le château de astelnau de ernès

 

 

Traversée par deux ruisseaux aux rives escarpées (la Hure et le Ballion d’où peut venir "Balson"), riche par ses carrières de pierre et par ses bois (forêt de la Toulouse, bois de Magrin), par ses terres travaillées depuis des siècles par un groupement humain, la communauté était en mesure de supporter les charges spéciales nées de la présence d'un château.

Par son architecture, cette forteresse est un exemple unique en Gironde, se composant d'une imbrication de trois enceintes concentriques autour d'un donjon.

L’ensemble de ce système de défense, dont la réalisation s'est échelonnée sur plusieurs siècles (du XIIe au XIVe), conserve, quoique sérieusement ruiné, une allure de saisissante grandeur, et donne une idée de la puissance de la famille d'Albret qui la posséda durant des siècles. Castelnau fut au XIVe siècle la résidence favorite d'Amanieu Vll d'Albret et de Rose de Bourg, sa femme, et servit de cadre aux fastes d'une des plus riches cours de Gascogne.

 


le château de Castelnau de Cernès
le donjon et le mur de la seconde enceinte

 

C'est aujourd'hui une propriété privée, complètement abandonnée, inaccessible, entourée de végétation dense et piquante (acacias). Le château pourtant donne une impression de grandeur à celui qui peut s'y aventurer.
Dégagée de la végétation, un tant soit peu restaurée, cette ruine oubliée deviendrait un témoin majestueux du passé riche de l'Aquitaine.

Source : "L'église de St Léger de Balson" (F.L. 4 juin 1972) et plaquette distribuée par la mairie de St Léger de Balson "Une longue marche à travers les siècles"

 

mars 2009 - Danièle nous offre ses clichés :

"J'ai réalisé ces quelques photographies au printemps dernier.
Cette année, les photographies devraient être bien différentes car un gros travail a été réalisé pour retirer les ronces et autres parasites qui rongent les vieux murs de cet ancien château."

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Et voici 3 clichés pris en mars 2009 :

 

 

 

 

 

 

Merci, Danièle !  

 

  

 

 

http://www.stleger.info