L'année 2007 marquait le 63e anniversaire du Débarquement en Normandie.
Si ce nouveau front a permis la victoire des forces alliées en Europe, il ne doit pas faire oublier qu'une autre grande bataille se livrait en même temps dans la Mer des Philippines. Les peuples bordant l'Océan Indien furent naturellement appelés à combattre dans le Pacifique Sud.
Il se trouva cependant quelques aviateurs de ces pays lointains pour se battre en France en cet été 1944. Ils venaient d'Inde, de Malaisie ou d'Australie.
La mémoire du jeune pilote indien "Tiger" Thyagarajan fut honorée le samedi 2 juin à La Lande St Léger.

Une plaque en l'honneur du P/O Sayana Puram Duraiswamy Thyagarajan, RAF, abattu le 25 août 1944 à La Lande Saint-Léger, fut dévoilée par le Révérend George Wood. Ce dernier, ex-pilote d'avion Whirlwind et Typhoon, a volé aux côtés de "Tiger" Thyagarajan comme le surnommaient ses camarades. La cérémonie eut lieu en présence de la famille du pilote venue d'Inde.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

la plaque sur l'église de La Lande

 

 

 

Après les discours des personnalités présentes dont M. Ranjan Mathai, Ambassadeur de l'Inde, le Général Chatterjee, Attaché de l'Air, et M. Hervé Morin, Ministre de la Défense, le Révérend Wood fit un prêche sur la tombe du pilote située à l'entrée du cimetière.

 

 

 

 

Voici l'extrait d'un courrier adressé par le frère de M. Thyagarajan au maire de la commune :

Calcutta, le 1er mai 1946

(...) "Vous avez voulu avoir des détails sur la vie de mon frère. Il naquit à Madras en 1918 et il fit ses premières études ici même. En 1938, il partit pour l'Angleterre pour de hautes études techniques et, en 1941, il reçut le degré de B. Sc. avec Honneurs à l'Université de Bristol.

Pendant sa première année à l'Université, il prit des leçons d'aéronautique et, tout de suite après son examen final, il s'engagea dans la R.A.F.

Nous n'avons jamais reçu de détails sur sa vie dans la R.A.F., très probablement parce que la sécurité militaire l'exigeait, mais nous savons qu'il était sergent-pilote jusqu'en 1944 et c'est seulement deux mois avant l'invasion de la France qu'il fut promu officier. Après sa mort, nous avons appris qu'il avait participé avec beaucoup de succès à une trentaine d'opérations contre la marine marchande ennemie.

Le 25 août, il partit pour sa dernière mission, suivi dans un autre avion par son n°2. Ils rencontrèrent des canons anti-aériens ennemis et, dans le combat, l'avion de mon frère fut atteint. Son n°2 lui téléphona pour l'avertir que de grosses fumées s'échappaient de ses moteurs. Mon frère répondit qu'il les avait déjà senti s'affaiblir mais qu'il n'atterrirait qu'après avoir rejoint les lignes alliées. Ils se mirent donc en chemin pour rentrer et, lorsqu'ils survolaient La Lande, mon frère annonça à son compagnon que son avion ne tiendrait plus et qu'il allait atterrir. Ou ses contrôles ne fonctionnaient pas, ou il ne jugeait pas bien la distance qui le séparait du champ qu'il avait choisi pour atterrir ? Toujours est-il que l'avion ne s'arrêta pas dans le champ mais alla se heurter contre des arbres, au bout du champ.

Il y eut une explosion et l'avion éclata en flammes. Vous savez ce qui est arrivé ensuite."

 

Article de journal et photo de groupe ici

 

Merci à Samuel Grente pour sa contribution. Voici 2 liens intéressants :

 

 

 

 

 

http://www.stleger.info