romenade de aint éger (5 km) 

 

"Les promenades de l'entité d'Estaimpuis se déclinent en 7 cahiers consacrés à la promenade de nos anciens villages."

 

Vous pouvez les demander à l'administration d'Estaimpuis
Rue de Berne, 4 - 7730 Estaimpuis
Rédaction et coordination : Laure André, agent de Développement Local
Photos : Béatrice Desmet - Laure André - Christian Vaneecke
A l'initiative de Daniel Senesael, Bourgmestre - Editeur responsable
Avec le soutien de la Maison du Tourisme de la Picardie

 

 

Place des Templiers

Les Templiers étaient des moines-soldats dont la vocation était la défense des pèlerins sur la route de Jérusalem, lors des Croisades.
Pour entretenir leur force combattante en Terre Sainte et suite aux nombreux dons que leur action suscitait, l’ordre du Temple créa en Europe 9 000 commanderies. Celle de Saint-Léger est une des mieux conservées.
Après l’échec des Croisades, les Templiers se sont enrichis et ont suscité l'inimitié du Roi et du Pape. Ils sont arrêtés et torturés dès 1307. En 1314, leur ordre est supprimé.

1. Eglise Saint-Léger

Le monument est classé pour son intérêt artistique et archéologique. De style gothique tournaisien, il est le résultat de plusieurs étapes de (re)construction : les parties de mur en moelIons appartiennent au XIIIe siècle, la tour du clocher, une partie du transept et le chœur, en pierres équarries, appartiennent au XVe.
L’ensemble est restauré entre 1987 et 1994.
La flèche est presque aussi haute que la tour qui la supporte.

Cette église a brûlé en 1566 (par les Hurlus ou Protestants), en 1693 (par les soldats français de Louis XIV), en 1796 accidentellement (soit-disant, une chouette aurait emporté un cierge - allumé ! - dans son envol I Mais que n’accusait-on les chouettes, à l’époque, de toutes sortes de maux...)
 

la cloche "Saint Léger" : c'est la plus grande cloche de notre église.
La 2e, plus petite, s'appelle "Marie Célestin".
http://www.saintleger.be.tf/

Sur la grosse cloche est gravé : “Quand tu m’entends sonner, souviens-toi du trépas, car en sonnant pour toi, tu ne m’entendras pas”.

 

2. Ancien cimetière

La première maison, près du nouveau cimetière et près de l’église, est l’ancien presbytère.
 

Rue Royale

Aucun roi n’est jamais passé dans cette rue étroite ! Au lieu de "ruyelle" (petite rue), un copiste a malencontreusement lu "royale" et l’erreur s’est répétée depuis.
Au bout de la rue, prenez à gauche, puis arrivé au canal, prenez à droite et passez le pont.

Rue du Château d'eau

 

3. Ferme du château Mauroy

A cet endroit se tenait, jusqu’à la fin du XVllle siècle au moins, un imposant château entouré d’eau et de jardins "à la française".

Vous arrivez dans le hameau du Petit Lannoy.
“Lannoy" vient du mot “aulne”, ce qui indique que cette espèce poussait jadis en quantité dans cet endroit humide (les noms de famille Delannay, Delannoy, Delaunois ont la même origine).

Après +/- 600 m, prenez à gauche vers la ferme Dujardin.
Attention ! Vous empruntez là un chemin privé, respectez-le !

 

4. Chapelle Dujardin


chapelle Dujardin

Cette chapelle dédiée à Notre-Dame de Bonsecours fut construite vers 1870, en même temps que fut planté le frêne commun. Elle est située au lieu dit “le Chien”.

Rue d'Evregnies

 

5. L'Esperlion

Le ruisseau que la route enjambe s'appelle l'Esperlion. C'est un cours d’eau de catégorie 2 qui traverse Herseaux, Dottignies, Evregnies et St Léger avant de se jeter dans le rieu de l’Espierre.
Continuez tout droit, passez le pont du Centre.

 

6. Pont du Centre

Près de chaque pont se tenait un café dont le tenancier était aussi pontonnier.
Ici, J-B Dupuis cumulait trois professions puisqu'il était à la fois cafetier-pontonnier-cordonnier.

Pour un coup d'oeil sur la ferme du Temple, prenez à gauche le long du canal sur 300 m (il faudra faire demi-tour et revenir au pont).

 

7. Ferme du Temple

Vous distinguez le mur-pignon d'un manoir occupé par les Templiers.
Ce bâtiment tout à fait exceptionnel est un exemple unique d'architecture scaldienne (de la région de l'Escaut) civile du début du XIIIe siècle en milieu rural.
Remarquez l'admirable harmonie qui s'en dégage, la beauté des proportions, de la rose et des trois baies, la puissance de cette architecture de nos ancêtres.
Revenu au pont, continuez à longer le canal jusqu'au pont du Petit Preux ou du Sabotier.

 

8. Canal de l'Espierre

Le site comprenant le canal et la rivière de l'Espierre, le chemin de halage, les peupliers et les infrastructures (pont-levis), est classé depuis 2000.
Ce canal, reliant l'Escaut à la Deûle, fut creusé en 1840-1843 afin d'acheminer le charbon belge vers les industries du nord de la France.
En 1879, il passait 368 péniches par an !
Malheureusement, les usines françaises écoulèrent leur pollution dans le canal et celui-ci devint un véritable égout à ciel ouvert.
Aujourd'hui, la France a "rattrapé le coup" puisque la station de Grimonpont permet d'assainir les eaux du canal de Roubaix (prolongement du canal de l'Espierre de l'autre côté de la frontière)...
Il reste à l'état belge à faire de même.

Avant 1914, les gens s'y baignaient joyeusement.

 

arc-en-ciel près de la Deûle

le long de la Deûle - http://trafficservices.kazeo.com/Me/saint-leger,p1746057.html

 

9. Saules têtards et peupliers

Avec le peuplier, le saule, arbre en péril dans notre région envahie par le lotissement et l'agriculture intensive, est l'âme même du paysage rural du Tournaisis. Il constitue un habitat privilégié pour les chouettes chevêches. Autrefois, ses grosses branches servaient à fabriquer des sabots.

 

10. Pont du Sabotier

Pont du Sabotier, ou du Petit Preux
Parmi les infrastructures classées du canal se trouve ce pont-levis, dont le nom rappelle que la profession de sabotier était très représentée à St Léger et à Evregnies.

Au pont, tournez à gauche, traversez la rue de Lille et au bout du petit sentier; prenez à gauche vers le Trieu Planquart.
 

Trieu Planquart

Les "trieux" sont nombreux à St Léger. A l'origine, ils désignent des terrains en friche, généralement humides, des endroits laissés libres d’usage, où chacun pouvait mener paître le bétail, prélever de l’argile, des joncs, et où un habitat dispersé a pris place.
Au carrefour, empruntez le chemin agricole à gauche.
Vous longez la frontière entre Pecq et Estaimpuis.

Trieu à Mucques

Tournez à gauche et continuez jusqu'à rejoindre la rue de Lille ; tournez à droite.

 

11. Grange des Templiers

Cette grange était toute en pierre à l'origine et ses dimensions étaient plus grandes. C'est là que les Templiers engrangeaient les produits de leur récolte.

Prenez la première rue à droite, puis à gauche dans la ruelle du Temple.

Ruelle du Temple

 

12. Maison ancienne

Maison n°1 (au bout de la ruelle à votre droite). Elle porte le millésime 1759.
Pendant la guerre 40, de paisibles cafetiers habitent cette maison appelée "café de la Tranquillité". Il y fait calme, tellement calme que les Allemands n'y mettent jamais les pieds.
Heureusement car le café abrite alors un dépôt d'armes et de munitions et un groupe de résistants commandé par les Anglais : le groupe G du War Office Région 3 section 24.
On y procède aux essais de cordons Bickfort pour faire sauter des charges de dynamite. On y tape les stencils pour les journaux clandestins "Vers la victoire", "Libération", "Radio Moscou", "Le Drapeau rouge".
Les tenanciers, dont la fille était agent de liaison, risquent gros : la torture, le peloton d'exécution, le camp de concentration...
Bref, entre les murs, il n'y fait pas si tranquille que ça.

Retour à la place

 

 

  

 

 

http://www.stleger.info