nterview du maire

 

Il s'agit d'un article de La Dépêche en date du 19 janvier 2020 et signé Françoise Modéran :

"Comment vit-on dans votre commune ?

Saint-Léger, jadis Port-de-Pascau, est une porte sur la Gascogne sur la rive gauche de Garonne. Village de pêcheurs, de mariniers et de haleurs, c’est désormais une commune rurale avec des terres alluvionnaires fertiles. On peut y voir des champs à perte de vue, aux couleurs multiples des saisons. Sa situation entre Aiguillon, Buzet et Damazan en fait un lieu privilégié, la gare étant à 2 km, l'autoroute à 3.

Saint-Léger est en RPI avec Monheurt, Villeton et Razimet. Le collège et le lycée sont à Aiguillon. Les élèves sont totalement pris en charge. Les commerces et les services sont à proximité immédiate. Sur le territoire communal, on trouve des circuits courts en fruits et légumes.

Les associations sont dynamiques : la Société de chasse associée à Damazan, le comité des fêtes, un club de Pilates® et la Confrérie du cochon barbu. Le bénévolat est important dans la vie communale.

 

 

Et le tourisme ?

Saint-Léger est riche d’un patrimoine naturel et environnemental avec la confluence, son écluse en état de fonctionnement et sa maison éclusière. Les vestiges de l’ancien port avec sa cale appelée à revivre sont un témoignage vivant de Garonne. Le pont à péage en pierre emporté par le fleuve a été remplacé en 1936 par un pont métallique réalisé selon les concepts d’Eiffel. Nœud du cyclotourisme, la vélo-route permet de rejoindre la voie verte. Une maison d’hôtes dans le village permet de vivre au rythme de l’eau.

Saint-Léger est vraiment un village de Garonne.

 

l’église Saint-Jean-Baptiste à Monluc

 

Michel de Lapeyrière, entré au conseil municipal en 1978, est devenu maire en 1995."

 

 

 

 

 

http://www.stleger.info