e sapin de hampeau en orvan

 

 

"Plus d'un mois avant les fêtes, le Morvan, première région productrice française, récolte les sapins de Noël. Des équipes de saisonniers ou d'employés permanents coupent les conifères, les mettent en pots, puis les emmaillotent.
Au bord des routes, des centaines d'arbustes attendent d'être embarqués en direction des coopératives, des grands magasins ou du marché de Rungis (...)
(...) Le mouton Shropshire, de race rustique et de petite taille, présente la particularité de ne pas aimer les résineux. C'est pourquoi il est utilisé par des pays producteurs de sapins de Noël, tels que l'Autriche, pour éviter l'usage des désherbants.
Le Parc Naturel Régional du Morvan a acheté 6 de ces animaux à la société autrichienne du mouton Shropshire afin d'expérimenter pendant cinq ans l'enherbement sans utilisation de produits chimiques."

Source : http://www.morvand.org (un site à découvrir !)

 

jeunes Shropshire

 

 

"Le sapin, roi des forêts, représente une bonne partie des revenus de ses producteurs, situés majoritairement dans la partie morvandelle du département de Côte d'Or, premier site de production de France.
En France, 80 % des ventes réalisées concernent des productions nationales. Parmi celles-ci, le sapin du Morvan pèse environ 1,2 million d'unités, ce qui le place en première position devant ses cousins des Vosges et du Massif Central.
Dans le Morvan comme au plan national, l'épicéa n'a plus la cote. Son atout principal reste son odeur caractéristique de pin mais il perd ses aiguilles très rapidement. Le nordmann, plus cher, sans odeur, tient beaucoup plus longtemps."

Le Bien Public, vendredi 20 décembre 2002  

 

sapinières à Champeau en Morvan

 

 

octobre 2009 - sapins de Nordman, étincelants sous le soleil

 

Au gré de vos promenades à Champeau-en-Morvan, votre regard sera attiré par de nombreuses sapinières. Ces conifères sont cultivés pour devenir sapins de Noël. De nombreux producteurs travaillent tout au long de l'année pour le plaisir des petits et des plus grands, et à partir de novembre il règne une activité intense. Ces sapins sont coupés et acheminés aux 4 coins de l'hexagone, mais aussi en dehors de nos frontières.

Le producteur "Les Aiguilles du Morvan" a son siège social à L'Huy Rapin, hameau de Champeau, et vous pourrez vous fournir en arbres de qualité (téléphone 03 80 64 18 29).

Le journal "Le Bien Public" a, dans ses éditions des 29 et 30 novembre 2004, mis à l'honneur Alexis Cordin, autre producteur de sapins à Champeau en Morvan. Voici ces articles, agrémentés de photos prises à la même époque par Maryse Rozerot, que nous remercions encore :

 

 

 
lexis ordin, des sapins par milliers

 

Chaque lundi, dans cette rubrique du Bien Public "Vivre et Travailler au pays", un portrait. Celui d'un passionné, installé par choix professionnel ou personnel en Haute Côte-d'Or. Aujourd'hui, Alexis Cordin qui produit des sapins à Champeau en Morvan.

 

sapins de Nordmann, en Morvan

 Le Nordmann ou sapin du Caucase est considéré comme la Rolls Royce des sapins de Noël.
Sa belle forme pyramidale, son feuillage dense, brillant et sa couleur foncée sont magnifiques.
Il est de plus en plus apprécié. Les aiguilles ne tombent pas quand l'arbre est coupé.

 

"J'ai dormi trois heures cette nuit. La nuit dernière aussi, d'ailleurs. Je suis parti à 4 heures du matin : on livrait en région parisienne. Pour Alexis Cordin, comme pour les autres producteurs de sapins du Noël du Morvan, c'est le plein boum. Après un mois de préparation, les livraisons aux grandes surfaces débutent. De plus en plus tôt, et avec de plus en plus d'exigences de la part des clients. "Il y a seulement 10, 12 ans, on vendait le sapin le 20 décembre, explique-t-il. Mais on est obligé de faire ce que le client demande : cette année le gros des ventes va se faire entre le 10 et le 15. Quand les vacances scolaires sont là, les ventes chutent. Les gens s'en vont. La vie a changé."

 

sapins de Nordmann

En plein Morvan, ils portent déjà le ruban bolduc qui permet de les identifier en magasin.

 

Alors il s'active. Il est partout à la fois. 20 à 25 000 sapins vont partir de ses deux quais d'embarquement, installés en bord de route, mais en pleine nature. L'orgueil d'Alexis Cordin, c'est que ses sapins sont non seulement de bonne qualité, mais également coupés ou mis en pots le plus tard possible. Avec le plus de soin possible. "J'en veux un beau, bien touffu, bien rond", c'est la phrase qu'on entend de tous les acheteurs. Pour éviter les "manches à balai", les producteurs savent faire : "En période morte, il y a le taillage. J'ai toujours mon sécateur autour du cou, avec une ficelle. Il faut couper au-dessus d'un œil, en biais, côté nord. Je n'ai jamais utilisé des ralentisseurs de croissance chimique." Et Alexis Cordin joint le geste à la parole ! Il sourit : "Je fais partie de la vieille école". Ce qui ne l'empêche d'être au courant aussi d'une pince danoise, qui permet la scarification de la pointe du sapin et que prône le chargé du sapin de Noël au Parc du Morvan, Vincent Houis. "Il faut avoir un vrai doigté" commente-t-il avant d'évoquer le cas de tel producteur dont les pointes de sapin piquent du nez parce qu'il a trop serré, ou de tel autre qui n'a pas assez serré et dont les sapins montent.

 

 

 

 

Puis, il vous emmène faire un tour des sapinières. Ses plantations, il pourrait en parler des heures durant. Expliquer comment on repique les plants de 4 ans, comment il désherbe et débroussaille, ou comment on nettoie un pied après la coupe. "Mon père a été l'un des premiers planteurs de sapin du Morvan. Gamin, j'entendais parler de ça. C'est devenu une passion. Ma foi, j'ai continué".

 

 

Son père était de Saint-Agnan, sa mère d'Alligny-en-Morvan. Ils se sont installés à Champeau. Alexis, lui, a partiellement quitté la région : "J'étais radio-navigateur dans l'armée". Il a fait l'Indochine, l'Afrique noire, l'Algérie. Chaque fois qu'il le pouvait, il revenait en Morvan. "Je ne suis jamais parti en vacances. Mes vacances, c'était le sapin. J'étais toujours là. Maintenant, je m'en occupe à plein temps" explique-t-il avant de parler de ses fils, qui semblent prendre le même chemin que lui : un métier, intéressant, qui nourrit, et une passion : le sapin.

 

 

"Mais il y a du souci à se faire" dit encore Alexis Cordin en évoquant les pays de l'est et du nord qui plantent de plus en plus de Nordmann. L'ancien maire, qu'il est aussi, rappelle la fermeture des commerces, celle de l'école de son village, à la rentrée dernière. "Le sapin, c'est le dernier petit ballon d'oxygène pour le Morvan. Si ça périclite, les loups hurleront aux portes des villages très vite. Que voulez-vous qu'on fasse ici ?"
"Mais vous continuez ?" lui demande-t-on. La réponse fuse : "On ne va pas baisser les bras et se foutre en pantoufles devant la télé, quand même !"

Dernier détail. Alexis Corbin a 81 ans.

Jocelyne REMY
Le Bien Public, lundi 29 novembre 2004

 


 

 

Le Morvan sent le sapin. Dans une, deux semaines, les arbres de Noël seront aux portes des grands magasins. Pour un producteur comme Alexis Cordin, c'est le plein « boum ».

Alexis Cordin cultive le sapin comme d'autres du blé ou du maïs. Ne lui parlez donc pas de déforestation. Ce serait une erreur - il ne touche pas à la forêt du Morvan - et comme tous les producteurs de sapins, qui plus est, ça le fâcherait. Le décret de mars 2003 est clair : "Est considérée comme production de sapins de Noël la culture d'une ou plusieurs des essences forestières énumérées à l'article 1er répondant aux conditions suivantes : la densité de plantation doit être comprise entre 6 000 et 10 000 plants à l'hectare ; la hauteur maximale des sapins ne peut excéder trois mètres ; la durée maximale d'occupation du sol ne peut excéder dix ans ; à ce terme, les sapins doivent être coupés et les sols remis en état de culture." Suit la liste des essences autorisées pour la production de sapins de Noël.

Le Bien Public, mardi 30 novembre 2004

 

 

 

Le dimanche 14 novembre 2004 était diffusé au JT de 20 heures de Claire Chazal un reportage sur les sapinières de Champeau en Morvan :

"Noël est encore loin, mais la coupe des sapins a commencé. L'arbre est inséparable des festivités de fin d'année. C'est le Morvan qui en produit le plus..."
Suit le reportage proprement dit, par temps de givre et de brouillard, avec entre autres choses l'interview du même Alexis Cordin. 

Vous pouvez le visionner sur le site en tapant "sapins" à la rubrique "recherchez",
ou à partir de la page
http://recherche.tf1.fr/recherche/parmotscles/resume/?o=2&query=sapins
Il est mentionné sous le titre "Le sapin de Noël naturel se vend déjà."

 

 

 
es sapins du ère oël

 

Les arbres de Noël sont cultivés et sont la récolte d'une plantation d'arbres plantés spécifiquement dans le but d'en faire des arbres de Noël.
Les arbres sont en général plantés dans un terrain qui ne se prête guère aux cultures agricoles traditionnelles, ils sont donc une source de revenu accessoire intéressante pour les cultivateurs.
Pour un arbre d'environ 1 mètre de hauteur, il faut compter, selon l'espèce, environ 6 ans de culture. Pour un arbre de 2 mètre, c'est environ 8 à 10 ans de culture.

Conseils

Lorsque vous achetez votre arbre, faites le test de fraîcheur : serrez une branche entre votre pouce et l'index et tirez vers vous. Si l'arbre est frais, pas plus de 5 à 10 aiguilles doivent rester dans votre main.

Lorsque vous avez acheté votre arbre, gardez-le dans un endroit non chauffé, protégé du vent jusqu'à ce que vous soyez prêt à le décorer.

Avant de l'installer à l'intérieur, coupez l'extrémité du tronc de l'arbre de 2 cm environ et placez-le immédiatement dans un pot ou pied avec de l'eau.

Ne laissez jamais votre arbre sans eau, vérifiez le niveau de l'eau tous les jours afin que votre arbre ne manque jamais d'eau.
Votre arbre peut consommer 4 litres d'eau le premier jour et ensuite environ 1 litre par jour. Si votre arbre manque d'eau pendant plusieurs heures, il est conseillé de refaire une coupe de son tronc.
L'eau est importante car elle empêche le dessèchement des aiguilles et elle maintient l'odeur de votre arbre.
Plus il fait chaud dans la pièce où se trouve le sapin, moins il durera.

 

 

 

 
e ère oël n'existe pas, c'est prouvé !

 

La nouvelle est étonnante mais il semblerait que les scientifiques doutent de l’existence du Père Noël ; une étude menée par des Finlandais estime en effet qu’il faudrait des pouvoirs quasi-surnaturels au résident lapon pour mener à bien sa tournée ; mais n’est-ce pas là une de ces caractéristiques ?

 

Photo AFP

"Personne, pas même le Père Noël, n'est doté des pouvoirs suffisants pour distribuer en 31 heures (décalage horaire oblige) 189 millions de kilos de paquets-cadeaux à quelque 308 millions d'enfants chrétiens dans 108 millions de domiciles" affirment des scientifiques anonymes cités par l'agence de presse finlandaise STT/FNB.

Pour mener une telle mission à bien, il faudrait au Père Noël un attelage de 135 000 rennes super-musclés capables de tirer chacun près d'une tonne et demi de cadeaux à une vitesse de 1 040 kilomètres par seconde, soit 12 500 fois la vitesse du son, selon des calculs rigoureux réalisés par les scientifiques.

Avec 140 millions de kilomètres à parcourir d'Est en Ouest en si peu de temps, le Père Noël ne disposerait en tout et pour tout que d'un millième de seconde pour descendre dans chaque cheminée, déposer ses trésors au pied du sapin et remonter dans son traîneau pour sa prochaine livraison. Autant dire qu'à cette vitesse-là, expliquent les scientifiques, le vieil homme à la barbe blanche serait rapidement désintégré du fait de la résistance de l'air…

Le Père Noël, que les Finlandais -persuadés que leur septentrionale Laponie abrite le seul authentique spécimen de cette espèce désormais contestée par la science- appellent "Joulupukki" (le bouc de Noël), a déclaré dans son refuge situé au nord du cercle polaire qu’il se refusait à tout commentaire face à ces calomnies et que rien ne l'empêcherait d'aller apporter leurs cadeaux aux enfants sages et moins sages qui l'attendent de par le monde.

Source : http://news.tf1.fr/news/insolite/0,,722155,00.html

 

  

  

 erci de fermer l'agrandissement, et

(Patience : il arrivera bien, un de ces jours !)

 

 

 

http://www.stleger.info