Goulbenéze
barde saintongeais

http://saintonge.unblog.fr/goulebeneze

 

Goulebenéze insistait pour que l'on écrive son nom avec un accent aigu puisqu'il n'y a rien de grave dans Goulebenéze.

 

Évariste Poitevin, plus connu sous le nom de Goulebenéze, est né en 1877 à Burie, dans une famille bourgeoise fortunée. Très jeune, il taquine la muse et commence à écrire des textes en patois saintongeais. Sa chanson "Le vin bian" est composée alors qu’il n’a pas encore 20 ans.

C’est à partir de 1902 qu’il monte sur les planches ; il parcourt la région et la France entière pendant une cinquantaine d’années. Marié en 1914, à la veille d’être mobilisé, il aura deux enfants : Suzanne et Marc.

C’est un personnage éclectique, à la fois poète, chroniqueur, journaliste, chansonnier, homme de théâtre. Partout où il se produit, il connaît un grand succès. Mais, d’un caractère désintéressé, il fait rarement rémunérer son art, et les biens de la famille doivent être vendus les uns après les autres pour rembourser les créanciers.

Pendant la guerre de 1940-1945, il continue à exercer son talent en brocardant ouvertement l’ennemi et surtout en donnant des spectacles gratuitement en faveur des prisonniers de guerre : c’est pour eux qu’il compose son célèbre poème en français "Bonjour Saintonge".

Il meurt dans la misère, à Saintes, le 30 janvier 1952, mais il laisse une trace profonde dans la mémoire collective des Saintongeais.

Pierre Péronneau - http://saintonge.unblog.fr/goulebeneze

 

 

 

Goulebenéze - année de guerre 1940

 

Goulebenéze - année de guerre 1943

 

feuille volante signée Goulebenéze fils (Marc), qui n'a alors que 18 ans
année de guerre 1944

 

 

pour écouter "Le vin bian" sur l'air de "Froufrou"

 

 

 

poème de Goulebenéze écrit en 1942
extrait de "Mon grand-père s'appelait Goulebenéze" (1999)
par Pierre Péronneau, qui avait 11 ans lorsque son grand-père est décédé.

"Le plus grand souvenir que je détienne de mon grand-père, je le garde précieusement : c'est un "Bonjour, Saintonge" dédicacé "A mon petit-fils, pour qu'il apprenne a aimer la Saintonge".
Ce poème, je l'ai appris par cœur, quand j'avais une quinzaine d'années, cloué au lit par une grippe, et je m'en souviens encore."


 

 

 

Source et lien à visiter ! http://al.deliquet.free.fr/Bellesaintonge/Goulebeneze.htm
Nous vous conseillons la visite de tout le site "Belle Saintonge"
http://al.deliquet.free.fr

 


vers le Fourre-Tout N°37

vers Saint Léger près Pons

 

 

http://www.stleger.info