DES MOTS DU COIN...

 

abernaudir
r'nâpée

se couvrir, en parlant du temps
une averse
"Le temps s'abernaudit, on pourrait ben avoir une r'nâpée !"

à c't'heure

maintenant

amain / désamain

convenance, aise, et son contraire
"Donne-moi don un aut' couteau, çui-là, il est point d'amain."

à nuit'

aujourd'hui

assisez-vous don

du verbe "s'assir" !

barrer / débarrer

fermer à clé une porte, et son contraire

beurciller

ciller
"arrête de beurciller, ou va te coucher !"

faire bisquer

agacer, exciter la susceptibilité

bouillon de soupe

potage

une bouillée

une touffe d'herbe

bouiner / boutiquer

s'occuper à pas grand'chose
"avancer à ren"

la bourcette

la mâche (la salade)

le ramasse-bourrier

la pelle à poussière

bousiller

tuer, détruire, faire rater

une bousine

une bulle de savon

faire la buée

faire une grosse lessive

il est tout chose

il a l'air bizarre, sans réaction

il est dur de la comprenoire

il ne comprend rien

le crouston

le croûton

dame ! ben dame !

"Avez-vous su la nouvelle ?
Dame ! Qu'aurait cru ça ?"

il s'est mis dans la débine

il a sombré dans l'alcoolisme

débiner quelqu'un

critiquer, médire

dégobiller

vomir

démantibuler

casser, ou plutôt désarticuler

don

"Va don ! Tire don ! Fais don ! Réponds don ! Aïe don !

durer

rester, demeurer
"Reste don tranquille"

à l'égaillée

"faire ses besoins à l'égaillée" : se soulager en pleine nature

égailler

éparpiller, disperser, parsemer

une emmanche

une histoire
"faire des emmanches", des histoires

la goule enfarinée

comme un clown

s'engouer

s'étouffer

entribarder

embarrasser, emmêler

tu m'esquintes !

tu me fatigues !

un fâilli gars

un gars manqué, un raté, un p'tit gars

fi d'garce, fi d'garne, fi d'putain !

3 gros jurons

point fin

"Aujourd'hui, il est point fin, y a rin à en tirer."

être en foute-foute

être énervé

du fricot

un plat en sauce

un gilet de peau

un Marcel, sous-vêtement masculin

un gorin

un cochon, sans doute le papa du goret !

la goule benaise

désigne quelqu'un qui est content de lui et heureux de vivre

trempé-guené

mouillé, trempé comme une soupe

un haricotier

un gars pas trop honnête

être jouasse

être joyeux, primesautier

un lâchet

un ver de terre

la legume

les légumes

une loche

une limace

un luma

un escargot

malcommode

de mauvaise humeur

de mine en mine

tout doucement, à petites doses

mouillasser

pleuvoir, s'il s'agit d'une pluie fine, plutôt de crachin

mouiller

pleuvoir

une musse

une issue, un endroit par où se faufiler
"C'est ben l'diabl' si on trouv' pas une musse !"

être en nage

transpirer

ouigner

grincer, en parlant d'une porte, d'un ressort...

un paletot

un veston "de tous les jours"

la pansion

nourriture pour le bétail composée de verdure fraîche (trèfle, luzerne...)

une patache

une pomme de terre

avoir une patte folle

boiter

un pète-sec

quelqu'un qui parle sèchement ou qui donne des ordres brutalement

peter

péter

une pierre de sucre

un morceau de sucre

pisque

puisque

une pouerre

une poire

une poulette

une "ampoule", petite boursouflure de peau causée par une friction prolongée

pûs

"J'en peux pûs"
"En faut pas pûs pour que..."
"Un peu d'pûs..."

un racoin

un recoin

la ressiée

l'après-midi

un rapiâ

un avare

ravouiller

ajouter de l'eau, allonger (la soupe)

rebiquer

se dresser
"T'as les cheveux qui r'biquent."

le repichon

le petit dernier de la famille, souvent tard venu au foyer

rester

habiter
"Y reste au bout d'la rue."

le rond des cabinets

couronne de bois poli qui servait à adapter le diamètre de l'orifice à la taille des fesses enfantines

une roustée

une rossée, une correction

un sagouin

un individu peu soigneux

saint-frusquin

tout un attirail hétéroclite
"Allez ! ramasse tout ton saint-frusquin et va-t-en ben vite..."

sapré nom d'...

juron atténué (au lieu de "sacré")

du sent bon

du parfum

une sente

une odeur
"Mais si ! c'est toi, je reconnais ta sente" (de "petée", par exemple)

tant qu'ça peut

à toute force
"Y tombe de l'eau tant qu'ça peut."

le tantôt

l'après-midi, "la raissiée"

des tatanes

sorte de chaussures simples, sans talons

teurtou

tout le monde

des tibis

des boutons de manchettes

tié cause

à cause, pourquoi
"Tu t'en vas, tié cause ?"

une tonne

sans doute le féminin de "tonneau", et donc le même volume

touiller

remuer, agiter un liquide (le café, la lessivée...)
A quelqu'un qui touille son café, on demandera : "Mais êtes-vous sucré, au moins ?"

tripatouiller

remuer de l'eau ou du liquide ; manigancer

tripette

"ça vaut pas tripette" : ça ne vaut rien

veurte-veurte

à toute vitesse, précipitamment

la vrillée

le liseron

t'es dans ma vue
t'es dans mon jour

tu es entre la source lumineuse et moi, tu me gênes donc

 

Extrait de "Le vieux parler d'Anjou"
Les petits mots d'où ?
Louis et Jean-Claude Raimbault / C.L.D.


 

DES EXPRESSIONS DU COIN...

 

autant comme autant

en grande quantité

comme un trou

une expression qui qualifie la façon de boire

comme vache qui pisse

une façon de qualifier une pluie torrentielle

comme deux ronds de flan

en quelque sorte le comble de l'étonnement

un moment d'temps

pléonasme évident mais régulièrement employé

une fois l'temps

de temps en temps

dans l'temps

autrefois

à tout bout d'champ

régulièrement et fréquemment

c'était moins cinq !

on a frôlé la catastrophe.

c'était moins une !

(pire que moins cinq !!)

ils se sont fait le mot.

ils se sont concertés.

je vais te faire un mot.

je vais te faire une lettre, un "mot d'excuse".

un mot de billet

une petite lettre, un billet griffonné à la hâte

si tu veux aller par là...

si tu veux considérer la chose sous cet angle...

tu vas voir le coup...

(on prévoit ce qui va se passer, les aléas à venir...)

tu m'en diras tant !

tout s'explique

faire de la température

avoir de la fièvre

cailler sur le jabot

mal supporter un aliment qui "reste sur l'estomac"

ça sèche de peur !

beau temps et vent : le linge est tout de suite sec.

à c'tarif-là

de cette manière

tu m'fais des contes !

tu me mens !

il a d'qui t'nir

"Votre fils est mauvais en orthographe, madame.
- J'sais ben, j'tais comme ça...
- Oui, mais...
- Que voulez-vous, il a d'qui t'nir!"

vrai' ben

un petit bonheur tout simple
"On est vrai'ben."

Extrait de "Le vieux parler d'Anjou"
Les petits mots d'où ?
Louis et Jean-Claude Raimbault / C.L.D.

 


 

ENCORE D'AUT' MOTS DU COIN...

 

achalé

accablé de chaleur ou de fatigue

attiner

taquiner

à'rvouère

au revoir

ast'heure

maintenant ou désormais

un bedas

homme lourd, pas délicat
"un gros bedas"

berdasser

trop causer, et inconsidérément

berné

souillé de boue ou d'excréments, pour un enfant en bas âge
"Ah ! le petit merdou, il s'en est tout berné."

se biler

se tourmenter, se faire de la bile
"Faut pas te biler pour ça."

une boise

dans le sens de corpuscule, de petit amas ou de grain : "Il a une boise (un petit corps étranger) dans l'oeil."

un bottereau

sorte de beignet gonflant, frit dans l'huile ou dans la graisse, qui se mange à la Chandeleur ou au Carnaval
particulier à la région de Cholet

une bouère

un trou d'eau qui se remplit au moment des crues
concerne les bords de Loire

buffer

souffler avec sa bouche
"buffer la bougie pour l'éteindre"

une chârte

charrette agricole
"Allez, Emile, amène la chârte !"

chômer

attendre
"Ça ne chôme pas, ça ne peut pas attendre."

une crôle

une écuelle, plus particulièrement celle de terre cuite que l'on remplissait de braise pour placer dans les chauffe-pieds en usage autrefois

déribouler

rouler comme une barrique, le long d'une pente
"J'avons dériboulé tout le coteau."

écrapoutir

écraser complètement

une embeurrée

purée de légumes bouillis, écrasés ou pilés, assaisonnés de beurre
"une embeurrée de choux verts"

enfondu

pénétré jusqu'à l'os, par l'eau, généralement l'eau de pluie

enterbouéché

entremêlé

une fillette

demi-bouteille de vin
très en usage dans les cafés de la région, parce que représentant une part pour 2 personnes

la fressure

aliment propre aux Mauges et à Cholet, constitué par un liquide brunâtre, fait de sang de cochon, de lard et de mie de pain.
Pour la bien faire, il faut le brasser tout le temps. Mets très lourd, mais excellent et qu'on ne trouve que dans la région.

Pour tout savoir sur la fressure,
cliquez sur le (pauvre) cochon

vent de Galerne

vent de Nord-Ouest

godailler

boire dans les cabarets, sans se saouler, mais souvent

se gourrer

se tromper

graler

faire griller : "des marrons gralés"
"des patates gralées" : des pommes de terre cuites sous la cendre

j'irons

nous irons, le "je" devenant pluriel
"J'irons tertous à la fouère demain."

faire marienne

faire la sieste

un meillaud

un mendiant, un maraudeur

la soupe mitonnée

soupe au pain qui a longtemps bouilli, très appréciée

la mogette

haricots blancs

une pésse

un moineau

pigner

se plaindre, gémir : "Elle pigne toujours."
Pour désigner un tempérament un peu délicat, un peu "malade imaginaire" : "Qui pigne vit."

se rabibocher

se réconcilier : "Ils étaient fâchés depuis longtemps, mais ils viennent de se rabibocher."

rembarrer

contredire quelqu'un avec vivacité
"Je l'ai rembarré." ou "Je l'ai remis en place."

ribouler

retourner : "des bas riboulés"

riguenasser

ricaner : "des riguenasseries"

sincer

nettoyer, en particulier le sol
"sincer le sol avec une serpillère"
(très employé encore)

avoir le tournis

avoir un vertige, un étourdissement
"Ce matin, all'allait pas trop fort, vu qu'elle avait le tournis."

vezer

brailler : un enfant qui "vèze", un "vezou"

 

lettre imaginaire d'un gars des Mauges qu'on vient d'embaucher à Cholet et qui écrit à sa soeur au lendemain d'une "virée"

Ma chère Fifine,

A Chemillé, dimanche darnier, j'avons eu ben du piasi. (plaisir)

J'avons dansé toute la ressiée chez la mère Audjusse (Auguste) avec trois filles qu'étions venues d'Trémentines et qu'étions ben plésantes.
Passé minuite, j'avons fini à la "Belle en Cuisse".
Pour terminer, la patronne a
(elle) nous a servi d'son meilleur jus. C'est la Perrine tch'était la pus soule.
Mais gârs Louis, ah dame ! y chambranlait comme nout' sacrisse
(sacristain) quand il a trop bu d'vin d'messe.
Tu penses ben qu'à matin, ton frère, il avait putôt mal ou cheveux.

Ma chère Fifine, embrasse moman ben fort pour moué.
Surtout, dis rin à nout' mère.
J'compte sur toué.
Si tu oué
(vois) la Barthe, fais-y une grousse bize pour moué.

Ton frère Paul qui t'aime ben

 

Extrait de "Au temps des années folles
sous-préfecture 20 000 habitants"
Augustin Jeanneau / Les Editions du Choletais

 

 

Ne quittez pas cette page sans avoir écouté notre patois.
Visitez le site d'un Maugeois en cliquant ici :

Voyez aussi ce recueil de patois et autres expressions des Mauges :
http://guterrien.free.fr/recueilhtml.html

 

 

 

Faites connaissance avec l'ami Valentin,
et lisez les lettres qu'il adressait d'Algérie et du Tonkin
à ses parents et à sa soeur entre 1882 et 1886.
Pour cela, cliquez sur Valentin en costume de Tirailleur Algérien :

"... Il y a eu beaucoup de retard à cause d'une triste maladie : le choléra, qui était parmi les troupes. Les premiers atteints ont été des zouaves venant d'Hanoi. Ensuite, l'artillerie, puis les tirailleurs enfin. Dans tous les corps de troupes, il y a eu des cas... Je ne vous raconte pas beaucoup de choses qui se sont passées, ça serait trop long et trop triste !
Nous nous sommes embarqués à Bac Hat le 11 octobre sur la canonnière Le Jacquin. Nous avons débarqué le 12 et jusqu'au 24, impossible de dire ce que nous avons souffert. Il y avait des jours où on était trempés depuis le matin jusqu'au soir, en dessus par la pluie et en dessous par la sueur. On avait des sacs qui étaient lourds : 20 paquets de cartouches plus 6 jours de vivres de réserve.

Il y avait des jours où on passait plus de 10 fois dans l'eau et jusqu'à la ceinture. Souvent, les mulets chargés avec les canons et les munitions tombaient. Il fallait les relever. C'était pas une vie…"

 

Le site est devenu un livre.
(150 pages + photos)

Contact :
Christophe Ripoche
31 allée des Bois
49 280 St Léger sous Cholet
02 41 58 13 37
ou

 

 

 

http://www.stleger.info