à Blonay. Le car nous attend et nous conduit dans le haut de St Légier. Les deux communes exploitent les forêts et on nous attend à la maison forestière. Que de bois ! Que de réserves ! Des rafraîchissements nous sont offerts. Et surprise : des cors des Alpes ! C'est un vrai concert donné par les armaillis (bergers) en costume folklorique. Après la chaleur de cette splendide journée, les rafraîchissements, la sonorité de ces cors, nous goûtons la soirée qui s'annonce plus fraîche.

Retour à la "grande salle". Les tables sont prêtes. L'animation, ce soir, est assurée par un jeune et talentueux musicien qui alterne chansons en s'accompagnant au piano et sketches malicieux pleins d'humour. On nous annonce le programme du lendemain : Assemblée Générale pour les délégués et marché de Vevey pour leurs accompagnateurs. Puis un groupe de jeunes prend place sur l'estrade. Leur spectacle de chants et poèmes est d'autant plus applaudi qu'il est donné dans un but caritatif, chaque année ils parrainent une maladie orpheline. Ils terminent leur prestation par une farandole entre les tables, toujours chantant et encore applaudis.

Samedi 27 mai

Assemblée Générale et pour les non concernés, direction Vevey et son marché. Le petit train nous amène en pleine gare, en plein centre de la ville très animée. L'accompagnatrice nous donne rendez-vous à 11h précises pour le retour et nous laisse libres de nous balader à notre gré. Bien sûr il va falloir faire provision de chocolats suisses ! Pour moi, je cherche une carte postale style panoramique. Je ne l'ai pas trouvée à St Légier. Je ne la trouverai pas dans un gigantesque supermarché où je m'égare d'étage en étage, de sous-sol en sous-sol. En ville, je découvre une charmante petite librairie, ça y est ! Retour vers la gare, carte panoramique dénichée. Un bon café accompagné du petit pot de crème fraîche et, petit à petit, le groupe se retrouve, bien à l'heure. Retour à St Légier, avec provisions de chocolat "pour l'année" me souffle un gamin de délégué.

Aujourd'hui le repas de midi se déroulera sous tente, au stade, à l'autre bout du village. L'ambiance ne faiblit pas, raclette à volonté et saucisses, tartelette aux fraises et café crème comme il se doit. Mais déjà quelques participants envisagent leur départ. Ils travaillent lundi et la route est longue. Ils n'assisteront pas au repas de clôture où, paraît-il, une surprise nous attend.

Auparavant, promenade découverte du village. A 3h, toujours précises, notre guide nous entraîne à la découverte des vieilles maisons, anciennes vastes fermes, témoins d'un passé agricole et que la commune tient à conserver. Beaucoup d'entre elles sont décorées de fresques peintes en noir. C'est un peintre facétieux, Alfred Béguin, du début du XXe, qui les a exécutées. Elles représentent les épisodes de la vie rurale de ses contemporains avec un humour très vaudois. Voici, notamment, un retour de foire : pochards avinés ramenés en charrette, couple s'embrassant, enlacés sous une ombrelle. Là, un cheval emballé qui renverse tout sur son passage. Le peintre observait bien ses concitoyens. Une dispute opposait-elle des femmes ? Le lendemain, abasourdis, les villageois pouvaient contempler et surtout reconnaître les belliqueuses. Tant et si bien que certains, furieux d'être découverts, en appelèrent aux autorités afin que cesse cette hilarante et brillante exposition. Alfred Béguin dut s'incliner et fut oublié. Bien des cartons disparurent. Mais la petite fille du peintre en a retrouvé et l'œuvre de son grand-père fut remise à l'honneur. Les fresques restantes sont désormais conservées et confèrent à ces maisons décorées le charme nostalgique d'une époque révolue.

 

l'une des peintures d'Alfred Béguin

 

Il fait bien chaud. On nous attend pour nous rafraîchir. Notre guide nous conduit vers une splendide propriété "Bois St Jean". Des arbres magnifiques, de l'ombre enfin, une allée et une maison dominant le lac. Et surprise ! Le maître des lieux, le docteur Eric Rochat, nous accueille chez lui. Pain, chocolat, cartes postales nous sont offerts. Une jeune et jolie vaudoise en costume folklorique passe de groupe en groupe, nous conseille de nous installer sur la terrasse où chaises, tables nous attendent. Pour ne rien oublier, le docteur a prévu des chapeaux de paille afin d'éviter l'insolation face aux rochers de Naye ! Quel accueil, quelle gentillesse ! Mais les cloches tintent. Pour les croyants l'église du XIIe siècle rappelle qu'un office œcuménique va se dérouler. En pays de Vaud, on est protestants mais l'église accueille les catholiques. Prêtre et pasteur officieront. Tout débutera par un concert d'orgue dont le buffet est remarquable. L'acoustique donne à la musique de Bach toute son ampleur, toute sa sonorité : un moment de grâce.

Et voici le repas de clôture et la surprise : remise de cadeaux aux autorités qui ont tant travaillé. A tout le personnel encore là pour nous servir et qui nous a si bien reçus, applaudissements nourris. Et la surprise ? La voici : un gâteau d'anniversaire illuminé de bougies. Quel anniversaire ? Celui de l'Association des St Léger qui fête sa première décennie. On appelle, on exige que le responsable de cette belle aventure monte sur l'estrade. Il en coûtera à Christophe Ripoche, "l'instit" de St Léger sous Cholet, toujours si modeste, d'obéir. Il se décide. On applaudit longuement. Un discours, un discours, chante-t-on sur l'air des lampions. Il sera court, simple et si amical.

Chacun de nous aura au dessert un gâteau offert et confectionné par le pâtissier de St Légier. Les discours, les remerciements se succèdent et reviennent, sans cesse, les mots d'amitié, de reconnaissance aussi, pendant que notre accompagnatrice circule de travée en travée un grand panier au bras. A chacun de nous elle remet un petit galet que la Veveyse a roulé dans ses eaux avant de rejoindre le lac. Elle y a peint une fleur de narcisse et le nom de St Légier. La délicatesse du geste nous touche beaucoup. Puis au nom de Monsieur Nestlé on nous offre une longue boîte de petits chocolats. Nous sommes ravis. Pour terminer nous réclamons du Syndic follement applaudi une chanson ! Ces amis suisses sont musiciens. Ils nous l'ont prouvé et leur chorale nous a charmés chaque soir. Alors ? Alors, il accepte sans plus hésiter et entonne le chant des Armaillis des Colombettes (les bergers du village des Colombettes). Et au refrain la salle reprend en chœur les longs " Laiuba, liauban lio, oraya " que ceux qui les ignoraient ont vite fait d'apprendre.

C'est le moment des adieux, mélancoliques certes, mais on se reverra ! Dans un an à St Léger des Prés en Bretagne, dans deux ans à St Léger les Authie en Somme etc… Le programme est sur pied jusqu'en 2011 ce qui fait rêver…. les plus âgés. Bah ! On essaiera de se maintenir pour "en être" !

Adieu la Suisse, les Pléiades, les rochers de Naye et le lac. Pendant le chant des Armaillis, Jacques est passé de rang en rang, afin que chacun puisse signer la carte destinée à Edouard à qui nous avons pensé et à qui le Syndic a souhaité prompt rétablissement. Qu'elle lui apporte avec l'amitié des St Léger de France et d'Ailleurs non seulement une "idée" de ce panorama unique, mais ce vœu très sincère : rendez-vous dans un an, avec lui et d'autres nombreux de notre St Léger à St Léger des Prés ! Merci à St Légier à ses édiles, à ses habitants qui nous ont si bien reçus. Nous n'oublierons pas ce week-end de l'Ascension 2006 où ont dominé l'amitié et la fraternité.

Yvette Valette

Présentation du village du prochain rassemblement pour Pentecôte 2007 :

Région Bretagne - Département Ille et Vilaine, arrondissement de St Malo
St Léger des Près compte 232 habitants, a une superficie de 554 ha et est situé à 8 km de Combourg, 40 de Rennes et St Malo et 35 km du Mont St Michel. Nous sommes dans le pays de François-René de Chateaubriand qui vécut dans le triangle Combourg - Dol de Bretagne - St Malo.
La commune s'appelle St Léger des Prés depuis 1920. Une légende tenace disait que le beurre de St Léger jouissait d'une excellente réputation grâce à ses prés : à la demande de son Maire, St Léger devint St Léger de Prés.

Peut-être certains d'entre vous s'interrogent : "Qu'est-ce que c'est cette association" ? Peut être ne savez vous pas comment, a été conçue cette aventure. Eh bien voilà : A St Léger sous Cholet existe une très belle école, un instituteur, des enfants, banal, non. A la question "Pourquoi notre village s'appelle-t-il St Léger ?" suivie de "Y en a -t-il d'autres en France ? ", il a lancé ses élèves sur des recherches afin d'y répondre. Les enfants ont appris qu'il existait 73 St Léger, dont deux en Belgique et un en Suisse. Est née l'idée de correspondre avec ces villages homonymes, de les connaître. Une bonne cinquantaine de réponses suivies de monographies des villages que cette enquête intéressait au plus haut point, des photos arrivèrent à St Léger sous Cholet. S'ensuivit l'idée d'une exposition puis d'un rassemblement. Et c'est ainsi qu'à la Pentecôte 1996, Edouard et Michelle, Jacques et Yvette, découvrirent St Léger sous Cholet, bourg de 3 000 habitants environ, son école, l'exposition et … l'instituteur Christophe Ripoche. Nous étions 600 participants. Un succès, quelle ambiance ! Depuis, l'association s'est créée, structurée à travers France, Belgique, Suisse, et qui sait Canada ? D'année en année, les Assemblées Générales (une tous les deux ans), les Rassemblements (un tous les deux ans) nous ont fait découvrir des villages, des hommes et femmes amoureux de leur passé, désireux d'assurer leur avenir, beaucoup sont devenus des amis qu'un même idéal unit. Notre St Léger si petit a tout de même délégué 20 participants chez nos voisins de St Léger les Mélèzes ! Si cela vous intéresse, rejoignez nous. Les années passent vite, il faut que des jeunes assument la relève. Si cela vous intéresse, alors nous vous présenterons "l'instituteur " car Christophe Ripoche a décidé de venir nous "découvrir" pour la St Jacques. Et nous lui ferons le meilleur accueil, il est notre ami, celui de tous les St Léger. Christophe, pensais-tu lorsque tu as lancé ton appel vers les St Léger que cela prendrait une telle envergure ?

Et si vous voulez savoir qui était ce saint Léger, relisez la lettre de St Léger où sa biographie a été "publiée". Si vous ne l'avez plus, cherchez à la Mairie ou venez me voir, je vous la raconterai.

Yvette Valette

 

 

 

bulletin municipal 2007

St Léger Magnazeix (Haute Vienne)

 

Les SAINT LEGER de FRANCE ont fêté leur 10e anniversaire à SAINT LEGIER - LA CHIESAZ (Suisse) lors de l'Assemblée Générale de l'Ascension 2006.
Ce fut un moment émotionnel pour le créateur de l'Association.
Ce week-end mémorable, pour les participants, a permis de réunir une nouvelle fois les habitués des A.G. Annuelles et des Grands Rassemblements et d'y associer les nouveaux représentants de communes venus des quatre coins de France.
Grâce à ces rencontres festives, chacun voyage dans l'imaginaire de lieux méconnus, sauf de ses interlocuteurs heureux de situer leurs villages dans la cartographie nationale.
Certains grands sportifs mettent un point d'honneur à rallier le rendez-vous à bicyclette ! D'autres profitent de la circonstance pour placer le village inviteur sur le chemin des vacances, les camping-cars l'attestent.

L'équipe organisatrice de SAINT LEGIER-LA CHIESAZ a tout mis en oeuvre pour nous faire découvrir sa commune, son bourg orné de pittoresques dessins humoristiques peints sur les pignons de quelques maisons, ses vignes à flanc de côteaux, son concert champêtre de cors des Alpes, ses étendues de narcisses sauvages dans les hauts alpages, près des pistes de skis et de patinettes d'altitude atteintes grâce à un train à crémaillères, son point de vue imprenable sur le lac Léman et les pré-alpes françaises, enfin un moment de détente, au bord du lac Léman, histoire de céder à la tentation gastronomique : le chocolat suisse !

une autre peinture d'Alfred Béguin

Les repas, avec la participation des logeurs, agrémentés par la présence de chanteurs, d'humoristes, de la Société de Musique locale, se sont déroulés dans la plus grande convivialité et la bonne humeur.
Si les Vaudois ne sont pas pressés, ils ont tout fait pour que chacun respecte la légendaire ponctualité suisse (pas de traditionnel retard limousin dans l'organisation).

Le prochain rendez-vous des SAINT LEGER de FRANCE sera le Grand Rassemblement durant le week-end de la Pentecôte 2007 à SAINT LEGER des PRES en Bretagne, situé aux environs de SAINT MALO et du MONT SAINT MICHEL. On peut imaginer qu'une escapade dans ce secteur vaudra le déplacement. Une délégation de SAINT LEGER MAGNAZEIX a déjà participé aux premiers rassemblements. Souhaitons que la Pentecôte 2007 soit l'occasion de renouveler un voyage, cette fois vers la Bretagne.

les correspondants pour Saint Léger Magnazeix
Jean-Luc Mourgaud et Xavier Tingry

 

A visiter aussi : les pages de Marie-Agathe, de St Léger les Domart (80), ici 
Son site :
http://perso.orange.fr/stlegerlesdomart/

 

 

Merci de fermer l'agrandissement.

 

 

 

http://www.stleger.info