l a lancé son restaurant
dans l'ancienne uberge

 

  

Il s'agit d'un article du journal Ouest-France paru le 2 août 2017 :

 

 

Le Sporting fait aujourd'hui salle comble le midi. Une belle réussite pour son propriétaire, mais les débuts n'ont pas toujours été faciles.

 

L'histoire

Il rêvait de gérer son restaurant. C'est chose faite avec le Sporting.

Il y a douze ans, Arnaud Toupin faisait l'acquisition de cette ancienne auberge de village. Une enseigne qui a connu ses heures de gloire dans les années d'après-guerre. "Au bon vin d'Anjou, on y sert à boire et à manger" lisait-on sur la façade du café. La fillette, une petite bouteille de vin bouché de 35 centilitres, y était reine.

Dans les années 1950, les habitants savaient prendre leur temps pour partager des moments de convivialité. C'était le temps où le dimanche, les gens sortaient de l'office religieux et il y avait foule au café. Aujourd'hui, l'attractivité exercée par les grandes enseignes et l'usage généralisé de la voiture ont acceléré la cadence.

En 2005, Arnaud Toupin travaille déjà dans la restauration et n'a qu'une idée en tête. "J'entends gérer mes affaires seul. Ouvrir un restaurant à la campagne me tente énormément" assure-t-il avec conviction.

Une opportunité s'offre à lui, à Saint-Léger-des-Bois. Une petite commune périphérique à deux pas d'Angers qui entend lier son destin aux deux communes voisines pour créer une ville nouvelle.

 

 

Des débuts difficiles

Pour Arnaud Toupin, c'est une aubaine. La réalisation prochaine, à proximité de l'établissement, d'un "projet novateur en termes d'urbanisme, d'architecture et de développement durable" selon les mots de la brochure, achève de la convaincre.

Le quartier Légery prend en effet son essor dans ces années-là. Un développement qui se poursuit aujourd'hui à la grande satisfaction de la municipalité. "26 logements construits entre 2007 et 2014, 65 depuis. Le dynamisme de notre commune se traduit par l'arrivée de 95 nouveaux habitants en 2 ans, portant la population totale à 1703 au 1er janvier 2017" lit-on alors dans le journal local L'actualité légéroise.

Arnaud Toupin a "un peu ramé" les premiers temps, pour remettre à flot un commerce guère florissant. "Quelques jeunes s'entraînaient aux fléchettes, un club de football tenait ses assemblées dans la salle du café... C'était un peu maigre !"

 

 

Persévérant, il décide de tout miser sur la carte de la restauration. "J'ai fait un peu de publicité auprès des entreprises engagées dans les constructions voisines. Je me suis constitué une clientèle solide et fidèle. Maintenant, j'ai une cinquantaine de couverts tous les midis et même plus, depuis que les établissements Giffard se sont installés dans la zone industrielle... Ce n'est pas rien !"

Le Sporting est un établissement apprécié car "on peut y arriver à l'improviste" et pour sa carte copieuse à 12,30 , avec entrée, plat du jour, fromage, dessert et café sans oublier le vin... De quoi combler les plus gros appétits.

Le soir, le comptoir accueille des habitués après une journée de travail. Mais aussi des retraités et des passants. Sur les tables : une boisson anisée, un whisky, un jus de fruits... Un peu comme autrefois. Mais la fillette a désormais disparu.

 

 

 

 

http://www.stleger.info