15 janvier 2005

à St Léger de Fourches

 

  

l'étang Bordot, d'eau et de glace

   

 

 

 

 

 

  

 

 l'étang Bordot, toujours

 

 

Notes du curé Bizouard :

  • en 1740 : "Année très fâcheuse. Il y a eu des neiges jusqu'au 14 may, il a gelé presque tous les mois de l'année. Les vins pâtirent des gelées qui arrivèrent le 2 octobre et durèrent 8 jours avec autant de violence qu'au cœur de l'hiver. Les fruits, pommes, poires ont gelé sur les arbres en ce pays. L'automne et le commencement de l'hiver furent si pluvieux que de mémoire d'homme on n'a point vu tant d'inondations."
  • en 1766 : "L'hiver fut des plus rigoureux et très long. Les neiges en ce pays durèrent jusqu'à la Pentecôte, le poisson et la marée furent des plus rares, ce qui obligea à faire gras le Carême. Il y eut dispense qui accordait gras le dimanche à dîner, à souper, le mardy à dîner, le soir collation, le jeudy à dîner, le soir collation, ce qui fut observé jusqu'à la semaine sainte."

Source : registres paroissiaux de St Léger de Fourches (relevés effectués par Maryse Rozerot)

 

En 1816, St Léger de Fourches fait toujours triste mine. Voici les notes de Hervé de Tocqueville, nommé préfet de la Côte d'Or le 26 février 1816, au début de la Restauration, qui fait l'inventaire de la situation sociale, économique et politique des communes des arrondissements de Semur et de Beaune. Il décerne aux uns et aux autres des notes de royalisme. Dans une période où la situation politique reste tendue entre bonapartistes et royalistes, son témoignage est une véritable page d'histoire :

"St Léger de Fourches :
Pannetrat maire, Brisse Lagneau adjoint, Mr Courtépée curé, bon.
Population : 700 habitants - Le conseil municipal est complet.
Il n'y a point d'autres revenus que les centimes additionnels qui ne suffisent pas.
La commune possède des bois qui ont peu de valeur (environ 300 journaux).
Le presbyterre et l'église en très mauvais état. Le presbyterre tombe en ruines. La commune ne cultive que le seigle.
Elle ne donne rien au curé. L'adjoint est en même temps maître d'école. Il y a des pâturages. On y engraisse du bétail.
"

Source : Journal d'enquête en Côte d'Or du Préfet Hervé de Tocqueville
site fourmillant de Pierre Collenot sur St Martin de la Mer dont nous vous conseillons vivement la visite !
http://perso.wanadoo.fr/pierre.collenot/

 

 

 

 

 

 

 

décembre 2004 - 1
décembre 2004 - 2
février - mars 2005
janvier - février 2006

 

 

printemps
été
automne

 

 

 

http://www.stleger.info