a Lucerne d'utremer

 

 

L'appellation de la commune

En 1999, La Lucerne d'Outremer comptait 735 habitants. Aujourd'hui, il y en a plus de 800. Au cours des siècles, l'appellation a changé ou plutôt s'est déformée de "Lucerne" à "Luzerne".
Les écrits latins font mentions de "Lucerna".
Au 18e siècle, il est fait état de "La Luzerne" dans certains textes. Nous pensons qu'il s'agit d'une déformation de nom, cela faisait partie du vocabulaire usuel de notre région. A une époque encore récente, notre commune était appelée dans les alentours "La Luzerne", certains le disent encore.

C'est sans doute pour remédier à cet état de chose, afin de ne pas confondre les deux Luzerne, celle voisine de Saint-Lô et la nôtre, qu'un décret impérial fut pris par Napoléon III aux Tuileries le 15 janvier 1853, ainsi libellé :

Article premier

La Commune de La Luzerne, arrondissement d'Avranches, département de la Manche, portera à l'avenir le nom de La Lucerne d'Outremer qu'elle avait autrefois.

Article deux

Notre Ministre Sécrétaire d'Etat au Département de l'Instruction est chargé de l'exécution du présent arrêté.

Signé : Napoléon

Le décret impérial arriva à La Lucerne le 26 février 1853 et fut enregistré ledit jour par le Maire Montier-Paulmerie.

 

 

Lucerne - Diverses hypothèses sont possibles sur son origine :

La Lucerne a un point culminant qui est le parc du château situé à 134 m au-dessus du niveau de la mer. Un phare (Lucerna voulant dire lampe) y aurait existé, dont la lumière était aperçue de la mer. Nous pensons que cette version n'est pas la bonne, un phare n'ayant pas tellement d'utilité à 12 km de la côte, surtout avec le peu de puissance de projection qu'il aurait pu avoir. Cette version du Livre d'or est à écarter.

Dans le sens du même mot Lucerna (lampe), nous trouvons "lucernités" qui sont des cantiques chantés la nuit à la lumière dans les assemblées des premiers Chrétiens.

Le nom pourrait venir aussi de Lucus (bois sacrés). Dans l'Antiquité Romaine, les Lucaries étaient la fête des bois sacrés, célébrée le 19 juillet. La région étant très boisée, il se pourrait que des festivités forestières, peut-être nocturnes, aient donné le nom.

A l'occasion de ces Lucaries, de ces fêtes des bois sacrés, des feux pouvaient être allumés sur cette butte et ainsi visibles d'assez loin. L'endroit a pu hériter de l'un de ces mots latins LUCERNA ou LUCUS, lumière dans les bois à l'occasion de la fête dans les bois sacrés.

 

l'Abbaye de La Lucerne d'Outremer

Si la première partie du nom a une signification très ancienne (latine), la partie "d'Outre-mer" est plus récente. Une version du Livre d'or dit que les Religieux de l'Abbaye régnaient sur deux communautés, celle de l'Abbaye et une autre du même nom en Angleterre. Pour les différencier, les mots "intramare", et "extramare" à La Lucerne de l'autre côté de la mer, auraient été ajoutés. Là encore, nous pensons que la version n'est pas la bonne. Il n'est pas connu en Angleterre de monastère du même nom, "Lucerne" ou dérivé.

Par contre, il apparaît qu'à l'époque de la Guerre de Cent Ans, les Abbés de l'Abbaye étaient partisans des Anglais et des Normands de l'autre côté de la mer qui guerroyaient contre la France. Des preuves en sont données sous le 14e Abbé, Raoul Lecler, car l'Abbaye fut dévastée par les Français.
Mais c'est sous Philippe Badin, 18e Abbé, que la communauté semble la plus soumise au Roi d'Angleterre. En 1440, l'Anglais Sir Thomas Scale fonda la forteresse de Granville. La première pierre fut posée et bénie par cet Abbé.
Notons aussi que l'Abbaye de La Lucerne avait des possessions en Angleterre : Mundham et Brimfast, et que l'Abbé de La Lucerne avait siège au Parlement de Londres.
Richard Coeur de Lion, Roi d'Angleterre, confirma au XIIe siècle les titres de l'Abbé de La Lucerne et lui donna droit à une compagnie d'hommes d'armes.
Tout cela contribue à confirmer les sentiments pro-anglais qu'avaient les Religieux de La Lucerne.

 

l'Abbaye

En résumé, le "d'Outremer" était employé par les Anglais et n'avait pas raison de l'être par les Normands vivant de ce côté-ci de la mer.

Mais pour qui ne connaît pas ce nom de La Lucerne d'Outremer, cela porte tout de suite à l'intrigue car c'est la seule commune de notre hexagone ayant ce nom sonnant l'exotisme, et donne satisfaction à nos concitoyens ! C'est un beau nom facile à retenir par les touristes et visiteurs de l'Abbaye. Nous croyons savoir que c'est le Maire de l'époque, M Montier-Paulmerie, homme érudit, qui avait su faire rentrer ce fait de l'histoire dans le nom de la commune. Cette fois, plus de crainte d'être confondu avec La Luzerne près de Saint-Lô, et cela évitera désormais toute erreur pour l'administration et la distribution postale !

 

La Vieille Lucerne

L'if millénaire du cimetière atteste l'ancienneté de la communauté paroissiale et est probablement contemporain de la construction de l'église qui ne devait être à l'origine qu'une chapelle, lieu de culte des bûcherons.
Les chanoines de l'Abbaye, dans leurs écrits, avaient pour habitude d'appeler le reste de la commune "la Vieille Lucerne". Ce terme démontre que l'existence de la paroisse est antérieure à celle de l'Abbaye.

Source : "LA LUCERNE D'OUTREMER A TRAVERS LES SIECLES ET NOTES SUR SON ABBAYE", par Bernard Cléraux et via Maryline, qui se reconnaîtra et que nous remercions !

 

 


 

 

 

L'bbaye de laucerne d'utremer

 

 

Sur la commune de La Lucerne d’Outremer, dans un site ombragé au fond d’un vallon pittoresque où serpente le ruisseau Le Thar, s'élèvent les constructions romanes de l'abbaye, d'esprit cistercien par leur sobriété et leur rigueur. On peut y accéder à partir de la route Granville-Avranches, où elle est signalée. L'ensemble est dominé par une tour anglo-normande qui déjà annonce l'architecture gothique.

 

entrée de la salle du chapître

détail du portail, sur la façade de l'église

L'ancienne abbaye de La Lucerne fut fondée en 1143 par des religieux venus de Dommartin (Picardie). La construction de l’église et des bâtiments conventuels était achevée en 1206.
La Lucerne est petite-fille de Prémontré, abbaye-mère de l'Ordre. Abbaye-soeur de Falaise (Calvados) et de Blanchelande (Manche), la Lucerne va fonder 4 autres abbayes : Ardenne (Calvados), Beauport (Côtes d'Armor), Cerisy-Belle-Etoile (Orne) et Mondaye (Calvados).

L'ensemble eut gravement à souffrir des attaques dont il fut l’objet durant la Guerre de Cent ans, puis durant les Guerres de Religion. A chaque fois, il fut rebâti.

 

 

 

 

 

entrée de la salle du chapître

Vendue comme bien national à la Révolution, l'abbaye fut transformée en filature puis en scierie de pierre. Les deux entreprises périclitèrent, entraînant la ruine des bâtiments. En 1928, La Lucerne est enfin classée Monument Historique.
Depuis 1959, l'ancienne abbaye de La Lucerne est en restauration. Sous l'égide de l'Abbé Marcel Lelégard, décédé en 1994, la Fondation Abbaye de La Lucerne poursuit patiemment la reconstruction de l'ensemble monastique médiéval.

Vous trouverez une magnifique photographie aérienne de La Lucerne là

Sources et liens :

 

 

 

 

 

  http://www.stleger.info