la larme de Jésus

 

En 1099, pendant les croisades, Godefroy de Bouillon fit parvenir par l'un de ses croisés à sa nourrice, qui détenait une propriété à Allouagne en Artois, une fiole contenant une larme versée par Jésus devant le corps de Lazare.

Cette relique est une pierre grisâtre sur laquelle les larmes de Jésus sont tombées, pierre enfermée dans une fiole en argent, contenue dans un châssis de bois doré.
Tous les 21 juin, on distribuait aux pèlerins de l'eau bénite dans laquelle on avait plongé la pierre sacrée. Cette "Eau de la Sainte Larme" était censée guérir les maladies des yeux.

On croit encore, dans le pays, que cette relique a permis d'épargner le village durant les 2 dernières guerres mondiales.

le reliquaire contenant la larme de Jésus

Lu sur http://membres.lycos.fr/didierszym/photos1_de_paysages_du_pas_de_cal.htm

 

Gustave Flaubert en parle !

(...) "Mme de Noares voulut savoir de Pécuchet s'il n'avait pas éprouvé comme un changement, un bonheur, et se trahit par ses questions. Une fois, pendant qu'il jouait au billard, elle lui avait cousu la médaille dans sa casquette.
Évidemment, elle l'aimait ; ils auraient pu se marier : elle était veuve ; et il ne soupçonna pas cet amour, qui peut-être eût fait le bonheur de sa vie.
Bien qu'il se montrât plus religieux que M. Bouvard, elle l'avait dédié à saint Joseph, dont le secours est excellent pour les conversions.

Personne, comme elle, ne connaissait tous les chapelets et les indulgences qu'ils procurent, l'effet des reliques, les privilèges des eaux saintes. Sa montre était retenue par une chaînette qui avait touché aux liens de saint Pierre. Parmi ses breloques luisait une perle d'or, à l'imitation de celle qui contient dans l'église d'Allouagne une larme de Notre-Seigneur. Un anneau à son petit doigt enfermait des cheveux du curé d'Ars ; -- et comme elle cueillait des simples pour les malades, sa chambre ressemblait à une sacristie et à une officine d'apothicaire.

Son temps se passait à écrire des lettres, à visiter les pauvres, à dissoudre des concubinages, à répandre des photographies du Sacré-Cœur. Un monsieur devait lui envoyer de la "Pâte des martyrs" : mélange de cire pascale et de poussière humaine prise aux catacombes, et qui s'emploie dans les cas désespérés en mouches ou en pilules. Elle en promit à Pécuchet." (...)

Gustave Flaubert - Bouvard et Pécuchet

 

 

la Brasserie des Houillères

 

Formés en 1790, les départements du Nord et du Pas-de-Calais sont sans doute devenus terre de brasseries en raison de leur situation géographique où les vignobles n'ont pu s'imposer, de leur alimentation abondante en eaux souterraines, et enfin de la production des matières premières nécessaires à la fabrication de la bière (blé, orge et même houblon).

la brasserie en 1908

La brasserie-malterie Tipret était, de source orale, déjà en place au 17e siècle, puis vinrent Aviez, puis Duquesnes, puis Duquesnes et Vandermersch, dite Brasserie des Houillères.
En 1946, la production s' élevait à 80 000 hl de bière de fermentation basse, des marques Forcia, Bock et Brune des Houillères.

Lu sur http://www.culture.gouv.fr/documentation/memoire/VISITES/brasseries.htm

 

 

Pichet 50 cl "Bières des Houillères"

 

BRASSERIE BREUVART MARCEL - ALLOUAGNE

 


BOCK DU POILU - http://monsite.wanadoo.fr/grha/

 

 

 

Allouagne, village agricole

 

le repiquage des poireaux, à Allouagne

 

 

 

 

 

http://www.stleger.info