arie runeau,

la entenaire de St Léger de Montbrillais

 

La légende des 2 cartes postales ci-dessous indique : "Marie Bruneau, la centenaire, née à St Léger de Montbrillais (Vienne), le 13 Fructidor 1805, photographiée dans son costume local, à la porte de son cellier, le 3 octobre 1905".

Petit souci : La date du 13 Fructidor 1805 n'existe pas "en vrai" ! 
Ne fallait-il pas plutôt écrire, dans le calendrier républicain, le 13 Fructidor An XIII, date qui correspond au 31 août 1805 dans le calendrier grégorien ?
Pourtant, voilà la légende que l'on trouve sur une carte postale de la commune toute proche des Trois Moutiers : "La centenaire Marie Bruneau, née à Saint Léger de Montbrillais le 13 septembre 1805 et photographiée le jour de la fête donnée pour commémorer son 100e anniversaire le 3 octobre 1905". Le 13 septembre 1805 est la "traduction" en calendrier grégorien du 26 fructidor An XIII. C'est la "vraie" date du calendrier républicain alors en usage.

Nous recherchons la bonne date de naissance de Marie Bruneau, ainsi que la date et le lieu de son décès. Patience ;O)

Surprenant également : selon les dates d'édition de cette carte postale, Marie s'appuie soit à gauche soit à droite, au prix d'un simple retournement du négatif semble-t-il !
Ainsi, ces photos "retouchées" ou "truquées" dont on parle tant de nos jours ne sont pas si récentes que cela !

 

 

 

 

La patience paie !

Grâce à Michel et Alain, qui se reconnaîtront, nous avons pu percer l'énigme :

En fait, Marie Charpentier, future femme Bruneau, est née dans la commune des Trois Moutiers (et non à St Léger de Montbrillais !) le 27 Fructidor An XIII, c'est à dire le 14 septembre 1805.
A un jour près (pas loin !), c'est la date indiquée sur la carte postale des Trois Moutiers.
C'est la fille de Jacques Charpentier et de Madeleine Thibaudeau. Ci-dessous son acte de naissance :

 

 

"N° 41 - Marie Charpentier
Lan treze de la République, le vingt huit fructidor an treze, a onze heure du matin, pardevant nous Joseph Marie Thomard ? maire et officier de l’état civil de la commune de 3 Moutiers, chef lieu de canton, arrondissement de Loudun, département de la Vienne
Est comparu Jacques Charpentier agé de quarante cinq ans. Lequel nous a présenté un enfant du sexe féminin née le vingt sept fructidor a six heures du matin de lui déclarant et de Magdeleine Thibaudeau, son épouse, demeurant à Montbrillais, et auquel enfant il a déclaré vouloir lui donner les prénoms de Marie
Lesdites déclaration et présentation faites en présence de François Dubair ? cultivateur agé de vingt deux ans, de Paul Bottreau agé de trente six ans, tous les deux voisins du déclarant, et ont le père et témoins déclaré ne savoir signé le présent acte de naissance après que lecture leur a été faite.
Thomard"

 

En 1833, elle se marie avec Pierre Bruneau, fils de François Bruneau et de Jeanne Martin, né le 24 août 1806 à St Léger de Montbrillais.Voici l'acte de mariage :

 


 

"L'an mil huit cent trente trois, le (vingt deux juin, sept heures : mots rayés) quatre juillet, deux heures après midi ;
Par devant nous, Maire, officier de l'état civil de la commune de Saint Léger, canton des Trois Moutiers, département de la Vienne ;
Sont comparus dans la maison commune :
1° Pierre Bruneau, né commune de Saint Léger le vingt quatre août mil huit cent six, ainsi qu'il résulte de l'acte de naissance à nous représenté et demeuré ci-annexé, tisserand, domicilié à La Roche, dite commune de Saint Léger, majeur, fils de François Bruneau, journalier âgé de soixante trois ans, domicilié au même lieu, même commune ; présent et consentant au mariage ci-après ; et de Jeanne Martin, épouse de ce dernier, décédée commune de Saint Léger le vingt huit août mil huit cent trente un, ainsi qu'il résulte de l'acte de décès à nous représenté et demeuré ci-annexé ;
2° et Marie Charpentier, née commune des Trois Moutiers le (en blanc) mil huit cent (en blanc) ainsi qu'il résulte de l'acte de naissance à nous représenté et demeuré ci-annexé, couturière, domicilié à La Roche, commune de Saint Léger, majeure, fille de Jacques Charpentier âgé de soixante dix huit ans, journalier, et de Madeleine Thibaudeau, son épouse, âgée de soixante douze ans, tous les deux domiciliés au même lieu, même commune, présents et consentants au mariage ci-après ; d'autre part ;
Lesquels nous ont requis de procéder à la célébration du mariage projeté entre eux, et dont les publications ont été faites devant la principale porte de la mairie de cette commune (ainsi que devant celle de la commune : mots rayés) le dimanche vingt trois et trente juin dernier, à huit heures du matin ; aucune opposition au dit mariage ne nous ayant été signifiée, faisant droit à leur réquisition, après avoir donné lecture de toutes les pièces ci-dessus mentionnées et du chapitre six du Titre du Code Civil intitulé "du mariage", avons demandé au futur époux et à la future épouse s'ils veulent se prendre pour mari et pour femme ; chacun ayant répondu séparément et affirmativement ; déclarons au nom de la loi que Pierre Bruneau et Marie Charpentier sont unis par le mariage.
Le tout en présence de :
1° Toussaint Charpentier, âgé de cinquante deux ans, demeurant à La Roche, commune de Saint Léger, cousin de la future
2° François Chaton ? , âgé de quarante deux ans, demeurant au même lieu, même commune, ami du futur
3° Joseph Briffault, âgé de soixante treize ans, demeurant aussi au même lieu, même commune ; tous les trois cultivateurs, et ce dernier beau-frère de la future
4° François Boury, âgé de soixante quatre ans, tisserand, demeurant à La Contadière, commune de Saint Léger, aussi ami des futurs
Fait et dressé le présent acte de mariage le jour, mois et an ci-dessus, lu aux comparants et requis de signer, ils ont déclaré ne le savoir ; excepté Charpentier et Briffault qui ont signé avec nous Maire
(Suivent les signatures)
En marge : "Approuvés : douze mots rayés nuls"

 

Les futurs époux Bruneau habitent à La Roche en 1833, avant de se marier :

 

cadastre dit "Napoléon" - en fait de 1842 - et consultable ici http://www.archives-vienne.cg86.fr/numerique.cadastre.php3

 

Les époux auront une première fille, Marie, née le 20 juin 1835, "fille de Pierre Bruno, tisserand, et de Marie Charpentier".
En 1836, les jeunes époux ont trois ans de mariage. François Bruno (et oui, c'est écrit cela ! c'est très certainement le prénom d'usage qui est cité) et sa femme Marie Charpentier (avec un E) habitent au hameau de Montbrillais. Leur première fille, Marie, n'a que 10 mois. Un autre François Bruno, "journalier de 68 ans", partage leur ménage (N° 334) c'est "l'aieul de la précédente", le père de François (ou Pierre, c'est selon) le N° 331.

 

 

recensement de 1836
site des archives départementales
http://www.archives-vienne.cg86.fr/numerique.recensement.php3

 

Leur deuxième fille, Françoise naît le 6 mai 1838, "fille de Pierre Bruneau et Marie Charpentier", au lieu-dit La Terre Rouge.
Un garçon, Pierre, naîtra à son tour le 9 août 1842 et mourra le 3 septembre de la même année. 
Nous savons que Jacques Charpentier, le père de Marie, meurt le 13 février 1843.

Les anciens n'avaient pas le même sens de l'orthographe que nous : dans certains actes, on trouve Charpantier, Bruneau, dans d'autres Charpentier, Bruno !

 

recensement de 1851

 

recensement de 1856

 

Marie Bruno se marie le 7 juin 1859 avec François Valet, né le 30 juillet 1830 : c'est le gendre du défunt en 1888, on retrouve son nom dans l'acte de décès de Pierre Bruneau. Ensemble, ils auront un fils, François Vallet (avec deux L), né le 28 avril 1862. On retrouvera son nom dans l'acte de décès de sa grand-mère Marie Bruneau, en 1907.
Françoise Bruneau se marie le 13 juillet 1863 avec Jacques Savattier, "militaire en congés", à qui il faut l'autorisation de son Général pour se marier.


Les Bruneau habiteront St Léger, à La Terre Rouge, pendant plus de 50 ans.
Pierre Bruneau y décèdera le 17 septembre 1888, à 82 ans.
Sa veuve, 83 ans, va lui survivre plus de 18 ans !

En 1896, Marie est veuve depuis 8 ans déjà. Elle habite désormais à Montbrillais chez sa fille Françoise, épouse de Jacques Savattier, le charron (...et chef de famille) :

 

recensement de 1901
site des archives départementales
http://www.archives-vienne.cg86.fr/numerique.recensement.php3

 

Voici maintenant un extrait de la "Semaine religieuse de Poitiers" N° 42 du dimanche 15 octobre 1905.
On se prépare à la fête !

 

 

 

Saviez-vous que Monsieur Gigot était au banquet à St Léger fin octobre 1905 ?
Banquet évidemment en l'honneur de la centenaire du village, bien présente à table, et qui a même dansé après le dessert !
Le matin, elle avait assisté à la messe paroissiale célébrée par le tout nouveau curé. L'ancien, Jules Pillet, était mort en février 1902, "en son domicile, au bourg de St Léger, à 45 ans et célibataire !".
Si vous voulez tout savoir sur la fête pour les 100 ans de Marie Bruneau, lisez ci-dessous cet extrait de la "Semaine religieuse de Poitiers" N° 43 du 22 octobre 1905 :

 



 

Las... Dame Marie Bruneau nous quitte le 1er février 1907, à 101 ans :

 

 

"L'an 1907, le 1er février à 4h du soir, par-devant nous Denet Henri, maire, officier de l'état-civil de la commune de St Léger de Montbrillais, canton des Trois Moutiers, arrondissement de Loudun, département de la Vienne, sont comparus Vallet François, âgé de 44 ans, cultivateur, domicilié à Châlon, commune de St Léger, et Berger Gustave, âgé de 54 ans, receveur buraliste, domicilié au bourg de St Léger, le premier petit-fils, le second ami de la défunte ci-après dénommée, lesquels nous ont déclaré que Charpentier Marie, âgée de cent un ans, sans profession, domiciliée à Villeneuve, commune de St Léger, née commune des Trois Moutiers le 28 Fructidor 1805, fille des défunts Charpentier Jacques et Thibaudeau Madeleine, veuve de Bruneau François [renvoi en marge approuvé par les 3 signataires de l'acte], est décédée cejourd'hui 1er février à 11h du matin en son domicile susdit.
Après nous être assuré du décès, nous avons dressé le présent acte, que Berger Gustave seul a signé avec nous, Vallet François ayant déclaré ne le savoir, après lecture faite."

Trois remarques :

  • Le mari de Marie s'appelait-il Pierre ou François ? Décédé depuis si longtemps que les témoins - dont Vallet son petit-fils ! - ont oublié son prénom ? Comme d'habitude, c'est sans doute le prénom d'usage qui est cité... Pour son mariage en 1833, François s'appelle bien "officiellement" Pierre. Par contre, son père s'appelle bien François.
  • On notera que Vallet a bel et bien signé. Souvent les actes étaient préparés un peu à l'avance par le secrétaire de mairie qui recopiait plus ou moins les mêmes formules... d'où des erreurs...
  • A noter que Marie est dite domiciliée à Villeneuve à son décès. Sa fille et son gendre auraient-ils déménagé entre le recensement de 1901 et le décès de Marie en 1907 ? Il serait en effet étonnant qu'elle habite seule à 101 ans...

 

 

voir la page 1 "vues générales et curiosités"
voir la page 2 "dans les rues de St Léger"
voir la page 3 "autour de l'église"

 

erci de fermer l'agrandissement sinon.

 

 

 

 

http://www.stleger.info