uelques vues qui devraient vous donner envie

de acances à aint éger (06) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

un peu d'umour

 

Vous êtes-vous déjà senti coupable de regarder les gens de votre âge et de penser : "Je ne peux pas paraître aussi vieux !?" Alors, vous allez adorer celle-ci :

J'étais assise dans la salle d'attente pour mon premier rendez-vous avec un nouveau dentiste quand j'ai remarqué que son diplôme était accroché sur le mur. Il y était inscrit son nom et je me suis soudain remémoré un grand brun portant ce nom. Il était dans ma classe de lycée quelque 40 ans auparavant et je me demandais si cela pouvait être le même garçon pour qui j'avais craqué à l'époque...

Quand je suis entrée dans la salle de soins, j'ai immédiatement écarté cette pensée de mon esprit. Cet homme grisonnant, dégarni et le visage marqué de profondes rides, était bien trop vieux pour avoir été mon amour secret. Quoique... Après qu'il eut examiné ma dent, je lui ai demandé s'il était allé au lycée Henry IV : "Oui" m'a-t-il répondu. "Quand avez-vous eu votre Bac ? ai-je demandé. "1959 ; pourquoi cette question ?" "Eh bien, vous étiez dans ma classe !" me suis-je exclamée.

Et alors cet affreux vieux petit crétin de fils de pute m'a demandé : "Vous étiez prof de quoi ?"

Michel Muchambled
La Lettre de St Léger de janvier 2009

Lettre adressée à l'ANPE, suite à un avis de radiation de la liste des demandeurs d'emploi :

Monsieur, Madame, le Directeur,

Je me permets de contester modestement ma radiation de la liste des demandeurs d'emploi, j'ai refusé plusieurs emplois je le concède, mais j'ai des excuses qui me semblent acceptables.

La première offre ne correspondait pas à mon profil, la seconde était rémunérée très en deçà de ce que je suis en droit d'attendre, toujours en fonction de mon profil ; venons-en à cette troisième proposition ; certes le salaire est conforme à mon attente, oui le poste correspond à mon profil, mais j'e l'ai refusé et voici ce qui a motivé ce refus.

J'ai longtemps travaillé à Limoges... puis j'ai été limogé. On m'avait vanté la mobilité ; étant de bonne volonté j'ai donc retrouvé un emploi à Vire, mais j'ai été viré… Un miracle s'est produit, j'ai travaillé à Lourdes.… malheureusement j'ai été lourdé…

Vous comprendrez aisément pourquoi je refuse cette place que vous me proposez à Castres.

Je vous prie d'agréer...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

vue de Saint-Léger en venant du col de Saint-Léger - http://fr.wikipedia.org

 

 

 

Saint-Léger - automne 2014

 

 

 

Saint Léger dans du oton

 

Depuis le 15 Novembre environ, Saint Léger est sous la neige qui est tombée à plusieurs reprises. Plus d'un mètre en cumulé, si le soleil n'avait pas fait son œuvre... Mais, malgré lui, la quasi-totalité des terres de la commune ainsi que les toitures sont toujours enneigées. Des congères se sont formées là où le chasse neige a accumulé la neige et, souvent le matin, malgré le sel, la route est gelée et même à pied il faut faire attention. Depuis plus de 20 ans, on n'avait pas vu ça.

Il nous faut dire un grand merci aux services de la S.D.A. de Puget Théniers qui ont toujours rapidement procédé au déneigement de la route départementale et des voies communales et qui ont procédé à un salage quasi quotidien.

Puis un mois après, en pleine nuit, le 15 Décembre, la Gendarmerie m'a téléphoné par deux fois ; à 11 heures du soir et 1 heure du matin pour m'avertir que la route était coupée par un gros éboulement après l'embranchement de Puget Rostang. Au début, entreprise, services de la S.D.A. Mairie nous avons cru que sous deux à trois jours l'entreprise pourrait dégager cet éboulement de plus de 1 000 tonnes. Malheureusement, après avoir dégagé la route et l'amont de la route, la neige ayant fondu, il a fallu se rendre à l'évidence et constater que tout le versant de la montagne jusqu'en crête avait été ébranlé et qu'il fallait faire tomber encore plus de 1 000 tonnes de roches et terres qui pouvaient de nouveau glisser.

Aujourd'hui, le 2 Janvier à 11h30, Monsieur CHAUVIN, Ingénieur de la S.D.A. vient de me donner par téléphone la bonne nouvelle : "La route est ouverte".

A partir de Lundi 6 Janvier, pendant quelques jours, pour permettre la pose des grillages de sécurité, des fermetures de 20 minutes pourront avoir lieu après 8h30 le matin et ce jusqu'à 17h le soir. OUF !

Pour que les habitants de la Croix et de Saint Léger ne soient pas bloqués, les services du département ont dégagé la piste entre la Croix et Auvare et ont, à ma demande, fait épandre du gravier pour diminuer les ornières et canaliser les eaux de ruissellement dues à la fonte des neiges. Le passage par cette piste rallongeait le trajet d'une bonne demi-heure, et demandait beaucoup d'attention, ce qui n'a pas été sans poser de problèmes à ceux qui devaient travailler, aller à l'école, venir nourrir et surveiller les moutons, aller chercher du foin et même venir au village pour le réveillon !

Il nous faut aussi remercier notre facteur qui, par tout temps, nous a distribué le courrier ; le personnel de la Communauté de Communes des Vallées d'Azur qui, dans la neige et par la piste ont quand même procédé au ramassage des ordures ménagères. A tous ceux qui dans le village, bénévoles ou employé communal, n'ont pas économisé leur peine pour que l'on puisse continuer à se déplacer au village sans trop de risques.

Malheureusement, cette période de mauvais temps qui dure depuis quelque six semaines n'a pas permis aux entreprises adjudicataires de réaliser les travaux qui leur avaient été commandés ; adduction d'eau à la Vignasse, parking du cimetière ou voie d'accès à la station de pompage du Terron. Ces travaux seront entrepris dès que les conditions climatiques le permettront.

Devant ces éboulements, cette fermeture de route de trois semaines, nous ne pouvons pas ne pas rappeler que la route "Saint Léger-Daluis" est depuis Novembre 2006 classée en voirie départementale et que, si un minimum de travaux prévus mais jamais exécutés avaient été réalisés par le département, comme promis, nous aurions eu un itinéraire de dégagement facile et court. Comme souvent d'un mal on peut tirer un bien, espérons donc qu'en 2009 les services du Département conforteront la liaison Saint Léger-Daluis pour éviter à l'avenir un pareil désagrément.

Le Maire, Edouard David
La Lettre de St Léger de janvier 2009

Notre village, au dernier recensement, avait 69 habitants et cette année aux seules personnes âgées de 70 ans et plus nous avons distribué 42 paniers ! Cherchez l'erreur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sous la neige... le rintemps !

 

En Mai 68, on disait : "Sous les pavés, la plage !" mais c'est un peu la même chose.

Sous les évènements ou les choses, les plus dures ou les plus austères, il se cache toujours du doux, du jouissif ! C'est l'éternel balancement : le jour et la nuit, la lumière et l'ombre, la joie et la douleur, la vie et la mort.
C'est finalement très réconfortant : rien ne demeure, tout passe et tout se transforme - toujours.

Donc, près du feu, avec devant les yeux la Letta enneigée, je rêve au printemps qui va revenir, inéluctablement, fidèlement, et à une balade qui me démange les baskets depuis quelques mois.
J'attendais qu'il fasse moins chaud, et puis j'ai été rattrapée d'abord par les pluies, puis par la neige. C'est la vie, imprévisible, et c'est tant mieux ! C'est ce que j'aime…

Donc, cette balade : les hameaux de Barels, il va quand même falloir la faire ce printemps.

Ma doun es aco ?

Une fois atteinte la fière cité de Guillaumes, dont les habitants sont surnommés "les orgueilleux" (peut-être à cause du château de la Reine Jeanne ?) il faut grimper la petite route qui mène à Bouchanières. Un peu avant d'y arriver, bifurquer sur la piste qui mène au quartier des Hivernasses. A partir de là, compter 1h1/2 de marche tranquille pour atteindre le premier des trois hameaux de Barels (le Serre, les Laves et la Palud). Ce territoire, perché entre 1 500 et 1 700 mètres, apparaît la première fois dans des écrits du XIIIe siècle. C'est alors essentiellement une terre de pâturage et, malgré son altitude, en raison d'un climat relativement doux, la vigne s'y développe.

La présence humaine permanente apparaît de façon officielle au XVIIIe siècle sur des actes portant sur des litiges entre les Barelencs, Guillaumes, Péone et Chateauneuf d'Entraunes. C'est quand Barels dépend administrativement de Guillaumes et siège en son Conseil Ordinaire. Malgré tout, l'éloignement géographique garantit aux habitants une grande indépendance. Ils trouvent dans leur environnement immédiat les éléments de leur existence : bois de chauffage, de charpente, terres à céréales, pierres pour la construction des murets des terrasses et des maisons.

L'arrosage est assuré par tout un réseau de canaux d'irrigation. L'activité principale est tournée vers l'élevage, principalement des ovins. En effet, Barels ne vivait pas en autarcie et participait aux foires de Guillaumes. Bon, il n'y avait pas de chemin carrossable et l'hiver durant 5 mois (de Novembre à Mars) il fallait prévoir de quoi tenir pendant de longs mois.

Un isolement vraisemblablement bien plus radical que celui que nous avons connu ces temps derniers ! Bien sûr, pour certains la vie a été bien plus compliquée... mais en temps normal, sommes-nous toujours conscients des facilités qui sont les nôtres aujourd'hui ?


la Palud, l'un des 3 hameaux de Barels

Revenons à Barels : la population a commencé à décroître en 1868. Le moulin à farine s'arrêtera en 1899 et en 1940 le site est abandonné. Les gens n'y reviennent plus qu'épisodiquement pour la chasse, les vacances, même si les éleveurs locaux y conduisent toujours leurs troupeaux. Puis arrive une embellie, dans les années 1970, avec l'arrivée des néo-ruraux, de l'élevage caprin et de la production de fromages. Barels redevient une communauté villageoise pour une vingtaine d'années encore.

Aujourd'hui, le temps fort des retrouvailles des descendants des Barelencs se situe lors du pèlerinage de la Ste Elisabeth, début Juillet. Peut-être serait-ce un bon moment pour aller faire plus ample connaissance avec Barels ?

Lili
La Lettre de St Léger de janvier 2009

Tous les éléments historiques et sociologiques sont tirés d'une étude pluridisciplinaire menée par Philippe Tomassin, de l'Ecomusée de la Roudoule, et son équipe.

Liens :

 

D'autres jolies photos de Saint-Léger sur Google Maps

 

 

Saint Léger by night
Saint Léger le jour
Saint Léger l'hiver

 

Saint Léger et la vallée de la oudoule vous disent " bientôt !" 

erci de fermer l'agrandissement. 

 

 

http://www.stleger.info