L'INAUGURATION DE LA PLAQUE DU TERRAIN DE FOOTBALL
DE SAINT LEGER SOUS CHOLET

Extrait du Bulletin Municipal n° 70 de Novembre 2012

 

 

Le stade de Saint Léger a enfin un nom ! Stade Xavier de Vienne

 

crédit photo - Synergences Hebdo

La cérémonie de baptême du stade s'est déroulée le samedi 15 septembre dernier.
Etaient présents l'ensemble des enfants de Xavier Mathieu de Vienne, le député-maire de Cholet président de la Communauté d'Agglomération du Choletais Gilles Bourdouleix, le conseiller général et maire de la Séguinière Jean-Paul Boisneau, le président de Béléger FC Tony Charlos, entouré d'anciens présidents de l'ESSL football et de représentants d'autres associations.
Le conseil municipal de Saint Léger sous Cholet et des membres du personnel communal étaient aussi présents, tout comme Alphonse Leray et Marie-Juliette Tanguy, anciens maires.

 

Xavier Mathieu de Vienne

 

M. Xavier MATHIEU de VIENNE a eu 7 enfants :
Claire (épouse de MASSON D'AUTUME), Marie (épouse HEURTAULT de LAMMERVILLE), Anne (épouse QUENNEC)
Catherine, Bernadette (épouse HUYGHUES-DESPOINTES), Jean et Antoine

 

 

 

 

Extrait de "Jours de travail et jours de fête à Saint Léger"

"Georges Guimbretière et Michel Bertault racontent : "En 1965, les samedis et dimanches, beaucoup de jeunes de Saint Léger tournaient en mobylette dans le bourg et dans les communes voisines, ils étaient désœuvrés et s'ennuyaient. Des parents, des adultes et aussi des jeunes réfléchissaient à la mise en place d'occupations sportives ou de loisirs.

L'idée était lancée et l'aventure commence quand une "bande de fous" entreprend de se rassembler le samedi après-midi ou le dimanche matin sur un terrain exploité par le café Landreau, route de Cholet. Une réunion fut organisée au café Landreau, la salle était comble, il y avait bien sûr tous les futurs dirigeants en puissance, mais... pas de terrain, pas de ballons et pas de maillot.

le café Landreau

C'est là qu'Alphonse Leray, maire nouvellement élu, leur dit : "Les gars, formez un bureau avec président, secrétaire, trésorier, déposez vos statuts à la Préfecture et je vous trouve un terrain." Ce fut fait, un pré à M. De Vienne (champ exploité par Francis Landreau), le stade est toujours au même endroit, mais ô combien amélioré ! Qui se souvient ?

Revenons au premier bureau : le président Raymond Loizeau, le secrétaire Michel Bertault, le trésorier Jean-Paul Coulonnier, l'entraîneur Georges Guimbretière, mais combien encore de gars dévoués…. et la buvette, qui fonctionnait bien avec Henri Pasquet, Georges Besnard, Lilise..."

pour lire la suite

 

 

 

Alphonse LERAY, maire à l'époque, nous raconte :

Pour décrire mes relations avec M. Xavier de Vienne, il me faut remonter à mon élection en tant que maire en 1965, succédant à M. Cesbron-Lavau.
Il existait dans la région, lorsqu'un "étranger" de la commune ou un fonctionnaire arrivait et prenait des responsabilités, une certaine méfiance. Je ne fus aucunement surpris lorsque M. de Vienne, propriétaire du tiers de la commune, me demanda un rendez-vous à la maison. J'ai d'ailleurs trouvé cela normal.
Lors de cette entrevue, qui fut très cordiale, M. de Vienne m'a demandé d'être sympathique et bon envers ses fermiers ainsi que l'ensemble des habitants de St Léger, ce que je lui promis.
Les mois passaient quand une association de football se constitua alors que la commune ne disposait d'aucun terrain à lui proposer. Seul le terrain encore utilisé aujourd'hui nous paraissait convenable, mais M. de Vienne n'était absolument pas vendeur.
Après plusieurs rencontres infructueuses, je lui demandais un rendez vous à mon domicile, un dimanche matin de septembre 1965. Mon interlocuteur n'était toujours pas décidé à céder cette parcelle.

C'est alors que je me suis souvenu de notre première rencontre au début de mon mandat. Je lui ai dit : "M. de Vienne, vous m'aviez demandé d'être bon à l'encontre de mes administrés. N'ai-je pas tenu parole ? Alors, faites un geste, car ce sont les enfants de vos fermiers qui en profiteront".
Après quelques instants de réflexion, il m'a tendu la main, et m'a dit : "Eh bien, je vous louerai ce terrain, mais je sais très bien que désormais, je ne pourrai plus jamais en disposer. Mais qui s'en souviendra ?"
Cette poignée de main, chaleureuse, fut le début d'échanges francs et toujours loyaux entre nous deux. Il fut un excellent avocat pour la municipalité lors de réunions préparant les échanges entre St Léger, Cholet, et La Séguinière, car certains propriétaires réticents étaient parfois agressifs.
Aussi, lorsque je lui fis part de notre intention d'acheter les bois de la cheminée pour y construire une école, ce fut un "oui" immédiat, opération réalisée en échange d'une dizaine de stères de bois.

L'aménagement du terrain de football, la construction de l'école publique, la place de la poste permirent l'extension de la commune qui, de 700 âmes en 1965, bondit à près de 2200 en 1989, ceci grâce aux transactions de M. de Vienne.
Je me souviens aussi avoir été invité au vin d'honneur du mariage d'un de ses enfants, avec ses fermiers. C'était devenu, entre nous, de l'amitié.

Oui, M. de Vienne, cette plaque sera, 47 après cette poignée de main, le souvenir de toute la population de St Léger envers ce que vous nous avez permis de construire, ces bonnes relations qui doivent continuer d'exister avec la municipalité pour l'extension de St Léger.
Aujourd'hui, ses enfants, petits et arrière-petits-enfants, peuvent être fiers de leur père et grand père.

Alphonse LERAY, maire de Saint Léger sous Cholet du 21/03/1965 au 18/03/1989

 

 

 

 

Le premier acte de location est préparé par René Léger, expert-agricole et foncier, rue Trémolière à Cholet. Les soussignés sont Madame Yvonne Cassin, domiciliée à Cholet, veuve non remariée de monsieur Jean Mathieu de Vienne et Alphonse Leray, maire de Saint Léger. Mme Cassin est représentée dans la négociation par son fils Xavier Mathieu de Vienne.
Il est convenu la signature d'un bail pour une durée de 3 ans à partir du 1er août 1966. La parcelle concernée est une prairie dite "défrichement" cadastrée Section A sous le numéro 314P, contenant 92a 50, soit 9 250 m².
Il est précisé que le terrain loué est destiné provisoirement en attendant que la commune soit dotée d'un terrain de sport, à usage de terrain de football. Le bail est consenti moyennant un loyer annuel de 641 litres de lait à 34 grammes de matière grasse et 87 kilogrammes de viande de bœuf poids vif et de première qualité, soit trois cent vingt sept francs cinquante centimes.

Au fur et à mesure des années, la superficie évoluera à plusieurs reprises (1970, 1972 et 1978) pour passer à 16 872 m². Dans les années 80, une nouvelle modification portera la superficie à 17 127 m², elle ne bougera plus.
Le loyer se calculera dès lors sur la base d'indices de fermage. Depuis cet automne, la commune est propriétaire des terrains de football suite à un accord avec les consorts Mathieu de Vienne pour 74 500 .

 

 

Rappelons que stade accueille aussi d'autres associations sportives :

 

 

Le lien entre la commune et Xavier de Vienne ne se limite pas au terrain de football. Avec sa famille, il possédait une grande partie de la commune. Il a toujours favorisé le développement communal comme le montre la longue liste des acquisitions foncières par la commune auprès de Xavier Mathieu de Vienne dont voici quelques exemples :

Chemins ruraux des Audouins, du Chêne blanc, de la Ragottière et des Ajoncs (1968). Parking de la Poste (1969). Terrains près des Ajoncs pour la réalisation de la station d'épuration (1973 puis 1981). Extension de l'usine Samson (1979). Bois de la Cheminée et groupe scolaire public (1983).

Puis par son intermédiaire ou celui de la famille, pour la réalisation de lotissements publics (Audouins, Martinet) ainsi que pour la construction de 24 logements locatifs, de lotissements privés (l'Etoile, la Ragottière, les Chênes, les Hameaux).

Monsieur Xavier Mathieu de Vienne, né en 1913 à Saint Sébastien sur Loire, est décédé en 1995. Il a toujours été passionné par les Mauges, la terre, et le monde agricole à travers les fermes qu'il possédait ou son implication dans la création de la caisse du Crédit Agricole du Choletais ou le Syndicat des Propriétaires Fonciers Ruraux. Il a toujours eu l'intelligence de ne jamais freiner le développement de la commune, à l'image de son père Jean Mathieu de Vienne qui aida Henri Samson, dans les années 30, à transformer la saboterie familiale en usine de chaussure.

On peut répondre "OUI" à la question que Xavier de Vienne posait à Alphonse Leray un dimanche matin de septembre 1965. OUI, Saint Léger sous Cholet n'a pas oublié et se souvient. Le terrain de football est toujours au même emplacement. Celui que ses camarades d'internat surnommaient "XV" en raison de ses initiales (Xavier et Vienne), avait un surnom prédestiné pour le sport et doit être fier de ce qu'est devenu aujourd'hui le stade de Saint Léger. Pur hasard du calendrier, l'inauguration a eu lieu le XV septembre 2012.
 

 

 

le vieux bourg et la vieille église
les vitraux de l'église
les clefs de voûte de l'église
en grimpant dans le clocher
le chemin de fer - le "Petit Anjou"
l'eau de la commune
le stade de football
le petit pont Reigner
le parcours-découverte de la commune
la reconstruction du bateau-lavoir

 

Merci de fermer l'agrandissement sinon.

 

 

 

http://www.stleger.info