insi coule aronne,

impétueuse et imprévisible

 

Il s'agit d'un article de La Dépêche en date du 19 janvier 2020 et signé Françoise Modéran :

"Saint-Léger vit au rythme des saisons et de Garonne. Le fleuve est très présent dans la vie des riverains. La grande crue de 1930 demeure ancrée dans la mémoire des hommes et dans la terre. Cette année-là, Garonne est envahissante, toute la plaine est recouverte d’un manteau liquide. De génération en génération, les familles se sont toujours transmis un enseignement unique : celui de vivre avec Garonne quand elle prend ses aises. Pour cela, les maisons sont construites en fonction des inondations et du niveau de Garonne.

 

 

En 1952, les inondations sont fortes. Autrefois, les gens acceptaient d’être bloqués par Garonne. Ils savent prendre leur mal en patience : la solidarité est une nécessité. C’est une époque où chacun respecte Garonne, en été comme en hiver, en crue ou asséchée. Les sirènes retentissent dans la plaine pour annoncer l’arrivée imminente de l’eau. En 1981, Garonne est très menaçante. Inquiétude, frayeur et eau sont de retour pour un temps dans la plaine.

 

Garonne continue régulièrement à faire des siennes. Elle rappelle à chacun qu’elle est impétueuse, imprévisible et pourtant nécessaire. Elle peut noyer les terres lors d’une inondation triennale ou trentenaire. On ne peut jamais connaître à l’avance l’intensité, la durée, la vigueur ou l’époque de l’événement.

 

 

Le fleuve conserve jalousement ses secrets. En voici un. Jadis, quand on pêchait l’alose avec les birols, les gourmets disaient que l’alose était meilleure à Saint-Léger, car trop salée avant et pas assez après. C’est Garonne la mystérieuse, tantôt généreuse et parfois trop envahissante." 

 

 

 

 

 

 

http://www.stleger.info