hronique azadaise

 

 

Bazas se trouve à une vingtaine de kilomètres à l'est de St Léger de Balson.

 

en bleu, St Léger de Balson

 

Sous le vocable de "CHRONIQUES BAZADAISES" ont été réunis, dans un fascicule édité par BAZAS ART CULTURE en 1996, quatre récits ou histoires écrits en gascon du bazadais.
Vous trouverez, à l'adresse indiquée en source au bas de cette page, ces textes qui évoquent "quelques aspects caractéristiques de la vie traditionnelle de notre terroir ou tout simplement des anecdotes humoristiques transmises jusqu'à nos jours par la mémoire collective de plusieurs générations."
Vous y lirez avec bonheur "le Chasseur de Palombes", "le Paysan au Grand Théâtre" ou "Pit et Jules à la Chasse à la Palombe".
 

 

Appelé palombe sans le Sud-Ouest, le pigeon ramier appartient à la famille des colombidés.
Les deux sexes présentent un plumage gris bleu et un poids similaires (500g en moyenne).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

le marché aux fleurs de Bazas

 

 

 

a Grande essive

(en Gascon du Bazadais)

 

 

LA GRANDE BUGADE
LA GRANDE LESSIVE

Dén lés grandes familles, hasèouen la bugade dus cops prlan. Ère une grande hëste pér lés hémnes dou loc.

Dans les grandes familles, on faisait la lessive deux fois par an. C'était une grande fête pour les femmes de l'endroit.

Couan tirèouen dous lèyts lous linçôous lés hémnes dé la mèysoun anèouen àou clot ; lous passèouen a l'aygue, lous routyèouen dap un tros dé saboun, lous rincèouen é lous hasèouen bién séca daouan dé lous pindanga sus lés barres dou soulèy.

Quand elles avaient sorti les draps des lits, les femmes de la maison allaient à la mare : elles les passaient à l'eau, les frottaient avec un morceau de savon, les rinçaient et les faisaient bien sécher avant de les suspendre sur les barres du grenier.

Hasèouen coum aco pér lés napes, tourchouns, camises. Atàou lou lindye né rnoussioue pa dinc a la bugade.

Elles faisaient de même pour les nappes, les torchons, les chemises. Ainsi le linge ne moisissait pas jusqu'à la lessive.

A l’aoubis, sé i aouè prou dé lindye pér pliégna lou bugadèy, la pèysante dé la mèysoun mandèoue lés bésiyes sé poudèouen bène ayda. S'ère coumbingut, hasèouen la bugade.

A vue de nez, s'il y avait assez de linge pour remplir le cuvier, la maîtresse de maison demandait aux voisines si elles pouvaient venir aider. Si elles étaient d'accord, on faisait la lessive.

Lou gran bugadèy én boy dé bioule, coudrat coum lés barriques, dap un tràouc àou déssus dou gàoule é boussat dap une caillioue, ère plégnat d'àygue é dichat toute une nèyt pér bien l'éncoumboua.

Le grand cuvier de bois de peuplier, cerclé comme les barriques, avec un trou au-dessus du cercle du bas bouché par une cheville, était rempli d'eau et laissé toute la nuit pour bien le faire gonfler.

Lou matin, lou bouèytèouen é lou pàousèouen sus un gros trépiè én boy, prou hàout pér qué la grande pèyrole dé couyre pousqui ana débat lou tràouc pér tira lou léchiou.

Le matin, on le vidait et on le posait sur un gros trépied en bois assez haut pour que le grand chaudron de cuivre puisse passer sous le trou au moment de retirer le "lessif" (eau chargée de produit lessiviel)

Aou coustat, sus un trépiè dé fèrre bién pu hàout qué lou dé boy, paousèouen un àoute caoudère dap àygue é aluquèouen lou huc éntér lés cames dou trépiè dap dé gros boy bien sèc pér hèse bouri l'àygue.

A côté, sur un trépied de fer bien plus haut que celui de bois, on posait un autre chaudron avec de l'eau et on allumait le feu entre les pieds du trépied avec du gros bois bien sec pour faire bouillir l'eau.

Dén lou bugadèy paousèouen lous linçôous, un pér un, chén hougna, bién ésténuts - n'i aouè bién cinquante ou soissante- apuy, per dessus, tout lou ménut.

Dans le cuvier, on posait les draps un par un, sans les presser, bien étendus - il y en avait bien cinquante ou soixante - puis, par-dessus le tout, on ajoutait le petit linge.

Couan tout aco ère bien aréndyat, pér déssus boutèouen lou céndrèy. Aquét qu'ère un linçôou téchut pr'aco, prou gros, lou hiou pa trop sarrat.

Quand tout cela était bien arrangé, on mettait par-dessus le drap destiné à recevoir la cendre. C'était un drap tissé tout exprès, assez gros, le fil pas trop serré.

Autourn dou bugadèy pétits coustéts dé boy dé casse, éstacats lous uns àous àoutes dap une corde tout lou tourn, susténèouen lou céndrèy énlértat pu hàout qué lou born dou bugadèy.

Autour du cuvier, des petits bâtonnets en bois de chêne attachés les uns aux autres avec une corde tout autour soutenaient le drap de la cendre surélevé par rapport au bord du cuvier.

Pér acaba pàousèouen la brase dé casse, dé la hàoutou dé dus mans àou méns é éstamplade sus lou céndrèy, coum déns un gran clot.

Pour terminer, on posait la cendre de chêne d'une épaisseur de deux mains au moins, étalée sur "le drap de la cendre", comme dans un grand trou.

Con l'àygue dé la grande càoudère ère juste morte, la pusèouen dap un pétit pèroulet mantyat d'une loungue couwe dé boy, la béssèouen sus la brase é aquére àygue passèoue à traouès lou Iindye.

Quand l'eau du grand chaudron avait cessé de frémir, on la puisait avec un petit chaudronnet muni d'un long manche de bois. On versait cette eau sur la cendre et elle passait à travers le linge.

Con ère àou houns, tirèouen biste la caillioue pér la hèse picha dén la pèyrole dé couyre. Tournèouen bouta aquére àygue bingude léchiou, sus lou huc, dén la càoudère.

Quand elle était au fond, on enlevait vite la cheville pour la faire couler dans le chaudron de cuivre. On remettait cette eau devenue "lessif" sur le feu de la chaudière.

Couan ère én tilc mèy càoude, la tournèouen pusa é béssa sus la brase é atàou dinc a qué l'àygue bourissi.

Quand elle était un peu plus chaude, on la puisait de nouveau et on la versait sur la cendre et ainsi de suite jusqu'à ce que l'eau se mette à bouillir.

La béssèouen un darrèy cop é bésèouen que la bugade ère couèyte con lou léchiou pichèoue dé la coulou dou brè. Labets dichèouen lou tràouc dou bugadèy dàourit pér hèse échuga lou lindye.

On la versait une dernière fois et on voyait que la lessive était cuite quand le "lessif" était de la couleur du brai. Alors on laissait le trou du cuvier ouvert pour laisser le linge s'égoutter.

Qué ouardèouen aquét léchiou pér laoua lous linçoous dé lés baques.

On gardait ce "lessif" pour laver le drap des vaches.

Lou léndouman matin, a la punte dou joun, lés hémnes tirèouen lou céndrey, jitèouen la brase sou humèy, lous coustéts éstujats.

Le lendemain matin, au point du jour, les femmes retiraient le cendrier. Elles jetaient la cendre sur le tas de fumier et les bâtonnets étaient rangés.

Boutèouen lou lindye dén lés càoujes dé bime.Lous omis aouèn atalat lés baques àous tambarèous é carquèouen déssus caoujes, truquedèys, palots, trétèous, chéns oublida lous piquéts é lés cordes pér ésténe la bugade.

On mettait le linge dans de grandes corbeilles d'osier. Les hommes avaient attelé les vaches au tombereau et chargeaient les corbeilles, les planches à laver, les battoirs, les tréteaux, sans oublier les piquets et les cordes pour étendre la lessive.

Lés hémnes séguiouen sus un àoute tambarèou.

Les femmes suivaient sur un autre tombereau.

Càouque cop falioue ana lugn pér rinça tout aco é trouba, àou coustat d'un arriou, lou prat pér planta lous piquéts é téne la corde. A Capsiouts, qu'anèouen a l'arriou oun passe la Gouanèyre. Aquére àygue qu'ère tan clare dap soun sable blan àou houns !

Quelquefois, il fallait aller loin pour rincer tout cela et trouver, à côté d'un ruisseau, la prairie pour planter les piquets et tendre la corde. A Captieux, on allait au ruisseau la Gouaneyre. Cette eau était si claire avec son sable blanc au fond !

Arribats a l'arriou, lous omis déscarquèouen é lés hémnes càousiouen lous bouns tràoucs, cadune dap soun truquedèy hèyt dé dus plantyes larges é pi loungues dap une mèy éstréte puntade én traouès én hàout, dap dus tràoucs pér dicha passa lés duoues cames qué la hasèouen téne drét.

Arrivés au ruisseau, les hommes déchargeaient et les femmes choisissaient les bons trous, chacune avec sa planche à laver faite de deux planches larges et plus longues et d'une plus étroite clouée en travers et en haut avec deux trous pour laisser passer les deux pieds qui la faisaient tenir droite.

L'ahouncèouen dén l'àygue bien calat, lou palot àou coustat.

On l'enfonçait dans l'eau, bien calée, le battoir à côté.

Aquéres hémnes s'éstaquèouen lous coutillouns a la taye, dichèouen bése lés cames nuses dinc àous jouéys, sé boutèouen darrèy lous truquedèys dé cap a l'àygue.

Ces femmes attachaient leurs jupons à la ceinture et laissaient voir leurs jambes nues jusqu'aux genoux. Elles se mettaient derrière la planche à laver, tournées vers l'eau.

Couméncèouen pér lou pétit lindye, lou trémpèouen dén l'àygue, lou sabounèouen, l'ésténèouen sus l’èrbe bérde dou prat, àou souréy, pér lou hèse blanqui.

Elles commençaient par le petit linge, le trempaient dans l'eau, le savonnaient, l'étendaient sur l'herbe verte du pré, au soleil, pour le faire blanchir.

L'arrousèouen souén pér qué lou saboun né séquèssi pas. Couan aouèn rinçat lous linçôous, rincèouen aquêt ménut : ère biste séc é ta blan !

Elles l'aspergeaient souvent pour que le savon ne sèche pas. Quand elles avaient rincé les draps, elles rinçaient ce petit linge : il était vite sec et si blanc !

Aco hèyt, gahèouen un linçôou, lou routyèouen én séguin lés taques é pùy, d'un tourn dé man, la gàouche gahan un cap, la dréte gahan l'àoute, lou jitéouen dén l'arriou bién éstamplat sus l'àygue, lou tournèouen gaha, lou boutèouen én pilot sus lou truquedèy é aqui pétit !

Ceci étant fait, elles prenaient un drap, le frottaient en suivant les tâches et, d'un tour de main, la gauche attrapant un bout, la droite attrapant l'autre, elles le jetaient dans le ruisseau bien à plat sur l'eau. Elles le rattrapaient, le mettaient en tas sur la planche à laver et allons-y !

A cop dé palot truquèouen déssus, lou tournèouen jita, l'éstamplèouen, lou gahèouen, leu truquèouen dinc a qué l'àygue pichèssi clare.

A coups de battoir, elles frappaient dessus, le rejetaient, sur l'eau, le rattrapaient, le frappaient jusqu'à ce que l'eau coulât claire.

Apùy, lés hémnes, a duoues, gahèouen cadune un cap, l'éstyouriwen é lou pàousèouen sus un trétèou.

Ensuite, les femmes se mettaient à deux et attrapaient chacune un bout, elles tordaient le drap et le posaient sur un tréteau.

Jou, bous disi qu'aquéres fimèles, se hasèouen tapa lou palot sus lous linçôous, lés léngues bien pindoulades èren éncouére pu fortes qu'ét !

Moi, je vous dis que si ces femmes faisaient taper les battoirs sur les draps, les langues bien pendues étaient encore plus fortes qu'eux !

S'én hasèouen countes ! Lous jouéns, lous biéys, lous torts é lous bién bastits, touts qu'i passèouen. E qu'arrisèouen ! Bous èy dit qu'aco ère une hèste !

Elles en faisaient des racontars ! Les jeunes, les vieux, les boiteux et les bien bâtis, tous y passaient ! Elles riaient ! Je vous ai dit que c'était une fête !

Couan lou souréy ère léouat, ténéouen sus la corde lous purmèys linçôous. Coum èren broys, tout blans !

Quand le soleil était levé, on étendait sur la corde les premiers draps. Comme ils étaient jolis, tout blancs !

Jamèy né hasèouen la bugade pér la Sémane sènte. Nàourén pas ésténut un linçôou lou Diddyàous san ni lou Dibès san, pér réspèct àou Christ.

Jamais on ne faisait la lessive pendant la Semaine sainte. On n'aurait jamais étendu un drap le Jeudi saint ni le Vendredi saint par respect pour le Christ.

Qué hèn lou counte qu'une hémne qué né crésèoue ni a Diou ni a Diable qu'ésténout un Dibès san souns linçôous. A très ores qué bit lous linçôous a l'ésténedéy trouyats dé taques dé san.

On raconte, en effet, qu'une femme qui ne croyait ni à Dieu ni à Diable étendit le linge le Vendredi saint. A trois heures, elle vit ses draps maculés de sang sur l'étendoir.

Aco, jou n'éc èy pa bis, lous biéys qu'én hèn lou counte a la béyade.

Cela, je ne l'ai pas vu. Ce sont les vieux qui le racontent à la veillée.

A mijoun lés hémnes qu'aouèn blén hame. Sé boutèn a l'oumprère d'un bèt casse é cadune aouè la soue assiéte dé soupe éncouère douce dén lou toupin.

A midi, les femmes avaient bien faim. Elles se mettaient à l'ombre d'un grand chêne et chacune avait son assiettée encore tiède dans la marmite et ensuite un bon "chabrot" (vin mélangé à un reste du bouillon au fond de l'assiette)

Un boun chabrot, apùy un tros dé pan négue picat àou cantèt, un tros dé frico counfit, jamboun ou patè dé porc, un cop dé piquète aqui déssus, poudèouen acaba dé rinça la bugade !

Puis il y avait un morceau de pain bis coupé au quignon, un morceau de viande, de confit, de jambon ou de pâté de porc. Un coup de piquette là-dessus et elles pouvaient aller finir de rincer la lessive !

Aouan dé tourna a l'arriou, anèouen bira lous linçôous pér lous ha séca dé l’aoute coustât.

Avant de revenir au ruisseau, elles allaient retourner les draps pour les faire sécher de l'autre côté.

Aquét pilot dé hémnes, lés cames nuses, lous coutiyouns é mouchouères dé cap dé toutes lés coulous, lous grans capèts dé paille tréssade é cousude a la béyade, lés jouénes tan brôyes, lés àoutes tan abisades, àou born dé quét arriou capérat dé l'oumpre dous bioules, dous bèrns, casses é pins, tout urouses d'èste amasses, cantan, arrisén, ère une càouse bién brôye à bése.

Ce groupe de femmes, les jambes nues, les jupons et les foulards de toutes les couleurs, les grands chapeaux de paille tressée et cousue à la veillée, les jeunes filles si jolies, les autres si expérimentées, au bord de ce ruisseau couvert par l'ombre des peupliers, des vergnes, des chênes et des pins, tout heureuses d'être ensemble chantant et riant, c'était une chose très belle à voir.

Hasèouen tan dé potin qué lous àousiyouns doun èren sus lous àoubres s'arréstèouen dé canta pér éscouta.

Elles faisaient tant de bruit que les oisillons qui étaient sur les arbres s'arrêtaient de chanter pour écouter.

Aouan qué lou souréy bachèssi tout rouge coum un gran huc darrèy lés cames dous grans pins, la-bas pér darrèy lou prat, lous Iinçôous, napes, camises, tout aco ère plégat, bién séc é alouréjan dén lés càoujes blén rinçades.

Avant que le soleil ne décline, tout rouge comme un grand feu derrière les troncs des grands pins, là-bas, derrière la prairie, les draps, les nappes, les chemises, tout cela était plié, bien sec et sentant bon dans les corbeilles bien rincées.

Lous omis èren tournats couèye la carque pér s'én tourna touts a la basse.

Les hommes étaient revenus chercher la cargaison pour que tous rentrent au déclin du jour.

Après un boun soupa dén la grande cousine dé l'oustàou dé la pèysante, cadune tournèoue a soun bién counténte é disèoue : "Adichats touts é nous manderats pér une aoute bugade."

Après un bon souper dans la grande cuisine de la maison de la maîtresse, chacune rentrait chez elle, bien contente en disant : "Au revoir à tous et vous nous inviterez pour une autre lessive."

Fernanda BORDES

Fernande BORDES

 

 

 
 

un Gascon

 

source : l'excellent site tentaculaire http://www.vallee-du-ciron.com
à la rubrique "Les Documents"
http://www.vallee-du-ciron.com/Documents/Gasconnades/Gasconnades.htm

 

 

 

 

 

http://www.stleger.info