la erme du emple de Saint-Léger
un ensemble monumental médiéval
dans le
ournaisis

 

Situé à 13 km au nord de Tournai, le village de Saint-Léger en Hainaut possède une ferme du Temple du XIIIe siècle, joyau de l'architecture médiévale européenne.

la ferme du Temple vue du clocher de l'église
photo 1987 par Pierre Bachy

D'un ensemble lacunaire de sources écrites, nous retenons que cette propriété des Templiers s'est progressivement constituée durant le XIIIe siècle, principalement à partir de dons prodigués par les châtelains de Tournai (prés, bois, manoir…)

Suivant l'organisation générale de l'Ordre du Temple dans la région, cette maison, relevant du diocèse de Tournai, appartenait à la Baillie de Flandre dont le chef-lieu était la commanderie de Slijpe, près de Middelkerke.

Après la suppression de l'Ordre du Temple en 1311, et suivant la bulle ordonnant la passation des biens du Temple à l'Ordre de l'Hôpital, la maison de Saint-Léger releva dès 1312 des Frères Hospitaliers. Les blasons de pierre frappant les portails nord et sud de la ferme appartiennent d'ailleurs à ce dernier ordre. Néanmoins, la ferme a toujours conservé son appellation d'origine de Ferme du Temple.

Du XIVe au XVIIIe siècle, elle était tenue à cense et dépendait alors de la commanderie de Haut-Avesnes.

Un inventaire de 1373 mentionne à Saint-Léger "la maison à chapelle, où l'on dit trois messes la semaine, qui a 80 bonniers de terre arable, des prés, un moulin à vent, et de très gros revenus censaux…"

De la ferme en quadrilatère telle qu'elle se présente à nos yeux, seuls l'actuel corps de logis et la grange en long située le long de la drève remontent au Moyen Age.

  • Dans la cour, un grand bâtiment (ou manoir) jadis percé de 8 baies gothiques a perdu la majeure partie de son étage (suite à un incendie ?) Une chapelle lui fut accolée postérieurement côté est.

L'étage fut démoli sur une longueur de six travées, en 1764,
comme l'indique cette date sur la toiture.

  • Depuis le canal de l'Espierre, nous pouvons admirer l'imposante façade ouest en moellons de Tournai, qui a conservé sa rose polylobée, surmontant trois baies en tiers-point ainsi qu'une ouverture, en bas à droite, qui permettait d'accéder à la cave.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

la façade ouest

  • La façade nord possède encore deux fenêtres admirablement conservées, au remplage trilobé. L'une d'elles est toujours divisée par une colonnette à chapiteau.

la façade nord

  • La façade est du manoir a subi de profondes modifications depuis son édification ; elle est amputée de son étage et son ordonnancement primitif fut dénaturé par l'adjonction de la chapelle (ses baies furent obturées) ; cependant les traces d'une rose et d'une baie laissent présager d'un dessin semblable à celui de la façade ouest.

L'étude stylistique de cette architecture "raffinée" (appareillage, fenêtres, chapiteaux, cordons larmiers…), que certains appellent "romano-gothique", amène à situer la construction du manoir dans la 1re moitié du XIIIe siècle, alors que la chapelle et la grange datent pour leur part du milieu du XIIIe siècle (entre 1225 et 1275 ca).

En conclusion, on peut penser que dans un premier temps, le manoir fut donné aux Templiers par un châtelain de Tournai (le XIIIe siècle est une période où les dons aux ordres religieux affluent) ; les templiers y auraient ensuite ajouté la chapelle et la grange, deux bâtiments nécessaires à leur "mission (la prière, l'engrangement des récoltes).

Une question demeure : cet ensemble ressemble étonnamment à d'autres, de la Picardie ou de la Flandre, disparus ou non, liés aux Ordres du Temple ou de l'Hôpital dans la région : les manoirs du Tortoir et de Domart-en-Ponthieu, la maladrerie de St Lazare, la commanderie Le Fresnoy-du-Temple, la maison du Temple de Cambrai, la Maison des Templiers à Ypres… Tous ces exemples, postérieurs à la maison du Temple de Saint-Léger, laissent à penser que celle-ci aurait pu faire école auprès de ses "consoeurs" (?)

La ferme du Temple de Saint-Léger tient une place importante dans l'histoire de l'art scaldien ("art de l'Escaut") qui a fait école dans le Tournaisis, la Flandre et le Nord de la France grâce à l'exportation via ce fleuve de produits sculptés en pierre de Tournai. Plus globalement, elle est une rareté dans le paysage de l'architecture médiévale européenne.

Cette page a pu être composée grâce à Laure ANDRÉ, de l'Agence de Développement Local d'Estaimpuis. Merci, Laure ! ;o)

 

Liens :

 

   

 

 

http://www.stleger.info