E TEMPS PASSE AUSSI UI OUI OUI

A  AINT ÉGER DU BORG DENI !

 

 

vue sur l'église et son cimetière, prise à partir d'un petit chemin qui longe la colline du bois du Roule

 

 

 

GÉOGRAPHIE & HISTOIRE de ST LÉGER du BOURG DENIS

Source : Le guide des activités 2009

Situation : A 120 km au nord-ouest de Paris, Saint-Léger fait partie de l’agglomération rouennaise.

Elle est la première commune à la sortie est de Rouen, port maritime et fluvial entre Le Havre et Paris sur la Seine. Saint Léger s’inscrit dans la vallée de l’Aubette, depuis des temps immémoriaux.
En superficie (281 ha), elle est l’une des plus petites communes du département.
En population (3 200 hab.), elle se situe dans le canton derrière Darnétal, le chef-lieu voisin.

Climat océanique tempéré
Moyenne des températures : 5° C en janvier et 21° C en juillet. Possibilités de précipitations toute l’année

Nom des habitants : les Bourdenysiens.

Patrimoine et activités : Jadis maraîchère et industrielle, Saint-Léger, tout en conservant de nombreux commerces et services, notamment dans le domaine de la santé, se reconvertit progressivement en commune de résidence.

C’est ainsi que plusieurs friches industrielles se sont, au cours des dernières années, transformées en zone d’habitation. Ce mouvement devrait se poursuivre à moyen terme et amener Saint-Léger vers une population d’environ 4 000 habitants. Les équipements collectifs (nouvelle mairie, écoles, salles des fêtes, locaux associatifs, centre culturel, bibliothèque - bientôt transformée en médiathèque) ont été calibrés pour tenir compte de cette évolution prévisible.

Saint Léger abrite l’un des 2 campings de l’agglomération rouennaise (350 000 hab.), une église du XVe siècle rectifiée XIXe, des châteaux du XVIIe et du XIXe siècles, divers moulins, une cheminée d’usine sauvée de justesse, une cité commerciale, 3 restaurants, divers médecins et spécialistes, une pharmacie.

 

 

 

panorama - carte postale ayant voyagé en 1908

 

 

 

GÉOGRAPHIE & HISTOIRE de ST LÉGER du BOURG DENIS

Source : Le guide des activités 2009

Une commune urbaine verte

On est à 15 minutes de la cathédrale de Rouen et déjà en "week-end".
Saint Léger fait partie de l’Agglo. de Rouen Haute-Normandie.

Si l’on peut y travailler, on peut aussi s’y distraire, non seulement grâce aux nombreuses associations sportives et culturelles dotées d’infrastructures toujours améliorées, mais aussi grâce à la nature qui couvre les deux tiers de la superficie de la commune.

Un sentier pédestre en fait le tour. Un sentier de découverte sur la colline du Roule a été mis au point par le Conservatoire des Sites Naturels qui a pris en charge la gestion de la flore et de la faune de cette prairie exceptionnelle, notamment par voie de pâturage ovin. Plusieurs variétés d’orchidées y ont trouvé refuge.

Un certain art de vivre

Les habitants de la commune doivent s’y plaire puisque les logements locatifs connaissent les taux de rotation les plus bas de l’agglomération et que les anciens Bourdenysiens essaient de revenir lorsqu’ils le peuvent.

 

 

 

St Léger du Bourg-Denis - vue générale

 

 

 

St Léger du Bourg-Denis - vue générale

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BOURDENYSIENS, QUI SOMMES-NOUS, OÙ ALLONS-NOUS ?

Source : Le guide des activités 2009

Une commune à deux visages

Située en périphérie de l’agglomération rouennaise et à la limite de la ville et de la campagne, notre commune présente un double visage :
- celui d’une commune rurale, tournée vers le souci de son environnement et de son paysage, mais consciente de son passé industriel très présent au niveau architectural
- celui d’une commune urbaine qui en supporte les avantages et inconvénients...

Le Bien Vivre à Saint-Léger fait recette

Notre commune accueille aujourd’hui près de 1 200 ménages et près de 3 200 personnes, mille de plus qu’en 1968.
Malgré l’exiguïté de notre territoire, l’augmentation régulière de la population, qui avait marqué le pas entre 1982 et 1990, a nettement repris depuis. Cette augmentation a été permise par une forte croissance du parc des résidences principales, qui se poursuit aujourd’hui malgré l’exiguïté du territoire, notamment grâce à la reconversion d’anciens sites industriels. La population de Saint-Léger se renouvelle fortement, puisque 45 % des actuels Bourdenysiens ne l’étaient pas en 1990. Les nouveaux arrivants viennent principalement de Seine-Maritime et singulièrement d’autres communes de l’agglomération. Saint-Léger est donc bien une commune attractive au sein de l’agglomération, mais nous n’échappons pas à un certain veillissement de la population (35% de plus de 60 ans), notamment en raison du nombre important de Bourdenysiens propriétaires de leur habitation.

Mutations importantes de l’activité et emploi

Saint-Léger offrait 755 emplois en 1991, et moins de 700 aujourd’hui.
On note une profonde transformation des branches d’activité représentées dans la commune. Nos entreprises offrent de moins en moins d’emplois industriels, et de plus en plus d’emplois tertiaires.
Cette mutation n’est d’ailleurs probablement pas terminée. Au niveau de l’agglomération, ce sont en effet aujourd’hui 80% des emplois qui relèvent du secteur tertiaire (contre seulement 55 % à Saint-Léger). Notre taux de chômage est inférieur à celui de l’agglomération, mais notre taux de chômage des jeunes est très préoccupant.

 

 

 

St Léger du Bourg-Denis - vue générale de la vallée

 

 

 

St Léger du Bourg-Denis - maison de vacances de l'EDF

 

 

 

St Léger du Bourg-Denis - les nouvelles cités

 

 

 

vue générale - la vallée de l'Aubette

 

 

 

St Léger du Bourg-Denis - l'est de la commune, vers 1950

1 - hangar démoli l'été 2006, avec en projet un petit immeuble de logements sociaux
2 - une benne à déchets fut installée ici vers 1990, abandonnée depuis
3 - le captage d'eau n'existe pas encore, ce qui fait dater cette carte postale des années 1950
4 - le vieux château
5 - ces bâtiments, annexes du château, sont aujourd'hui, en cours de rénovation privée (2006)
6 - aujourd'hui stade de foot et vestiaires, depuis la fin des années 90
7 - parking du stade et nouveaux bâtiments des ateliers municipaux

 

 

 

 

 

 

BOURDENYSIENS, QUI SOMMES-NOUS, OÙ ALLONS-NOUS ?

Source : Le guide des activités 2009

L’importance des migrations liées au travail et les problèmes de transport

90% d’entre nous travaillent à l’extérieur de la commune. A l’inverse, seul un quart des emplois offerts sur place est occupé par des Bourdenysiens.
La commune accueille donc chaque jour plus de 500 personnes extérieures à la commune.

Pour tous ces migrants, la voiture particulière reste le mode de transport privilégié (74%). Si l’on y ajoute le très important flux de transit quotidien en provenance et à destination d’autres communes, il n’est pas étonnant que le départ et le retour au travail créent des encombrements.

Toutes ces réalités ont été intégrées à notre réflexion sur l’avenir de la commune. Nos projets d’urbanisme, notamment au niveau du Centre Ville, visent à concilier et valoriser les deux visages de la commune et son identité de "ville à la campagne".

Nous souhaitons également mieux accueillir les nombreux candidats à la citoyenneté bourdenysienne et veiller à l’équilibre de notre population. Cela passe par le maintien d’une proportion significative de logements locatifs aidés (aujourd’hui supérieure à 20%, bien que Saint-Léger ne soit pas tenu par les obligations de la loi SRU)

La commune s’engage par ailleurs fortement dans une démarche de développement durable. Cela implique, entre autres, la promotion des modes de transport "doux" (cheminements piétonniers, transports en commun, et bientôt vélos électriques et piste cyclable).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

le Val aux Daims

 

 

 

Saint Léger du Bourg Denis, près Darnétal (Seine Inférieure, à l'époque) - la rivière, l'Aubette

 

 

 

 

 

 

carrefour de la rue de la Bretèque et de la route de Lyons la Forêt

 

 

 

 

 

 

1905

 

 

 

 

A l'arrière-plan de cette photo datant du 29 août 1944, vous reconnaîtrez aisément la maison à colombages de la carte postale ci-dessus.

Voici le texte qui l'accompagne sur le bulletin municipal "Bien Vivre à St Léger" d'octobre 2003 :

 

"29 août 1944 : venus des plateaux par le chemin des Trésoriers, des chars canadiens pénétrent dans Saint Léger et libèrent la commune, la veille de la libération de Rouen. Le secrétaire de Mairie, M. Renard, hisse les couleurs tricolores sur la mairie, située alors dans le parc, rue des Villages. Un geste que nous commémorons avec émotion chaque 29 août à 13 heures.

Un peu plus bas, à l'intersection de l'actuelle rue des Villages et de la route de Lyons, c'est la rencontre et la fraternisation avec la population et ses représentants. Sur cette photo d'époque, on reconnait aisément la cheminée Lavoisier, la colline et la maison à colombages située à l'entrée de la rue Lavoisier.

Au centre, un soldat canadien, juché sur son tank. Il est entouré, à gauche, de M. Néel, et à droite, d'André Bellet.
Conseiller municipal depuis mai 1935, André Bellet est à cette époque 2me adjoint. Elu 1er adjoint en mai 1945, il deviendra maire de Saint Léger en 1947 et le restera... jusqu'au 25 mars 1971, soit pendant plus de 23 ans."

 

 

 

 

 

vues générales de Saint-Léger
la mairie - les écoles - l'église
les bâtiments et les usines
 

 

  Merci de fermer l'grndissement sinon.

 

 

 

http://www.stleger.info