le ouchi

 

La langue universelle en Ostrevant est le dialogue rouchi.

La langue romane imposée par l'occupation romaine comportait deux aspects : la langue d'oc dans le sud et la langue d'oïl dans le nord de la France.
Cette dernière se subdivisait elle-même en plusieurs dialectes dont le francien, utilisé en Ile-de-France, et le picard dans la Picardie, l'Artois et le Hainaut, soit en gros dans les départements actuels du Nord (sauf la partie flamande), du Pas-de-Calais, de la Somme et une partie de l'Aisne.
A partir du XIIe siècle, la politique d'annexion des petits rois de France contribue à l'expansion progressive de leur langue, le francien, au détriment des autres dialectes.

Dans le nord de la France, à partir du XVIe, le francien, devenu le français, s'impose dans les milieux de l'administration et du grand commerce. A mesure qu'il s'installe, le français assimile quelques termes dialectaux. Le picard y a contribué et, dans la terminologie actuelle, on retrouve un ensemble de mots constituant son apport à la nouvelle langue.
Si, avec les siècles, le français s'affirme en tant que langue officielle, certains dialectes, et plus particulièrement le picard, restent le langage exclusif du peuple des campagnes sous des formes patoisantes. L'un de ces patois, hérité du picard, est le rouchi dont la zone d'influence recouvre à peu près les arrondissements de Valenciennes, Douai et Cambrai.

 


 

OS VIU

 

Li, grand gaillard, maronn’ed v’lours, casaqu’épaisse,
Casquette à brochon ed cuir muchant un crâne chauve.
Elle, pus tiote, long cotron, tiot chignon, visache ridé,
Corsache à tiots boutons parels à des rogins ed Corinthe.
Au coin de l‘rue in les veyot arriver, li s’appoyant sus s’canne
A cous’ de s’n’équenne : elle, sin cabas ed toil’ chirée
Cont’nant l’ouvrache à tricoter.
Ch’étot comm’si, tout d’un cop, el solel luisot pus fort,
Comme si ‘temps eur’venot in sièque in arrière,
Eul’ temps des crinolines, des capotes à pans.

Des carcasses solides, chés vielles gins, burinées par l’ouvrache,
Lessife à l’forche des pognets, bett’rafes à l’mincaudée*,
Tantôt varlet ed since, tantôt carbonnier, tantôt débardeur
Li dins sin corps d’athlète, elle pus menue mais nerveusse.
Chés grosses mains caleusses ont bien pratiqué l’ouvrache,
Maniant l’escoupe d’el fosse ou bin l‘pelle ed terrassier.
Chés tiots dogts ont bin saqué l’aiguille tard dins l‘nuit
A l‘lueur du quinquet, racercissant ou bin rapiêch’tant.
Trottant à godasses, à chabots, évitant l‘crottin ed quévaux
Sus chés gros pavés. Ch’est si loin, ch’est si près, ch'tot si biau !

Fleurs des camps, fleurs des prés, fleurs de gardins,
Aubépines parfumées, hurions**, alouettes trissant au d’sus des camps dorés,
Hirondelles jamais mates des biaux jours insoleillés.
Bals indiablés, rires des blancs bonnets, rires des gins héreux.
Jeux ed bidets des réf’ d’infants, orgues ed barbarie, pianos mécaniques,
Frites odorantes à s’in faire péter les boyaux.
El temps passe, in s’prélasse, in trépasse,
Jeunes gins, vielles gins, humains, tout s’efface !
Li grand gaillard au dos voûté, maronne ed v’lours,
Casquette à brochon d’cuir, sorlets à gros clos,
Elle long cotron, tiot chignon, corsache à tiots boutons.

 

Alexandre Ruolt
ancien ajusteur à Trith St Léger (né en 1920)

 

Pour tout bin comprinte :
mincaudée* : mesure agraire
hurion** : hanneton

 

 

représentation du village de Try en 1596
© naucelle.com

 


 

Langue d'oc ? Oc. Langue d'oïl ? Oïl.
Passons-nous le témoin de la culture pour que l'héritage ancestral de nos beautés régionales reste un trésor de curiosités et de personnalités.

"Essayer de faire taire le parler d'un terroir, c'est tenter de réduire l'histoire au silence pour oublier la parade du temps dans son défilé de cultures." (Jean-François Grégoire)

 

CCUEIL TRITHIS

poème en rouchi

 

© Jean-François Grégoire

T’as biau aller bin lon à cacher et’ quémin,
Té peux pinser bin sùr qu’ailleurs ch’est mieux qu’ichi
Et aller vir aute part cheux qui font des chichis
Mais, ch’est toudis à t’ villache qu’é t’arviendras d’main.

Les gins qui t’ont quer et qui connaissent et’ père
Sont d’el même souch’ qu’é ti et ne t’ f’ront pas braire.
Ravisse autour ed’ ti, arliève tes vrais amis
Et té verras qu’é té pinseras à cheux d’ Trith.

In a pas peur ed’ taper du poing sur el tap
Mais, comme té sais, nos poings sont moins greux que not’ cœur
Et y’aura toudis un rassacache et du rap
Pour chelui qui connot dins l’instant el malheur.

Jean-François Grégoire

Lexique :
cacher : chercher
quémin : chemin
vir : voir
toudis : toujours
avoir quer : aimer
braire : pleurer
arliève : relève
rassaquer : retirer
rassacage : potée de haricots, de pommes de terre, carottes, navets et chou cuite dans une soupe à la jambette de porc d’où on la rassaque (retire)

 

© Jean-François Grégoire

  


 

U PAYS DU RAVAIL

 

Au pays du travail

I fait nuit. L'peuple arpo's dins l'grand' ville ouverrière.
Seuls les bruits d'l'aciéri' rambuquent dins l'cité.
In intind les vapeurs agaçant's d'eun' chaudière
Qui lanc'nt les chiffelmints d'un monstre épouvinté.

In n'vot point les étoil's muché's par el feumière.
Parfos l'ciel s'invélopp' d'eun' pleine obscurité.
Alors, ch'est infernal, dins l'nuit, les bruits d'tonnerre
Et l'in pins' qué l'indrot n'peut point être habité.

Soudain, d'un haut-fourniau, s'écappe el font' bouillantte
L'ciel s'éclaire aussitôt d'eune lumière éclatante
Et les feumièr's s'amoutr'nt in lumineux flocons.

Su l'pays indormi toute el clarté s'projette
Et la vie apparaît ein gracieus's silhouettes
D'amoureux enlacés par derrièr' les corons.

Jules Mousseron - Eclats de gaillettes - 1913

 

Jules Mousseron à la sortie d'un puits de mine, muni de son pic et de sa lampe

 

Jules Mousseron (1868-1943) est né à Denain (Nord), dans une famille de mineurs. Il travaille à la mine dès l'âge de 12 ans.
Lorsqu'il rencontre en 1886 celle qui deviendra sa femme, il commence à écrire des vers pour elle, d'abord en français.
Mais c'est en écrivant des textes en rouchi, qu'il présente dans les spectacles locaux, qu'il commence à connaître le succès.
Il crée en 1899 le personnage de Cafougnette, qui prendra de l'importance dans son œuvre jusqu'à en devenir le thème comique central.
La notoriété de Jules Mousseron s'étend alors bien au-delà de la région. Il multiplie les spectacles, mais travaille toujours à la mine en tant que mineur de fond, et y restera jusqu'à sa retraite en 1926.

 

Scène ed coron

I fait nuit. Dins l'coron aucun' lumièr' qui brille
A peine un coin d' clairté dins l'z inter-deux d'peignons.
Tout dort. In intind fauqu' corner l'haleine agile
Del machine à vapeur d'eun' foss' là-vo pus lon...

Vers tros heur's du matin, v'là l'cité qui s'réville
Les coqs, dins l'z étolett's, jett'nt leu premièr' canchon
Eun' par eun', les ferniet's s'alleum'nt d'un feu tranquille
Et rind'nt un peu la vie et l'mouv'mint dins l'coron.

L'heur' sacré' du travail dins tous les coins éclate
L'bruit qu'in fait, su l'volet, pou rév'lier l'comarate,
S'mêle aux longs cris d'appel in singuliers échos...

Chaqu' port' s'ouvre in jétant eun' trace illuminée.
Les femm's dis'nt aux mineurs ; "A r'voir, eun' bonn' journée !"
Pis l'z homm's s'effac'nt, dins l'nuit, in traînant leurs chabots.

Jules Mousseron

 

La ville de Denain a matérialisé le personnage de Cafougnette
en créant en 1950
un géant à son image.

 

 

 

 

 

à gauche, Jules Mousseron en 1912

Pour en savoir plus :

 


 

LE OIN DU H'TI

 

Quek t'as ? T'n'as pas l'air din't' n'assiett ?
Y'a qued caus' qui n'va point ?

N'm'in parle pas. Figure te qu 'Julia a décidé de s 'rtrouver s 'taill' de jeun fill.
Fo vir al maison tout l' éballach.
Y' a des crèmes dévoreuses d'graisse, des lotions liposuceuses, des tisanes drainantes, des instruments d 'torture pour massages, des cataplast astringents.
Elle s 'fait même manipuler ses fesses pour pouvoir danser la salsa.
Tout cha parce qu'elle a gagné à un jeu 8 jours din un 4 étoils sul cote d'Azur.
Elle veut et' à la hauteur qu'elle dit. Elle voudro ressinner à Sophie Marceau.
Elle a déjà laissé pusser s'frinch et ses mechs. Elle porte déjà ses lunets d'soleu sul l'dessus de s 'tiel. Té conno Julia. Autin dir'que ch 't'une opération suicid.
Ché comme si té vodro trinsformé ine jument d 'horservice en fine poulich d'compétition. T'vo bin qui n'y a pas qu 'ché homms qui ont l'diab din leur tiet ché fimmes aussi y leu pass des drôles d'idées parfo din leu tiet.
Mais y'a pas qu'cha !
J'do moutrer l'eximple et l'incourager, qu'elle dit. Y fo que minge comme elle.
Cha t'fera du bin, qu'elle piuse. Alors v'la ty qu'achteur y fo que j 'minge des légumes sans sel à l'iau ou al vapeur, du pichon, mi qui ai horruer d'cha.
Je n 'bo pu que d'iau, ché pou cha que j'déquati.
Heuresemin que d'tin un tin j'vas chez m 'mère. La ya toudi un bon restaut d'fricasse ou d'bouhi. Alors là, j 'men mets j'quà l'gorge.
Vivement que ch'l'jeu là y sau fini.
Ecout', viens avec mi au gardin. J'ai muché aine bonne boutel.
ln l 'buvra trinquillement en démariant les carottes.

pcc : Michel Leveugle

 

"-T'as bin eun'bell kémiss !
-J'l'ai akaté pour aller al mer, sam'di.

-Et Phimomén ? Elle part avec ti ?
-Té sot, E'n veut point venir. Elle dit qui fait trop ko.
I n'a point d'climatisagitateur al méson, et l'ventilaseur i n'chass que les mouks, alors elle pass in ne bonne partie d'l'après-midi al kav avec s'tricot pour l'hiver, elle dit qui fait plus frek. Et pi au moins là, elle a d'koi s'réhyatrationner. Y 'a tout tout s'ki fo. Pourtin elle avo akaté un bio maillo d'bin à fleurs. Tin pi.
-Te sai qu'te peu y aller el mer pour 1 !
-Tsé bin qu'je sis point bêt, c'est c'que va faire.
-E bin, t'a bin du courache.
-Pourque qu'te dis cha ?
-L'copin' de m'fill i é allé l'semain' dernière, elle s'en souviendra.
-Ah bon ?
-Cha ! Ell'y a raconté s'épopée. Figure te qu'il y est arrivé plein d'avintur', elle pouro écrire un ouvrach…Cha a qu'imché l'matin.
In les install' dans un trin pour Lille. A peine bin in plach, in leu d'mind d'quingé d'quai. I s'exécut'. L'nouvio trin est d'jà plin d'gins. I s'gliss comme i peiveute, trouve-t'eune plach. Les vlà partis.
-Eh alors ! I peut bin y avoir un imprévu. I peuveuté s'tromper.
-Attin ! ché pas fini, cha n'fait que qu'mincher. L'zé vlà à Lille. Is'rinssentent pour hardelot. In leur indic l'heur'et l'trin. In rout' cha roul. Mais l'train n's'arrête pas pour Hardelot. L'zé vlà à "Etap".
-Y a rin d'drôl, l'principal c'est qui zont vu l'mer.
-In'e minute ! Acout' l' suite.
Les v'là partis in ballat' sur un sentier d'l baie d l'Canch', fins contints de s'trouver din l'natur, au solé, l' mer à leu côté.
Les v'là ti pas qui s'avintur'tent din les dun' pou r'trouver l'kémin. Alors là, un vrai labirint. L'zé vlà à la recherch' du k'min din les buissons épineux, plin d'griff sur les gimbs et jamais d'kémin en vue. I zon eu peur. Enfin y s'sont retrouvés sur l'voie d'kmin fer. Heureusemin, l'rout elle n'éto pas loin.
-Mi j'n'me laissero pas avoir, J'resterai trinquillemin sul' terrasse in fach d'el mer intrin bore un bon d'imi. Te cro pas que j'vas reisquer m'vie ?
-Te n'vas pas m'crore, leu misèr's n'sont pas finies.
-N'me dis pas cha ! c'est pas vrai ??
-Si fait. Y prennent le train pour Valenciennes. Direct on leur dit.
L'zé v'là partis, tout contins. Tout d'in coup, stop en gare d' Somain. Deux heures d'attint'. Un arp'éto kéiu sul' voie de k'min fer. Y n'sont rentrés à Valenciennes qu'à 23 heures. Y pinso taller manger des frit's. Eh bin elles'zétot déjà digérées… L'graiss' à frits, elle to refroidi d'pu lontin. I n'avot'é pu qu'à rintrer à leu méson !...

pcc : Michel Leveugle

 


 

bulletin scolaire :o)

- Nénesse, viens ichi ! Viens ichi tout t'suite !
I n'avot' point l'air contin, l'Zeph !
- Ouais, p'pa !
- Nénesse, quess que ch'est que ch'travale ! J'viens d'trouver tin carnet d'notes scolaires su tin bureau. Mais qu'est c'qui ch'passe ?
- Mais pap…
- Tais teu quin j'parle ! Malpoli, zéro in orthographe !
- Papa ch…
- Tais teu quin j'te parle ! Mais qu'est c'qui s'passe ? Deux in calcul ! Zéro in histoire ! Zéro in géographie, mais qu'est c'qui s'passe ? Té fais eune collection d'zéros ?
- Pap…
- Tais-te quin j'te parle ! Deux in rédaction, un point pour l'encre un point pour l'papier ? Bravo !
- Papa ch'est…
- Tais teu, j'té dis .. Té pal'ras quin qu'j'arai fini ! Malpoli ! J'continue. J'lis : N'apprend pas ses leçons. Fait l'imbécile en classe. Se prend pour la malice incarnée. Court plus souvent après les filles qu'après l'relais au terrain de sport ! Mais qu'est c'qui s'passe ?... T'as invie eu'd faire mourir eut'mère, ou quoi ? Et là, et là, alors ? là ? Ch'est l'cerisse sur eul MacDo : Va être renvoyé de l'école s'il continue de montrer la partie la plus charnue de son anatomie pour faire rigoler toute la classe pendant les cours d'éducation sexuelle !
Mais qu'est c'qui spasse ? Qu'est c'que ch'est, mais qu'est c'que ch'est que ch'travale ?? Té peux m'espliquer ?!
Qu'est c'que t'as à réponte à cha ? Hein ? T'as invie d'eul faire mourir, eut' paufe mèr' ?
- Papa ! ! Té m'laiches pas parler, ch'est pas l'mien d'carnet d'notes, ch'est l'tien qu'j'ai rtrouvé hier, in ringeant l'gernier, avec maman...

 

   

 

http://www.stleger.info